It's a small world • Gabriel
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

It's a small world • Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

YOSEMITE
avatar



× Âge du perso : :
38 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite

× Avant, j'étais : :
Pilote à l'US Air Force

× Messages : :
156

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
moi-même

× Avatar : :
Michael Fassbender

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Pathy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: It's a small world • Gabriel Jeu 16 Mar - 13:23

ft. Heinrich Werner & J. Gabriel Perceval
« Here is the world of imagination, hopes, and dreams. In this timeless land of enchantment, the age of chivalry, magic and make-believe are reborn - and fairy tales come true. » Walt Disney Company

It's a Small World After All
Il n'était jamais venu à Disneyland. Depuis le premier jour où il avait posé les pieds aux US, il n'avait fait que courir et voler. Parfois il avait eu du temps libre -c'était après avoir eu Lola- mais malgré ses supplications, ils n'avaient jamais pu s'y rendre. C'était souvent à cause de sa femme, d'ailleurs. « Trop loin, trop cher, tu n'as plus l'âge ». Elle ne voulait jamais et trouvait toujours une excuse bidon. Ce n'est arrivé qu'une fois qu'elle accepta, parce qu'elle savait qu'Heinrich ne pourrait pas venir. C'était un soir d'été, le genre de soir qui vous donne juste envie de passer votre vie dehors parce que la chaleur de la journée est plus douce. Lola jouait dehors avec une petite figurine du film Lion King. Elle adorait ce film. Elle s'était tournée vers son père, assis sur un banc avec sa femme qui avait les yeux rivés sur son téléphone. « Papa, on va à Disneyland ? ». C'était la centième fois, au moins. Sa mère avait levé les yeux et avait sourit. « On peut y aller, j'ai des vacances dans deux semaines. » « Oh oui, Papa ?! » Il s'était excusé, que lui n'avait pas de vacances. Mais que ça serait chouette pour elles d'être entre filles. L'expression de Lola s'était durcit : « Non, j'y vais pas si tu ne viens pas ». Et elles n'y étaient pas allé.

Heinrich remontait Hollywood Land. Une grande rue qui ressemblait à un décor de cinéma. Il lançait des regards distraits sur les restaurants. Il avait tellement faim. Il donnerait cher pour un vrai repas bien chaud. Avec une entrée délicate, un morceau de viande si gros qu'il ne mangerait pas tout, des petits légumes croquant et un désert sucré qui vous pèse sur l'estomac pendant trois semaines. Mais tout était fermé depuis longtemps. Les prix sont trop hauts de toutes façons. C'était sa consolation. Se dire que, même si ce n'était pas la fin du monde, il n'aurait pas pu se payer un repas ici. Il passa devant un énième restaurant et s'arrêta. Après tout, oui, c'était la fin du monde. Et personne ne le mettrait à la porte s'il jetait un œil dans les cuisines. Il ne chercherait pas de plat fumant sur les plaques chaudes, ou un desert abandonné dans le frigo. Mais tous les restaurants ont des chambres froides. Et certains produits se conservent longtemps. Il bifurqua donc et entra dans le restaurant Fairfax Market.

En pénétrant dans celui-ci, il lui sembla encore sentir l'odeur des légumes frais, des sandwichs préparés sur le tas et des glaces gelées. Mais ce n'était que son imagination. Ça sentait le pourri, la viande avariée et les légumes bouffés par les insectes. Il préféra néanmoins songer aux douces effluves qui le maintenaient en appétit. Ça l'arrangerait de ne plus avoir faim, mais s'il voulait garder la forme, il n'avait pas le choix que de manger. De toutes façons, son ventre lui suppliait d'être rempli. Et avec ce ventre qui gueulait, la discrétion c'était mort. Il s’apprêtait à taper sur une table pour voir si un bruit lui répondait et indiquait que la zone n'était pas sûre quand une casserole lui apporta ce qu'il voulait. Non pas des lentilles parfumée aux herbes, mais une charogne parfumée vomit. Et merde. Et sans doute pisse et autres joyeuseté de la vie. Sans parler de l'odeur cadavre. Sa propre odeur et l'odeur de tous ceux qu'il avait bouffé avant d'avoir décidé que le prochain serait Heinrich.

