[FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ]
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a fêté ses CINQ ANS DE VIE.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

[FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

I SEE OPPORTUNITIES
avatar



× A propos du vaccin : :
Elle en a un peu entendu parler mais de toute façon Emelie a été élevé dans une mentalité "anti vaccin", bouh le gros méchant vaccin contre la grippe qui rend malade

× Âge du perso : :
29

× Localisation (+ avec qui) :
Californie ( Sacramento ) puis Yosemite

× Avant, j'étais : :
Professeur d'escrime et ancienne championne

× Messages : :
161

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
/

× Avatar : :
Krysten Alyce Ritter

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Lou !

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: [FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ] Mar 7 Fév - 12:08



« Une vraie rencontre,

une rencontre décisive , 

c'est quelque chose qui ressemble

au destin. »


CAÏN L. KEIHANA  & EMELIE C. GRAHAMS

 

 



Premier été après le début de l'Apocalypse, le temps est lourd tout comme l'ambiance à la ferme.

C'est la première fois que je décide de quitter ma maison aussi longtemps. En général, quand je partais chercher de quoi vivre, je me faisais les villages aux alentours, la ville à côté. Là j'ai carrément pris ma voiture et suis partie aléatoirement. Je ne sais pas, j'ai envie de voir ce que ça donne ailleurs, un coté optimiste à la con de mon cerveau me fait penser que peut-être c'est mieux ailleurs. J'ai sifflé ma chienne et elle est venue avec moi en voiture. J'ai une idée en tête depuis un moment, la curiosité me titille depuis plusieurs jours déjà ; je me demande ce que sont devenus les souvenirs de quand j'étais môme. Au mur, chez Nono, il y a une photo de famille accrochée. Une sortie à Disneyland, photo prise devant une grande fontaine, mes parents tenaient ensemble mon petit frère dans leur bras, mon Nono me tenait par la main et nous souriions tous. Depuis que mon regard s'est arrêté sur cette photo, j'ai envie de voir ce que le parc devient.

C'est stupide, mais par effet boule de neige, après une légère dispute avec Stan, je me suis un peu prise la tête avec Nono et de fil en aiguille, ce matin je me suis décidée. Quand je leur ai dit, ils m'ont encore plus pris la tête, mais ils savent que je suis têtue et que si j'ai une idée en tête, impossible de me la sortir. De toute façon, je ne pense sincèrement pas qu'un clan ait eu l'idée d'élire domicile dans un parc d'attraction. Et comme l'épidémie ne s'est pas déclenchée d'un coup sec, je ne pense pas non plus qu'une horde soit dans les parages. Mais bon, on ne sait jamais, j'ai emmené des armes, des vivres pour quelques jours, mes lames et ma chienne. Un véhicule, de l'essence, un mot sur la table m'excusant de mon côté tétue et leur rappelant que je les aime et me voilà sur le départ.

La route est longue sans l'être. En soit ce n'est que quelques heures de routes. En voiture en plus, ça passe relativement vite, mais c'est dans ces moments où la technologie me manque vraiment. L'autoradio ne capte plus aucun signal depuis un bail et on est pas trop du genre à attendre un message crépitant nous disant que crrrr vous n'êtes pas crrrr seuls crrr ne perdez pas espoir crrrr. Nous, on ne perd pas espoir et on se sert les coudes sans qu'une voix pré enregistrée nous le dise. J'ai bien un CD qui traine dans cette voiture je suppose, mais je commence à comprendre le comportement des crevés à force d'errer à gauche à droite. Ils sont stupides, ne sont pas rapides et on ne peut pas parler de détermination, mais s'ils entendent un bruit (ma musique en voiture par exemple) ils prendront la direction de ce qui a attiré leur attention. Et arrivée là bas, au bout de deux jours, je peux me retrouver avec une horde pas possible parce qu'ils se seront accompagnés bêtement sans savoir pourquoi ni où.

J'évite donc la musique et je cause à ma chienne. Me prenez pas pour une folle, ça je le faisais déjà depuis bien longtemps avant l'apocalypse. J'avais une poupée comme doudou et mon frère un petit zèbre et nous entamions tous les quatre de longs débats. Au moins Zorya a des expressions et me tourne même la tête comme si je la saoulais à force de lui raconter ma vie. Je suis à deux doigts de lui raconter une blague, alors c'est l'histoire d'un Mexicain, d'un Argentin et d'un Américain sur un bateau... Mais elle penche sa gueule en dehors de la voiture en laissant sa langue ondoyer avec le vent et la vitesse. « D'accord c'est bon, je t'embête pas plus longtemps, mais va falloir que tu me fasses un lot de câlin pour gagner ta croute ce soir, je suis tétue et boudeuse. »

La chienne me lance un regard. Je souris et repose mes yeux sur la route. Étrangement calme.

Au bout de plusieurs heures de routes, je suppose, si je crois l'heure indiquée sur la voiture, je vois enfin se dessiner au loin les tours du château de Disney. Plus j'avance, et plus j'aperçois de détails. Je souris mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir un pincement au coeur. Je sais que j'ai un côté coeur de lion, que je suis plutôt courageuse sans vouloir me venter (même si je pense que c'est plutôt un côté imprudente que courageuse... mais ça c'est un autre débat), je ne peux pas empêcher un flot de « Et si... » de me traverser l'esprit. Félicitation Emelie de te mettre à flipper après autant de route. De toute façon, je ne vais pas faire demi tour maintenant. Je réfléchis à un objectif. Si je m'en fixe un, je vais être déterminée et je n'aurai pas envie de faire demi tour.