Mais ça n'était pas de l'avis de ce dernier. Une expression neutre et habituée au visage, il se dirigea vers le mort qui sortait des cuisines pour venir déguster le plat du jour du Fairfax Market : Cervelle fraîche en entrée, cœur et intestins tout chaud en plat, et le dessert (son préféré) fesses bien dodues et musclées. Il semblait même avoir envie de commencer par le dessert puisqu'il se pencha lorsque Heinrich fut assez près. Ses dents frôlèrent l'arrière d'Heinrich qui se décala de justesse, ne s'attendant pas à cette parade. Bien joué. La seconde qui suivit, Heinrich lui planta son couteau dans l'arrière du crâne.

« Mais j'ai gagné. » 

Le mort-vivant, se cantonnant au simple nom de mort à présent, s'écroula lamentablement sur le sol. Heinrich se redressa et essuya son couteau sur une serviette qui traînait là. Il rangea ensuite son arme dans sa ceinture et entreprit, enfin, d'aller voir ce que lui proposait le Fairfax Market aujourd'hui.

_________________
True focus lies somewhere
between rage and serenity.


Dernière édition par Heinrich Werner le Mar 21 Mar - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

BODIE
avatar

En ligne



× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir

× Âge du perso : :
28 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
216

× Points de vie : :
116

× Copyright : :
Misery Mind(avatar) Bat'phanie(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's a small world • Gabriel Dim 19 Mar - 14:07


 
It’s a Small World
 
Heinrich et Gabriel


Rien de tout cela aurait du se passer. Le monde n’aurait pas du mal tourné. Les morts n’aurait jamais du se relever. Mais bon, parfois des choses arrivaient même si on aurait préféré qu’elles n’arrivent jamais. Gabriel aurait aimé comme beaucoup de monde surement, que tout cela n’arrive jamais. Si l’apocalypse n’était jamais venue, en ce moment il serait surement  en train de volé, surement qu’il serait en mission pour son pays. Ou peut-être qu’il serait en permission, a couvrir sa nièce de cadeau et d’histoire comme il avait toujours aimé le faire.   Mais bon, ce n’était pas le cas, et donc il était là à arpenter les rue d’Hollywood. Comme si tout était normal, enfin… Aussi normal que ça pouvait l’être maintenant. Il arpentait donc ses rue, digne de décors de cinéma….Enfin maintenant c’était plutôt des décors de film d’horreur, avec des corps qui jonché le sol, des maisons abandonnés sur lesquelles du lierre commençait a grimpé sur les façades.  Mais, c’était calme, pour une fois, il pouvait marcher dans la rue sans avoir a usé de ses crochets toutes cinq minutes. Sans être attaquer a chaque pas par un cadavre qui marche. Il soupira en sentant son ventre gargouillé. Depuis quand n’avait-il pas manger ? Depuis longtemps, surement deux jours. Il se mit donc en quête d’un endroit où trouver de la nourriture. Même un tout petit peu, quelque chose qui ferait taire son ventre et lui redonnerait des forces. Même si c’était dégelasse, de toute façon il avait l’habitude des rations de survie de l’armée.  Il ne demandait donc pas de la grande cuisine.  Il souri un peu soulager en arrivant dans la rue où il y avait les restaurant. Bon au moins ici ce serait l’endroit où il avait le plus de chance de trouver de quoi se mettre sous la dent.