Qui dit Disney dit peluche. Je vais me ramener une jolie peluche. Voilà. J'arrête ma voiture de façon à ce que la forêt l'obombre totalement. Je sors, laisse ma chienne sortir. Alors que je me penche pour attraper mon sac et le lancer sur mon dos, j'entends la chienne grogner. L'avantage avec la taille d'un cané corso, c'est qu'il peut vous sauter au cou sans soucis. Elle m'est plus utile pour tuer les vivants que les morts, parce qu'un crevé ne s'arrête pas à une morsure dans le cou. Un humain vivant et en bonne santé, si. Donc quand on croise un crevé, le fait qu'elle grogne attire son attention et la mienne si jamais je ne l'avais pas remarqué. Le crevé boite, il est maigre comme un clou, encore humain qui a du vouloir se la jouer solitaire et qui a trop tiré sur la queue du diable, finissant par crever de faim ou d'une morsure par un rôdeur. Je sers les lanières de mon sac pour qu'il tienne bien à mon dos et d'un geste rapide, je dégaine ma dague et lui plante dans le crâne. J'essuie ma lame contre la chemise du mort et la range dans son étuis.

Je m'insère dans le parc par une brèche dans le grillage, j'ai dû marcher plusieurs minutes avant de trouver un trou. J'aurai pu l'escalader, mais laisser ma chienne de l'autre côté est hors de question. J'ai une peluche à chercher moi. D'un regard rapide, je balaie la zone. Quelques crevés à gauche à droite, quelques cadavres aussi. Je passe devant l'endroit où a été faites la photo. Un pincement au coeur et je repars, je ne préfère pas m'attarder ici. Surtout qu'un bruit vient d'attirer mon attention et celui de ma chienne. Dans mes souvenirs, le parc disposait de magnifiques hôtels luxueux et l'un d'eux était traversé par un joli petit courant d'eau. C'est le bruit de l'eau qui file qui attire justement notre attention. Par cette chaleur, par ce calme, l'idée de me faire un petit coin tranquille me tente tellement.

Je prends la direction du petit courant d'eau en achevant les quelques crevés que je croise, il s'élargit de plus en plus et remonte dans une forêt. À l'époque, ce devait être une des forêts "enchantées", entretenue et taillée au centimètre près. Là, la nature a repris ses droits et je trouve à l'endroit un côté charmant, paisible, reposant. J'hésite. La température, le soleil, la moiteur de l'air... Que d'arguments. La chienne, elle, n'hésite pas et rejoins l'eau en un clin d'oeil. Je jette un regard aux alentours. Je ne vois plus de crevés dans les alentours, je peux bien me permettre un petit rafraichissement tranquille. Et puis, si jamais, avec leur lenteur, la chienne aura le temps de l'occuper jusqu'à ce que je rattrape ma dague au bord de l'eau. De même pour un vivant d'ailleurs. L'idée qu'un groupe de vivants puisse arrivé ne me traverse même pas l'esprit.

D'un geste rapide, je retire mon débardeur. Je défais ma ceinture où pend l'accroche de ma dague et quitte aussi rapidement mon short. Les baskets rejoignent le reste de mes vêtements au sol à côté de mon sac. Je ne garde qu'un shorty et dépose ma lame d'escrime assez proche de l'eau, sait-on jamais.

Les premières minutes, je suis sur mes gardes, je profite de la fraicheur de l'eau sur ma peau mais je ne peux pas m'empêcher de tendre l'oreille, de zieuter les alentours. Quand l'eau m'arrive au bas du dos, j'arrive à me détendre un peu, je souffle, je respire plus doucement. Lorsque je me baisse pour m'assoir, l'eau recouvre ma poitrine et mes cheveux flottent autour de mes épaules. Je suis bien à cette instant. Rassurée par la présence de ma chienne qui se roule sur les bords de l'eau, je me laisse porter par la fraicheur de l'eau claire.



   
FICHE « PAR » STILLNOTGINGER.

_________________

Smile.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ] Mar 7 Fév - 18:13

Wonderful Curves in Wonderland  
Emelie & Caïn
Look what you've done
I’m a motherfuckin' starboy
Look what you've done
I'm a motherfuckin' starboy

 

Ils y étaient presques, il en était certain. D'après les cartes, les plans, ce n'était plus très loin, encore quoi, plusieurs jours. Une semaine tout au plus ? Oui, pas loin. Ils en avaient vu des choses avec Sixtine depuis qu'ils avaient commencés à bouger. Les choses n'avaient pas étés simples, vivre à deux, se trouver des cachettes, éviter les hordes de walkers, éviter les cannibales, éviter tout ce qui pouvait les nuirs. Ils n'étaient pas non plus sans défenses, ils étaient armés, équipés, ils avaient apprit à tuer des walkers efficacement, mais c'était toujours quelque chose de les voirs approcher de la sorte, de vouloir les dévorer. C'était tuer ou être tué. Que choisir ? La vie bien entendu, même s'il fallait en prendre une autre bien que dans les faits, ils n'étaient plus vivants et ne pourraient surement jamais retrouver leur état normal. A moins que des Aliens surpuissants arrivent avec une sorte d'antidote spéciale alors la, ils seraient sauvés. Sinon... En attendant ces derniers, il y aller à coup de pioche dans la tête ou avec des armes à feu lorsqu'ils n'avaient pas le choix. Il lui restait encore deux grenades à fragmentation... Histoire de... Se sortir d'un mauvais pas, vous voyez le genre.