Il entra dans le premier magasin qui l’inspirait. Il se fichait du nom et de l’enseigne. Il ne l’avait même pas regardé, il avait juste regardé à l’intérieur pour voir si ce n’était pas trop infester de mort. Visiblement ca ne l’était pas. Parfait ! En entrant, il remarqua que sur le sol plein de poussière il y avait des  traces de pas. Donc quelqu’un était entré, et comme elles étaient fraiches et dans une seule direction,  la personne était surement encore là.  Surement qu’il était aussi en quête de nourriture, comme l’ancien aviateur.  Gabriel sortie donc ses deux crochet de sa ceinture et c’est prêt a attaquer et en marchant doucement et discrètement qu’il  suivit les trace de pas. Il enjamba un corps, tué, enfin si on peut dire cela comme ça, récemment.  Il était prêt a attaquer, enfin plutôt montré qu’il était prêt a riposter en cas d’attaque. Bien qu’il ne fasse pas le poids si  la personne avait une arme à feu. Il avait un pistolet lui aussi, mais peu de cartouche alors il préférait les économisés, on ne sait jamais ce qui peu arriver. Il entra discrètement dans la cuisine  et marcha toujours en positions d’attaque, ou de défense, selon le point de vue.  Mais il s’arrêta net quand il se trouva face à l’homme dans la cuisine. Il le reconnaissait, il était sur la photo de ses frères d’armes qu’il avait constamment sur lui.  Ils avaient volé un nombre incalculable de fois ensemble. Ils avaient fait de nombreuse missions tous les deux. Il le reconnaissait, mais ne dit rien. Ne prononça pas un mot. De toute façon  Heinrich le reconnaitrait surement lui aussi. Même si la barbe de Gabriel avait bien poussé depuis et qu’il avait l’air fatigué et beaucoup plus grognon.  Entre frères d’armes, on se reconnaissaient forcément.
 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - so cold - Breaking benjamin
[/center]

_________________
ont se retrouvera
Ce sera toi et moi contre le monde entier, pour toujours quoi qu'il arrive
Revenir en haut Aller en bas

YOSEMITE
avatar



× Âge du perso : :
38 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite

× Avant, j'étais : :
Pilote à l'US Air Force

× Messages : :
156

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
moi-même

× Avatar : :
Michael Fassbender

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Pathy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's a small world • Gabriel Mar 21 Mar - 19:02

ft. Heinrich Werner & J. Gabriel Perceval
« Here is the world of imagination, hopes, and dreams. In this timeless land of enchantment, the age of chivalry, magic and make-believe are reborn - and fairy tales come true. » Walt Disney Company

It's a Small World After All
Heinrich était entré dans les cuisines comme on entre dans la supérette en bas de chez soi. Serein et concentré sur ce qu'il devait trouver. Il aurait peut-être dû rentrer avec plus de méfiance, mais lorsque le premier rôdeur était sortit et qu'il s'était jeté sur lui, s'il y avait eu le moindre mordeur supplémentaire, il serait sortit aussi. Heinrich en avait donc conclu qu'il était seul. Et bien heureusement. Il était affamé et n'avait pas l'énergie de s'en prendre à une horde de demi-humain maigres comme des clous. Il se dirigea donc vers les plans de travail qui ouvraient le bal, une main toujours sur le manche de son couteau. Après tout, il restait tout de même prudent. Les plans étaient jonchés d'ordures diverses. A l'époque, ça n'avait pas été des ordures. Plutôt des plats chauds, quelques sandwiches et même une glace. Enfin je crois. Difficile à dire dessous toute cette pourriture... Sa carrure de militaire vint obombrer les plaques autrefois habillées de flammes et diffusant une chaleur agréable qui vous rappelait que l'heure de manger approchait. Aujourd'hui, les plaques étaient noires de saletés et de traces de cramé. Mortes, sans plus utilité aucune. Heinrich soupira. Il donnerait cher pour pouvoir utiliser ces plaques, voir le feu s'en échapper, sentir, peut-être, la douce odeur du gaz.

Mais c'était peine perdue. Heinrich dégaina son couteau et souleva un tas de feuilles avec (du moins un truc cramoisie qui ressemblait à un tas de feuilles) pour découvrir un nid de vers au dessous. Il réprimanda une envie de vomir et lâcha le tas de décomposition. Je ne trouverais rien ici, je ferais mieux de chercher directement dans les chambres froides. Il se dirigea donc vers une énorme porte en métal. De l'extérieur, on aurait pu penser qu'il faudrait trois codes et des empreintes digitales pour l'ouvrir et découvrir dix millions de dollars. Mais si une simple poignée protégeait l'intérieur, ce qu'il y trouverait n'en restait pas moins un trésor.

Il posa sa main libre sur la porte. Elle était froide et donnait l'impression que l'air, derrière, était toujours aussi frais qu'avant. Mais il savait pertinemment que plus rien de fonctionnait et qu'il allait trouver deux choses derrière : des fruits, des légumes et de la viande pourrie. Mais aussi des boites de conserves (sûrement très grosses), des sacs de blé, de riz et de pâtes. Peut-être même du pain emballé sous atmosphère protectrice. Et, finalement, quelques biscuits et autres barres aux céréales ou au chocolat. Il saliva. Sa main descendit lentement vers la poignée lorsque des bruits de pas le tirèrent de sa rêverie. Il se tourna en seulement une seconde, le couteau levé prêt à s'enfoncer dans le crâne sans conscience d'un mort.
Mais ce n'était pas un mort.
Silence.

Heinrich ne rabaissa pas son couteau au premier instant. Il lui fallu analyser la situation. C'était comme lorsque vous êtes sur la route pour aller au travail. Que vous faites ce chemin pour la millième fois, que vous connaissez chaque parcelle de bitume et que vous pouvez même anticiper les voitures puisque ce sont toujours les mêmes. Et puis que, tout d'un coup, un jour, un con arrive à contre-sens. Vous ne pouvez plus penser, vous êtes juste là, béat, à regarder ce véhicule qui fonce sur vous. Puis finalement vous vous poser une question : « Hein ? ». Et c'est tout. Que vous arriviez à l'éviter ou non, votre cerveau et tout vos sens sont en alertes mais ne trouvent pas cette situation normale. Ici c'était un peu pareil. Non pas parce qu'il ne s'attendait pas à ce que quelqu'un sorte de nul part -ça il s'y attend à chaque instant, même lorsqu'il dort pénard dans sa voiture. Mais parce qu'il connaissait le visage de l'homme qui se tenait, lui aussi, dans une position près à agir. Il connaissait cet homme puisqu'il avait appartenu à son passé. A ce passé lointain d'avant la fin du monde. Ce passé qu'il aurait presque pu oublier. Mais il n'avait rien oublié, et surtout pas cet homme, face à lui, un peu fatigué, la barbe recouvrant une partie de son visage.

Le silence devenu long et pesant, Heinrich reçut comme une décharge et abaissa son arme avant de la ranger dans sa ceinture. Il ne savait part où commencer. Alors il laissa son corps faire et se dirigea vers Gabriel. Un léger sourire apparut sur ses lèvres un peu sèches -cela lui rappela que chercher de l'eau serait une bonne idée lorsqu'il pénétrerait dans la chambre froide. Il hésita un instant face à son ami. Il l'aurait bien pris dans ses bras, mais Heinrich n'avait plus l'habitude de ces élans de tendresse, peut-être un peu trop fort pour son cœur meurtri. Oui, c'était trop tôt. Il lui tendit néanmoins une main musclée qui se rappelait de leur check affectif « rien qu'à eux » et qui mourrait d'envie de pouvoir le refaire depuis des mois...

« Gabriel... »

Au début, c'est tout ce qu'il réussit à dire. Mais le reste vint rapidement à ses lèvres. Il se sentait bien. Pas revivre, mais presque. Il retrouvait un compagnon, un collègue, un ami. Une chaleur agréable s'installa dans son cœur. Il n'était plus seul. Finalement, il avait encore un point de repère dans ce monde de désolation.