Sixtine et Caïn décidèrent de s'arrêter en pleine forêt pour se reposer, et faire un camp pour la nuit. Un peu plus en hauteur qu'un parc d'attraction ou se trouvait un point d'au. Ils pourraient tranquillement se désaltérer en tout cas et faire une sorte de soupe aux légumes. Ils avaient trouvés quelques pommes de terre, ça pouvait être sympa avec les restes de carotte du potager qu'ils avaient trouvés. C'était pas la folie, mais c'était tout de même pas mal. A force de chercher, ils avaient trouvés une petite cabane, de chasseur probablement. Après avoir inspecté l'intérieur, ils avaient inspectés les environs et une bonne chose, il n'y avait point de walkers. Un très bon point. Ils avaient un coin ou dormir, camouflé dans la forêt, un repas chaud en prévision, ça ne pouvait faire que du bien. C'était bien mieux que la voiture de la nuit précédente. Ils seraient à même le sol, mais ce serait tout de même plus agréable, il pourrait au moins dormir de tout son long ! Il commençait à en avoir marre de dormir tout recroquevillé. Ca allait être une bonne soirée en tout cas. Prenant son sac à dos, il en retira une corde ou des clochettes étaient attachées. Un bon moyen d'entendre arriver un walker au loin et fuir.

« Reste la, je vais installer ça, je vais chercher un peu de bois sec aussi. »  Il déposa son arme automatique et sortir avec les longues  cordes. Il n'allait pas les mettre trop proches non, il voulait avoir un minimum de temps pour se réveiller et se préparer. Il avait toujours son arme de poing, mais également sa hache métallique à la ceinture, propre ! Oui, il la nettoyait très soigneusement tout comme ses armes. Un souvenir de ses années de militaire. Il fallait que son équipement soit niquel en tout temps, à tout moment. Il fit un plus petit périmètre qu'il ne l'aurait pensé, il n'y avait pas tant d'arbres que cela dans le coin, mais c'était suffisant. Une fois son travail fait, il attrapa sa hache et se mit en quête de bois, petit bois, n'importe quoi qui pourrait bien flamber et offrir une nuit au chaud. Son regard fut attiré un peu plus loin par deux oreilles... longues et plutôt mignonnes ! Un lapin, au loin ! « Oh... Un ragout pour ce soir ? »  Lentement, il s'avança, prenant son couteau dans la main et lorsqu'il fut à bonne distance, il le lança... et loupa sa cible de quelques centimètres. C'était plus des dizaines de centimètres en fin de compte. « Merde ! Saletés ! »  Oh, il n'aimait pas se louper comme ça... Il fila récupérer son couteau, ronchonnant dans sa barbe, se mettant à la recherche de la bestiole qui passa en dessous de la clôture du parc d'attraction.

Soupirant, l'Ours passa par dessus et avança lentement, faisant bien attention à ne pas attirer les Walkers s'il y en avait. Son avancée était plutôt lente vu qu'il ne connaissait pas les lieux, mais il retrouva le lapin et cette fois-ci, le couteau se planta dans la bestiole et en silence, il s'approcha et le tua en lui rompant le cou. Il se redressa... pour voir un chien complétement trempé devant lui, lorgnant le lapin qu'il venait de tuer. « Tu rêve mon gars ! C'est le mien ! » Il venait de sortir de la flotte... et en regardant bien, il voyait bien qu'il y avait quelqu'un dans l'eau. Mettant le lapin sur son épaule, il regarda dans la direction de la femme un peu plus loin. « Désolé de déranger, mais tu peux dire à ton chien d'arrêter de baver sur mon lapin ? » Sinon ça va barder !



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

I SEE OPPORTUNITIES
avatar



× A propos du vaccin : :
Elle en a un peu entendu parler mais de toute façon Emelie a été élevé dans une mentalité "anti vaccin", bouh le gros méchant vaccin contre la grippe qui rend malade

× Âge du perso : :
29

× Localisation (+ avec qui) :
Californie ( Sacramento ) puis Yosemite

× Avant, j'étais : :
Professeur d'escrime et ancienne championne

× Messages : :
161

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
/

× Avatar : :
Krysten Alyce Ritter

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Lou !