« Je suis heureux de te voir en vie mon frère. »









Hors RP:
 

_________________
True focus lies somewhere
between rage and serenity.
Revenir en haut Aller en bas

BODIE
avatar

En ligne



× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir

× Âge du perso : :
28 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
216

× Points de vie : :
116

× Copyright : :
Misery Mind(avatar) Bat'phanie(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's a small world • Gabriel Dim 26 Mar - 13:24


It’s a small World

Ce retrouver face a Max, son meilleur ami lui fit comme une décharge électrique. Et l’espace d’une seconde il fut comme transporter dans son passé. Il se revoyait voler au coté de Max, manger a la cantine a ses coté en riant de blagues qu’eux seuls comprenaient et même se préparé pour des missions tout les deux. Il avait en face de lui celui qu’il voyait comme un second frère. Il était bel et bien vivant, Gabriel ne rêvait pas, il avait face a lui Heinrich, son plus fidèle allié. Et cela lui fit le plus grand bien. Dire qu’il était entré dans le premier établissement a peu prêt sur qu’il avait trouvé. Il avait visiblement bien fait. Il faut croire que son instinct l’avait bien dictée encore une fois.  Pendant un instant les deux anciens militaire restaient silencieux, toute arme dehors a se fixer. Comme si ils cherchaient a savoir s’ils rêvaient ou non. Et puis presque dans un même mouvement ils rangeaient leur arme. Gabriel l’aurait bien prit dans ses bras tellement il était heureux de le voir, mais bon le Perceval n’était pas vraiment du genre très tactile, donc il se contenta de faire un pas face a lui. Il souri un peu quand  Max lui tendit la main.  Pas pour lui la serré, Gabriel savait parfaitement pourquoi il lui tendait cette main. Et c’est instinctivement et avec un énorme plaisir qu’il lui checka la main. Leur check rien qu’a eux, celui que tout le monde avait essayé de reproduire dans leurs camp, sans jamais y arriver. C’était à eux et rien qu’a eux ! Et jamais Gabriel n’avait penser avoir l’occasion de le refaire une fois.

Un sourire transperça la barbe de Gabriel quand Max prononça d’abord son nom et ensuite son plaisir de le revoir. «  Moi aussi vieux frère j’suis content que tu sois en vie ! »  Qu’il dit en lui mettant une tape amicale sur l’épaule.  Ce que ca pouvait être bon de se dire que tout les gens bien n’était pas mort autour de lui. De se dire qu’il avait encore des souvenirs du passé. Des bons souvenirs. «  J’paris que t’es venue ici comme moi pour la bouffe ! » dit il en s’avançant vers la chambre froide «  Ta trouver quelque chose ? » Dit il en se tournant vers son frère d’arme. Il connaissait Max, il savait qu’il n’était pas égoïste, que s’il avait trouvé quelque chose il partagerait avec Gabriel. De toute façon Gab n’était pas là dans le but de le voler ou exigé une part du butin. Il voulait simplement un peu de nourriture et d’eau. Même s’il repartait sans rien, juste avec le ventre plein ca lui convenait. Il posa la main sur la poignés de la chambre froide et lui fit un signe de tête pour voir s’il était prêt a entrer dans la chambre froide. Une fois qu’il eu la confirmation de son ami, il ouvrit la porte prêt a toute les trouvailles. Il eu d’abord le droit a une attaque d’odeur nauséabonde. Une odeur de légumes et fruit pourrie et de viande avariée. C’était peu ragoutant, de quoi couper la faim. Mais même s’il n’avait pas faim, le Perceval devait manger, c’était impératif s’il voulait continuer à vivre.

Il tourna la tête vers son ami en grimaçant pour voir si lui aussi était affecter par cette odeur fort peu ragoutante.  Bien sur qu’il l’était, l’odeur ca touchait tout le monde, sauf si vous aviez perdu le sens de l’odorat.  Il entra ensuite dans la chambre froide, elle était encore un peu fraiche mais n’était plus vraiment digne de porter le nom de chambre froide a part entière. La plus part des rayons présent dans la pièce n’était plus consommable, c’était principalement de la viander et du poisson avarié et des fruit et légume pourri. Mais il restait encore quelque bouteille d’eau et des conserves. Gabriel s’approcha et se mit a observer les conserves a la recherche d’un « repas de fête » pour « fêter » ses retrouvaille avec Max. «  Tu veux quoi comme repas de fête ? » dit il les yeux toujours poser sur l’étagère des conserve.  

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.



HRP:
 

_________________
ont se retrouvera
Ce sera toi et moi contre le monde entier, pour toujours quoi qu'il arrive
Revenir en haut Aller en bas

YOSEMITE
avatar



× Âge du perso : :
38 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite

× Avant, j'étais : :
Pilote à l'US Air Force

× Messages : :
156

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
moi-même

× Avatar : :
Michael Fassbender

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Pathy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's a small world • Gabriel Dim 2 Avr - 23:09

ft. Heinrich Werner & J. Gabriel Perceval
« Here is the world of imagination, hopes, and dreams. In this timeless land of enchantment, the age of chivalry, magic and make-believe are reborn - and fairy tales come true. » Walt Disney Company

It's a Small World After All
Quand Gabriel lui attrapa la main, c'est avec un naturel étonnant qu'Heinrich et lui firent bouger leurs doigts, taper leurs poings et serrer leurs mains. Heinrich resta un instant étonné. Il n'avait pas eu besoin de réfléchir, c'était venu comme si la dernière fois datait d'hier. Il ramenait sa main vers lui tout en écoutant son ami. Il avait presque réussi à oublier le timbre de sa voix. Trop de choses avaient été oubliées, laissées pour compte, perdu quelque part dans le passé. Et pourtant, si Heinrich avait entendu cette voix sans voir son visage, il savait qu'il l'aurait reconnu. C'est comme le check. Vous pensez avoir tout oublié jusqu'au moment où vous vous souvenez de tout, part instinct.
La tape sur l'épaule que reçut Heinrich fut des plus agréables. Ce genre de contact lui avait manqué. Depuis que les morts avaient commencés à se relever, il n'était pas souvent arrivé à Heinrich d'avoir l'occasion de recevoir une tape amicale sur l'épaule. Pour être franc, ça ne lui était pas du tout arrivé. En général c'était plutôt un coup de poing dans la gueule ou un coup de crosse dans les boules. C'est donc naturellement qu'il rendit cette tape à Gabriel tout en le suivant vers la porte de la chambre froide.

« Si y a un bien un truc qui ne meure jamais dans ce monde, c'est la faim. »

Et c'était bien regrettable. Tout leur avait été enlevé, sauf la sensation d'avoir faim, et ce besoin primaire qu'ils partageaient avec les rôdeurs. Au moins, il faut se consoler. Eux aussi doivent avoir du mal à trouver quelque chose à se mettre sous la dent parfois... Perdu dans ses pensées, Heinrich fit une petite moue lorsque Gabriel le tira de ses réflexions. Heinrich n'eut pas besoin de répéter sa grimace qui collait parfaitement avec la réponse qu'il avait à apporté à son frère d'arme.

« De la viande pourrie, des légumes pourris, des fruits pourris... Mais j'imagine que derrière cette porte il doit y avoir au moins quelques conserves. »

Il pointa la porte de la main et Gabriel s'apprêta à l'ouvrir. Heinrich dégaina son couteau. Soyons franc, il y avait peu de chance qu'il y ai un mort là-dedans, mais on n'était jamais trop prudent. L'Allemand savait qu'il était possible que quelqu'un ait voulu s'abriter ici et y soit resté à jamais.

Gabriel ouvrit finalement la porte et ce n'est pas un rôdeur pourrissant qui en sortit, mais un mélange d'odeurs plus ou moins fortes. Toutes infectes. Heinrich eût un haut le cœur. Il n'en pouvait plus de cette odeur. Il avait l'impression de la sentir non stop, et pourtant à chaque nouvelle vague plus forte, c'était comme s'il la découvrait pour la première fois. C'était un bien triste constat dans ce nouveau monde. Tout puait. Il y avait une odeur constante de pourriture absolument partout. Mais cela ne vous empêchait pas de pouvoir être surprit par une nouvelle odeur par hasard en ouvrant un placard ou en tombant nez à nez avec un rôdeur un peu plus original. Toutes ces odeurs, Heinrich ne savait même pas qu'elles pouvaient exister.