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ] Mer 8 Fév - 18:51



« Une vraie rencontre,

une rencontre décisive , 

c'est quelque chose qui ressemble

au destin. »


CAÏN L. KEIHANA  & EMELIE C. GRAHAMS

 

 



Je vois ma chienne sortie de l'eau et commencer à renifler l'herbe. Elle a dû sentir une odeur et va me ramener un lapin maigre comme un clou. Bon, elle gagne sa croûte toute seule comme ça, ça m'évite de partager avec elle de quoi manger. De toute façon, avec ses yeux doux et son air qui me supplie d'être "une gentille maitresse qui partage sa nourriture avec son chien d'amour qui l'aime et qui la protège", elle me fait craquer à chaque fois et je lui file mes restes. Si on m'avait prévenu qu'un chien pouvait être aussi insidieux et aussi fourbe... Je l'aurai prise quand même. À aucun moment je n'ai regretté sa présence près de moi.

Je m'immerge totalement pendant quelques secondes. Je ressors en passant mes mains sur mon visage pour éviter que mes cheveux collent à mon visage. En sortant la tête de l'eau, j'entends ma chienne grogner. C'est quoi le délire ? Elle est tombée sur un lapin rebelle qui la menace à mort ? Sur un crevé ? J'espère juste que ce n'est pas des vivants, actuellement vêtue d'un simple bas de sous vêtement, ce n'est pas comme si j'étais en position de me défendre. Je me redresse et sors mon buste de l'eau pour essayer de voir où est ma chienne. À quelques mètres de l'eau, elle semble se battre du regard avec un espèce d'ours humain. Fais chier, je voulais justement éviter les humains.

Ola. Un humain suicidaire en plus. Je le vois tendre sa main d'un geste rapide pour subtiliser le lapin à la chienne. Il tire trop sur la queue du diable ou il a un coeur de lion d'enfer, mais moi c'est pas ce que j'aurai fait à sa place. Doucement, je marche vers mes affaires, sans gestes brusques. Je soupire en l'entendant parler à Zorya. « Mon gars. »... Faut ouvrir tes yeux beaucoup trop noirs, faut pas être Einstein pour remarquer que c'est une femelle. Un sourire en coin se dessine sur mon visage. Il n'a pas l'air d'être des plus à l'aise face à la chienne.

« - C'est ton lapin parce qu'elle le veut bien ouais. » Je ricane, amusée de la situation mais tout de même sur la défensive. J'hésite quelques instants, je me dis que si je n'essaie pas de négocier l'animal, il va peut-être s'imaginer que je ne manque pas de vivres et essayer de se subtiliser mon sac. Bon, s'il est aussi délicat quand il voudra prendre mes affaires qu'en prenant le lapin devant la chienne, il risque fort d'y laisser son bras. En plus je n'ai pas embarqué de viande, s'il y a moyen de négocier ça me va.

« - Je te propose qu'on partage ?» Je siffle, un sifflement bref et rapide, la chienne grogne comme si elle ne m'écoutait pas mais au contraire, elle sait qu'un sifflement lui ordonne de sortir les crocs, que le second l'autorise à mordre. Nono, Stan et moi avions suivi des cours de dressage et Zorya est la chienne la plus obéissante des trois.

Je me demande s'il est seul. Il n'a pas l'air mal en point, il a l'air en bonne forme physique. Il ne porte pas de sac ni ne traine de bagages, c'est qu'il est posté quelque part, il a un abris. J'espère qu'il est seul. Mon regard balais les alentours. Je réfléchis rapidement et fais de brefs calculs logiques dans ma tête, s'il a un campement et qu'il n'est pas seul, je n'ai aucune envie que ses cris si ma chienne lui saute au cou rappliquent une meute d'humains. Surtout que je suis à peine plus couverte qu'Eve et qu'avec cette chaleur et cette journée de route, je n'ai pas la force morale à batailler. Je ne sais pas pourquoi, la vue de ce parc et les souvenirs qu'il fait remonter en moi, l'ensemble a comme ouvert une brèche dans mon esprit et dans mon coeur, brèche par laquelle s'est infiltré un sentiment fatiguant de mélancolie et de solitude.

D'un long sifflement et d'un claquement de doigt, j'appelle ma chienne qui ne tourne pas le dos à l'inconnu mais qui rentre les crocs. Elle est méfiante au possible quand elle en connait pas alors même si je la rappelle, je sais qu'elle va le garder dans sa ligne de mire jusqu'à ce qu'il ne soit plus dans son champ de vision. « - Zorya, ici. » Je lève les bras en l'air comme si je me rendais dans un western. Il a pas trop une allure de cow-boy, mais je le verrai bien comme bel indien. J'ai beau être méfiante et pas des plus rassurée, il dégage de l'assurance et un certain charme. « - C'est bon, j'ai rappelé mon fauve, on te laisse tranquille avec ton butin, on est pas venue pour chasser de toute façon, on va reprendre la route... »

J'ai quelques difficultés à cacher la fatigue dans ma voix, je me demande ce que je fais aussi loin de mes proches et pourquoi je prends ces risques.

   
FICHE « PAR » STILLNOTGINGER.

_________________

Smile.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ] Sam 11 Fév - 15:00

Wonderful Curves in Wonderland  
Emelie & Caïn
Look what you've done
I’m a motherfuckin' starboy
Look what you've done
I'm a motherfuckin' starboy

 

Il avait du mal avec les chiens Caïn. Lorsqu’il était dans l’armée, il avait dû se battre et surtout se défendre face à des chiens et franchement, ce n’était pas ce qui lui plaisait le plus ! Autant c’était un animal fidèle autant lorsqu'il aggripait quelque chose avec sa machoire, il ne lâchait plus du tout ! Nan, il aimait quand c'était de son côté, mais lorsqu'il ne connaissait pas, il était vraiment sur ses gardes et ne voulait pas lâcher son lapin. Il avait trop bataillé pour l'avoir celui la ! Il l'avait coursé et avait réussit à se le faire, c'était pas pour qu'une tierce personne puisse se le faire sans lui ! Sa maîtresse apparemment semblait s'amuser de la situation dans son petit point d'eau. « Je suis certain que si je montre les crocs elle filera tout aussi vite qu'elle c'est jêtée sur mon lapin. » Il grogna tout doucement, ne laissant pas sa proie à la bestiolle la regardant droit dans les yeux, ne montrant pas de signe de faiblesse. Elle lui proposa de partager. Partager sa prise ? La chienne était juste venue prendre le cadavre, elle avait du courage, de toute façon cette espèce en avait à revendre et ça l'énnerver un peu. « Partager ? C'est gonflé tu ne trouve pas ? » Et pas qu'un peu en fin de compte ! Elle semblait connaître à la perfection sa chienne et cette dernière obéït finalement aux ordres de sa maîtresse qui restait tout de même dans l'eau. La chienne lacha sa proie morte et fini par revenir vers sa maîtresse. « C'est qu'elle est obéïssante, impresionnant ! » Siffla t'il. Les meilleurs amis de l'homme hein ? Oui, bien éduqués, c'étaient de formidables compagnons et dans un univers tel que celui-ci, c'était une bonne, très bonne idée que d'avoir un chien comme coéquipier. Ce n'était peu être pas un humain, mais ça valait le coup !

Elle lui laissait donc le butin, ils n'étaient pas la pour le butin, ils ne voulaient certainement pas plus de soucis que ça. Il fallait dire, une personne seule, même avec son chien, ça pouvait être une cible facile pour un groupe. Surtout quand c'était une femme. Une danrée très demandée par la gente masculine qui reprennait ses droits les plus bas sur elle. Retour en arrière, retour au moyen âge ou les homme mettaient de côté les femmes pour leur plus grand plaisirs. Fort heureusement pour cette inconnue, Caïn n'était pas ce genre d'homme, mais elle n'en savait rien. « C'est gentil merci ! Si vous avez des légumes, j'veux bien qu'on partage ! Ma coéquipière a commencée à monter le camp à l'extérieur du parc. Si ça vous dit à tous les deux. » Il faisait bien entendu référence à elle, mais également au petit chien chien qui n'était pas si petit que ça. C'était drôle, il se comportait comme si de rien n'était, comme si la vie était normale, comme s'il n'y avait pas de rodeurs dans les environs, comme s'il n'y avait jamais eu de fin du monde. Comme si... comme dans le temps, les gens pouvaient s'inviter sans trop d'arrières pensées. « Enfin, sauf si tu as tes copains qui m'attendent dans un coin pour me planter. » Oui, c'était possible. Fort probable. Rares étaient ceux qui étaient encore seul, ils avaient rencontrés des groupes avec Sixtine, autant dire qu'ils restaient assez septiques sur ces derniers. Lapin en main, son regard se porta sur... du mouvement. La chienne fit de même. Un walker, un seul walker. Ce n'était rien, mais un seul pouvait en attirer d'autres. « Ok mon gars. » Dit il, attrapant sa hache. Il s'approcha et d'un coup bien placé, lui éclata la cervelle, seul moyen de s'en débarasser définitivement. « Ca vous dit alors ? » Il était tout sourire. Oh, il n'allait pas détourner le regard !



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

I SEE OPPORTUNITIES
avatar



× A propos du vaccin : :
Elle en a un peu entendu parler mais de toute façon Emelie a été élevé dans une mentalité "anti vaccin", bouh le gros méchant vaccin contre la grippe qui rend malade

× Âge du perso : :
29

× Localisation (+ avec qui) :
Californie ( Sacramento ) puis Yosemite

× Avant, j'étais : :
Professeur d'escrime et ancienne championne

× Messages : :
161

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
/

× Avatar : :
Krysten Alyce Ritter

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Lou !

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ] Mer 15 Fév - 22:15



« Une vraie rencontre,

une rencontre décisive , 

c'est quelque chose qui ressemble

au destin. »


CAÏN L. KEIHANA  & EMELIE C. GRAHAMS

 

 



Ma chienne arrive, non sans éviter de lui tourner le dos. Apparemment mademoiselle reste méfiante face à l'inconnu. Il refoule la proposition de partager et moi je lui propose de laisser tomber, pour preuve de bonne foi, Zorya rapplique même jusqu'à moi, enfin elle se tapis à côté de mes affaires la méfiante. Je lève mes mains en l'air et lui propose donc que chacun reparte de son côté, c'est sûrement mieux comme ça.