Heinrich rendit son regard à son ami tout en remettant son couteau dans son fourreau. Il se rendit compte que la seule chose rassurante dans ce monde, c'est qu'il n'était pas seul, et que tout le monde était affecté par les mêmes choses que lui : les odeurs, l'inconfort, dormir part terre, la mauvaise hygiène, s'essuyer avec des feuilles. Au fond, cela rendait tout le monde un petit peu plus humain. Il n'y avait plus de riches ; tout le monde était pauvre. Il n'y avait plus cet homme, dans le train, avec son eau de Cologne à huit cent dollars la bouteille ; lui aussi sentait la merde. Il n'y avait plus d'emploi, plus de chômage. Au fond, lorsqu'on y réfléchissait, ce retour aux instincts primaires, survivre, avait véritablement rendu les gens plus humains. L'entre-aide était quelque chose qui était comme revenue à la mode. Au fond, ça plaisait bien à Heinrich. Mais cette vie animale l'aurait mieux convaincu si sa fille avait été à ses côtés. En ce moment, elle se pincerait le nez et regarderait Gabriel en lançant un « pouah ! » dégouté mais adorable.

Soudain, Heinrich sentit qu'il était partit trop loin dans ses réflexions. Il entendit à peine la question de Gabriel et fit mine de s'écrouler. Bon, il n'était pas sûr de savoir si c'était l'odeur vraiment dégueulasse de la chambre froide ou toutes ces réflexions qui l'avaient mis dans cet état, ou même les deux combinés (c'est plutôt ça). Mais cela n'avait plus d'importance et il se rattrapa de justesse avant de tomber. Il leva son regard et sa main vers Gabriel.

« Je crois que n'importe quoi ira, je crève la dalle. »

Il prit une grande inspiration et eut l'air d'aller mieux la seconde qui suivit. En se redressant, il fit tomber une casserole qui fit un boucan d'enfer, lui tirant une grimace. Ce n'est pas parce que la zone était « sûre » qu'il fallait faire n'importe quoi. Il espéra un instant que Gabriel ne lui poserait pas de question sur son coup de faiblesse si ce n'est « ouep t'as la dale mon pote, faut prendre des forces ». Il n'avait pas vraiment envie de discuter de ça. Il voulait plutôt manger, avoir mal au ventre, mettre quelques réserves dans les sacs à dos, et discuter avec son ami. Il s'approcha donc de la porte et, l'air de rien, fit mine de pénétrer dans la chambre (plus vraiment) froide.

« Si y a des fayots, c'est pour moi ! »

Heinrich adorait les fayots.










HRP:
 

_________________
True focus lies somewhere
between rage and serenity.
Revenir en haut Aller en bas

BODIE
avatar

En ligne



× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir

× Âge du perso : :
28 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
216

× Points de vie : :
116

× Copyright : :
Misery Mind(avatar) Bat'phanie(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's a small world • Gabriel Dim 7 Mai - 13:23


It’s a small World

« Si y a un bien un truc qui ne meure jamais dans ce monde, c'est la faim. » Ce que cela pouvait être vrai malheureusement. Ca et le besoin primordiale et vital de boire. De nos jours les gens buvaient n’importe quoi. Il était même arrivé plusieurs fois à Gabriel de boire de l’eau boueuse, ou pleine de vase. Ca n’avait pas bon goût, mais maintenant il n’avait plus le luxe de faire la fine bouche.  Si les gens se mettaient à faire la fine bouche ils n’allaient pas survivre longtemps. Que ce soit bon ou à vomir, tout était bon à manger ou a boire. Et s’il le fallait Gabriel était même prêt à boire son urine pour survivre. Bien que soyons honnête il redoutait un peu le moment ou cela devrait arrivait. Il regarda son vieux frère pour lui dire d’un regard qu’il était d’accord avec lui. Ils n’avaient pas vraiment besoin de mots pour ce comprendre. Puis Gabriel était entré dans la chambre froide qui était hors fonction depuis bien longtemps. Il prit un court instant pour s’habitué a l’odeur nauséabonde avant de marcher dans le garde manger. Une mine d’or de pourriture. Mais aussi de choses a manger il avait là, sous les yeux des rayon entier de conserve et plusieurs pack de bouteille d’eau.  