Il semble hésiter quelques instants, il observe les alentours, mon sac, mon chien, moi. Moi je me redresse pour sortir de l'eau, indiquant d'un geste mon sac pour essayer de lui faire comprendre que non je ne vais pas l'attaquer avec comme seule arme ma poitrine, d'ailleurs ce n'est pas avec mon énorme poitrine que j'arriverai à le mettre à terre mais passons, nous ne sommes pas là pour débattre taille de bonnet. Je veux simplement récupérer mon t-shirt qui se trouve sur mon sac ainsi que mon short, histoire de. Si déjà on fait la conversation, un peu de civilisation dans ce monde étrange ne fait pas de mal. Déjà qu'apparement, on zappe la priorité aux présentations, on peut éviter de zapper les vêtements, ou sinon c'est égalité et il perd aussi quelques couches. Bon faut que j'arrête mes conneries, le soleil a du me taper sur le crâne, c'est pas mon genre ça d'habitude.

Je me penche pour attraper mon débardeur et l'enfile. Il se colle immédiatement à ma peau encore trempée mais avec cette chaleur, ce n'est pas réellement quelque chose qui me dérange. J'enfile tant bien que mal mon short alors qu'il prend la parole. Je relève la tête et ferme machinalement la tirette de mon bas. Apparement, si j'ai des légumes, il est d'humeur à partager, si je comprends bien il n'est pas seule mais avec sa co-équipière qui monte un camp. Pour deux arguments convaincants, je n'hésite pas longtemps : déjà, le fait de se faire un petit plat mélangeant viande et légumes, ça me tente carrément. En plus, un campement monté n'est jamais de refus, surtout que c'est quelque chose dont je n'avais plus pensé du tout. Ah et puis troisièmement, un peu de compagnie autre que ma famille ça ne me déplairait pas. Il y a bien les quelques inconnus qui passent à la ferme le temps de gagner leur croûte et d'éviter de reprendre la route en étant maigre comme des clous, mais c'est toujours une entente bizarre qu'il y a avec ces gens de passage.

Je hoche la tête. « - J'ai des légumes, frais en plus, si ça peut vous convaincre de partager. Avec plaisir. » Amusée qu'il prenne le soin de préciser que l'invitation est valable pour mon fauve aussi, j'adresse un sourire qui est autant dirigé pour l'inconnu que pour ma chienne qui m'observe l'air curieux. Il fait ensuite référence a une éventuelle bande de copains planqués. « Pas de copains aux alentours, tu peux remarquer que ma chienne n'est pas du genre accueillante et elle fait d'ailleurs souvent fuir la compagnie. »

En un instant, elle se retourne en direction du grand brun et sort les crocs. Peut-être en effet boule de neige, mais quelques secondes plus tard, comme s'ils s'était synchronisés, c'est lui qui se retourne. Zorya s'approche de lui, j'en déduis la présence de rôdeurs, je me penche rapidement pour attraper ma ceinture avec mes armes blanches. Je n'ai pas le temps d'en sortir ma dague que l'indien a attrapé sa hache et adresse une phrase soit au crevé, soit au chien à côté de lui qui grogne en direction du cadavre sur pieds. D'un geste rapide et sec, le bruit cesse immédiatement, j'entends comme un poids qui s'effondre au sol et en me décalant légèrement, j'aperçois le corps enfin immobile d'un homme de notre âge, plutôt mal en point d'ailleurs. Le grand brun se retourne dans ma direction avec un grand sourire et ré-itère sa proposition.

« - Qu'est-ce qu'on fait encore ici ? » J'attrape mon sac et le lance sur mon dos après l'avoir refermé. Je me penche pour refaire mes lacets après avoir enfilé mes chaussettes.

« - Au fait, moi c'est Emelie, et vous ? » Je m'élance dans sa direction avec un léger sourire et glisse mes doigts dans mes cheveux pour à moitié les démêler et à moitié faire goutter l'eau qu'ils stockent encore, je déteste la sensation de l'eau qui perle dans mon dos entre mon sac et mon t-shirt. Quant au sourire, les grands larges où l'on voit toutes mes dents, c'est pas trop mon truc.

   
FICHE
« PAR » STILLNOTGINGER.

_________________

Smile.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ] Sam 25 Fév - 15:33

Wonderful Curves in Wonderland  
Emelie & Caïn
Look what you've done
I’m a motherfuckin' starboy
Look what you've done
I'm a motherfuckin' starboy

 

Les Walkers étaient toujours la pour gâcher la fête, mais ça devenait une habitude. Il n’était pas un monstre non plus, Caïn voulait bien partager vu qu’il avait bien vu qu’elle ne cherchait pas la confrontation. Elle devait donc être une personne assez calme et pas une tarée comme il en avait déjà croisé. De toute façon, il avait une bonne opinion des personnes possédant un chien en bonne santé et surtout bien éduqués. Cette dernière semblait être très attachée et protectrice envers sa maîtresse et surtout : Elle répondait à ses ordres, ce qui pouvait indiquer une bonne éducation. Oui, il voulait bien faire un petit effort et proposa de le partager s’ils avaient de quoi manger eux aussi, faire pot commun le temps d’une soirée avec sa coéquipière. Elle revint au bord de l’eau pour se rhabiller sous les yeux de Caïn. La pudeur dans ce nouvel univers était quelque chose qui n’existait plus vraiment et pour cause, on prenait plus vraiment soin de soi, surtout lorsqu’on baroudait ici et là pour sa propre survie, à la recherche de nourriture et d’eau potable. Non vraiment, il n’y avait plus à avoir peur dans ce genre de situations.

Il valait mieux être prêt à tout et surtout à l’arrivée imprévue de Walkers. Comme maintenant par exemple et Caïn ne fit pas dans la dentelle, éliminant méthodiquement toutes menaces pouvant planer sur eux. La chienne était une véritable alarme sur pattes et ça pouvait être une bonne chose ça ! Caïn lui demande si ça la branche et une fois habillée, elle prit son sac, demandant ce qu’ils faisaient encore la. « Je ne sais pas ! J’attendais d’voir s’il y avait d’autres potes à toi… Haha ! » C’était ironique, il voulait bien la croire et la chienne semblait être un bon indicateur pour lui. Elle revint vers lui se présentant. « Caïn. Allez, on y va, j’pense qu’il a ramené quelques copains… » Il grogna et s’avança vers la sortie, vers sa sortie et décocha un coup d’hachette dans une tête de Walker tout en tenant un second à l’écart en le poussant petit à petit le temps qu’il s’occupe de son frère, puis même combat, un coup sec sur la tête et le voilà qui s’effondre au sol. Il en reste un autre qu’il laisse à Emelie et d’un coup sec, retire le sang qui coule sur sa hachette. « Au moins, tu sais te défendre, c’est une bonne chose. » Souriant, il la mena vers sa porte d’entrée et de sortie du parc.

Une fois tout le monde à l’extérieur, c’était plus simple pour voir arriver les possibles problèmes, c’était une petite forêt, mais également pas mal d’espaces ouverts et visibles. « Je te préviens, ma coéquipière peut-être… grognon parfois. Elle n’aime pas trop que j’invite les gens à l’improviste. » Il ricana. Sixtinne n’allait pas apprécier, mais bon, elle commençait à avoir l’habitude. Enfin habitude… c’était vite dit ! Il s’arrêta finalement et tendu le lapin à la jeune femme. « J’avais presque oublié que j’étais partis chercher du bois pour le feu… Si je reviens sans, elle va me crucifier sur place… » Il se mit donc à ramasser à la va vite des petites branches, un peu tout ce qui lui passait sous les mains. « Vous venez d’où tous les deux au fait ? » Ouai, autant faire connaissance.



Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

I SEE OPPORTUNITIES
avatar



× A propos du vaccin : :
Elle en a un peu entendu parler mais de toute façon Emelie a été élevé dans une mentalité "anti vaccin", bouh le gros méchant vaccin contre la grippe qui rend malade

× Âge du perso : :
29

× Localisation (+ avec qui) :
Californie ( Sacramento ) puis Yosemite

× Avant, j'étais : :
Professeur d'escrime et ancienne championne

× Messages : :
161

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
/

× Avatar : :
Krysten Alyce Ritter

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Lou !

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ] Dim 19 Mar - 16:38



« Une vraie rencontre,

une rencontre décisive , 

c'est quelque chose qui ressemble

au destin. »


CAÏN L. KEIHANA  & EMELIE C. GRAHAMS

 

 



Caïn. J'enregistre ça dans un coin de ma tête tout en replaçant correctement mes armes pour éviter qu'elles ne me gênent. J'ai deux petites dagues, une visible et l'autre moins, souvent dissimulée dans ma veste, ou par du tissus, mais par cette chaleur c'est pas vraiment ce qu'on accumule sur son dos. J'ai aussi une longue épée qui me barre le dos, passant sous mon sac pour éviter un éventuel vol ou qu'elle tombe à cause d'une chute ou autre, c'est assez gênant mais on s'habitue vite quand on apprend à gagner sa croûte et qu'on essaie d'éviter de finir maigre comme un clou. D'ailleurs je n'ai jamais aimé ce nom pour l'arme d'escrime, mais ce n'est pas un katana non plus, et c'est bien plus long qu'une lame, mon frère l'a surnommé ma fritte à force de m'entendre râler quand il me parlait de mon épée.

Alors que je replace tout, positionne mon sac pour éviter qu'il appuie trop sur mon arme et son fourreau et qu'il ne me fasse mal au dos, l'indien enchaine deux crevés et un troisième prend ma direction. Légère adrénaline, c'est dingue de remarquer à quel point on s'habitue à tuer un crevé, les premiers, on panique, on s'inquiète, on réfléchit pour esquiver et pour profiter d'une éventuelle brèche pour arriver à tuer le mort vivant. Après quelques mois, on s'approche simplement, on n'hésite plus à mettre les mains dessus, et on sait où viser. C'est à peine si notre coeur s'accélère quand il faut percer un crâne. Est-ce ça l'évolution ? L'adaptation ?

Quoi qu'il en soit, je prends ma dague et d'un geste rapide et sec en bloquant le torse du crevé d'une main, je l'enfonce dans sa tête avant de la ressortir. C'est instantané, pas de derniers mouvements comme pourraient avoir les humains avant de mourir, les crevés une fois le cerveau touché se contentent de tomber au sol et de se décomposer, les vers et les animaux seront responsables de leurs derniers mouvements. Je me baisse pour essuyer le sang et les morceaux restant sur ma lame en la frottant contre les vêtements du crevé puis me redresse en étirant mes bras après avoir rangé mon arme blanche. Caïn lance une phrase entre le compliment et la constatation sur ma capacité à me défendre, je ne sais pas trop si on peut appeler ça un compliment sachant que pour survivre c'est simplement un besoin mais je lui adresse un petit sourire et m'obombre les yeux d'un revers de main à cause des rayons du soleil.

« - Tu te débrouilles bien aussi, c'est rassurant. » Rassurant parce qu'être accompagnée d'un boulet maladroit, c'est pire que d'être seule. S'il est bruyant et couvre les pas d'un crevé, s'il en loupe un ou autre, c'est les vies des autres qu'il met en danger en plus de la sienne. C'est rassurant de savoir que l'inconnu un peu plus connu sait se défendre et ne semble pas paniquer pour rien.

On s'élance donc hors de la forêt, la chienne nous dépasse pour ouvrir le chemin et respire les odeurs étrangères tout en tendant l'oreille. Mes yeux errent dans le paysage, entre les arbres et les ruines. Je reste silencieuse et remarque à quel point mon côté peu social s'est amplifié avec ces histoires de crevés. Déjà qu'avant j'étais pas forcément trop du genre à lancer la conversation avec des inconnus et à savoir combler les blancs, depuis que je ne vois presque que ma famille, c'est pire. Lui ne semble pas avoir ce soucis ou bien sait le dépasser car il brise le silence et aborde un sujet qui ne m'avait pas traversé l'esprit. Faut dire que c'est la première fois que je passe du temps avec un groupe que je ne connais pas, enfin hors ceux que l'on accueille à la ferme. Mais c'est différent, c'est un territoire que je connais et je suis entourée de personnes que je connais aussi.

Ceci dit, après avoir écouté ses paroles, je retiens un soupire. La précision sur le fait que ce soit UNE et non pas un équipier me fatigue. Non pas par jalousie ou autre, mais simplement que je n'ai pas trop le don de me civiliser avec les filles, femmes... J'ai toujours trouvé les groupes de filles hypocrites et fausses, et si vous n'étiez pas princesse et manucure comme elles, vous n'étiez pas assez bien. Bon, je doute qu'on puisse encore être princesse avec ce qui nous arrive.

« - Moyen de l'amadouer avec le menu de ce soir ? Des légumes et des fruits frais, y a de quoi faire dé-grogner quelqu'un non ? »

Caïn se retourne vers moi et me tend le lapin, je lui lance un regard d'incompréhension ? Veut-il que ce soit moi qui négocie l'amadouage avec ça ? J'hausse un sourcil et essaie de comprendre après avoir attrapé le petit corps maigre de l'animal. Je ricane après qu'il se soit expliqué. Je l'imagine très mal crucifié par une jeune femme, mais peut-être que je l'imaginais mal et que j'allais avoir a faire à madame muscle, deux mètres de haut, 30 cm de bras et fracturant des crânes à la seule force de ses doigts ? Je ricane un peu plus en imaginant la scène et coince le lapin dans la lanière de mon sac pour me baisser à mon tour afin de l'aider dans sa tâche. « Tu permets que je t'aide, ça t'épargnera une mort atroce et douloureuse des mains de madame muscle, en plus t'es pas bien gras, tu serais pas rentable si on devait se mettre au cannibalisme. » dis-je en riant, et en lui lançant un regard. J'ai peut-être sous estimé mon interlocuteur, il n'est pas gras, mais il semble loin d'être maigre comme un clou ou du genre à tirer le diable par la queue. Il a même l'air assez musclé de ce que je peux voir.

Mon regard se repose sur les alentours alors que la chienne semble nous tourner autour en trottinant. Je continue à ramasser quelques branches et morceaux de bois alors qu'il reprend la conversation. Civilisé, l'indien dites moi. « On habite près de Sacramento, je venais voir ce que devenait les alentours... Et toi ? »

On continue notre petit ramassage de bois en avançant vers le futur campement. Alors que Caïn attrape un bout de bois plus épais que les autres et apparemment plus attirant, Zorya s'approche et lui pique des mains après l'avoir fixé quelques secondes. Je souris et observe sa réaction, j'ai toujours pensé qu'on peut connaître le vrai fond d'une personne en observant ses réactions instinctives, les primaires, celles qu'il n'a pas le temps de cacher ou de se dire que non ce n'est pas une réaction acceptable. Surtout avec un animal.  

   
FICHE
« PAR » STILLNOTGINGER.

_________________

Smile.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever.

× Âge du perso : :
32 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, pas loin de feu le camp de Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
23117

× Points de vie : :
32

× Copyright : :
© Schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen cute Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ] Dim 27 Aoû - 13:23

RP archivé suite à la suppression de Caïn. coeurrose

_________________
Wonder how bad that tastes when you see my face, hope it gives you hell when you walk my way, hope it gives you hell.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ]

Revenir en haut Aller en bas

[FB] « Une vraie rencontre, une rencontre décisive, c'est quelque chose qui ressemble au destin. » [ PV Cain L. Keihana ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-