C’est dans un sursaut qu’il se retourna vers son frère d’arme quand il entendit un bruit. Visiblement une casserole était tombé, enfin Heinrich avait fait tomber une casserole en tombant lui aussi.  Le pilot regarda son meilleur ami en fronçant les sourcils. Il était pâle, surement qu’il était en hypoglycémie, il avait d’urgence besoin de manger quelque chose. «  Ouais mec ta besoin de manger d’urgence là. Je te trouve ca vite » dit il en se tournant a nouveau vers les conserves. Il rit un peu quand Mex lui dit qu’il était preneur s’il y avait des fayots. Gabriel connaissait bien l’amour que Max portait aux fayots et d’ailleurs aimait le taquiner avec cela «  T’en fait un beau de fayot ! » Ca il n’avait pas put s’en empêcher, il faut dire que l’Allemand lui avait tendu la perche sur ce coup là.

Bingo, il trouva une grosse boite de conserve, largement pour deux personne, de fayot a la sauce tomate. Il souri a travers sa  grosse barbe d’ours et l’attrapa. Il  prit aussi une bouteille d’eau et sortie de la chambre froide. Il aida son ami a se relever «  Prend place, j’m’occupe de la bouffe. Mais tien bois avant » dit il en lui mettant dans les mains la bouteille d’eau. Il ramassa ensuite la casserole que son ami avait fait tomber, a l’aide de son couteau il ouvrit la boite et versa son contenue dans la casserole. Il alla la faire chauffé ensuite sur la gazinière, par chance il restait encore un peu de gaz et avec son briquet Gabriel put l’allumé. Derrière les fourneaux il souri. Il était là a cet instant précis content. Gabriel était du genre a aimer cuisiné, surtout pour prendre soin des gens qui lui était cher.  Il avait l’impression que le monde était redevenu comme avant. Une fois les fayots bien chaud, il fit deux assiettes grâce a la vaisselle du restaurant  et en donna une a son ami. Les assiettes était copieuse, mais ca leurs ferait le plus grand bien. Il attrapa la bouteille d’eau et but a même le goulot. Les deux hommes n’avaient jamais craint de toute façon de boire dans la même bouteille. « Bon app vieux ! » dit il d’un ton assez heureux avant de commencer a manger de bon cœur. Finalement ca faisait du bien de manger un peu.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.



Spoiler:
 

_________________
ont se retrouvera
Ce sera toi et moi contre le monde entier, pour toujours quoi qu'il arrive
Revenir en haut Aller en bas

YOSEMITE
avatar



× Âge du perso : :
38 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Yosemite

× Avant, j'étais : :
Pilote à l'US Air Force

× Messages : :
156

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
moi-même

× Avatar : :
Michael Fassbender

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Pathy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's a small world • Gabriel Mer 24 Mai - 9:21

ft. Heinrich Werner & J. Gabriel Perceval
« Here is the world of imagination, hopes, and dreams. In this timeless land of enchantment, the age of chivalry, magic and make-believe are reborn - and fairy tales come true. » Walt Disney Company

It's a Small World After All
Heinrich ne put s'empêcher d'esquisser un sourire amusé lorsque Gabriel le traita de fayot. Lors d'un tel état fébrile, il n'y avait rien de plus réconfortant que l'humour spontané de Gabriel. Ils avaient toujours adorés se lancer des petites piques de ce genre, toujours dans la subtilité bien-sûr ! Lorsque son ami ressortit de la chambre froide, l'Allemand fut soulager de voir la boite de fayot, mais surtout de voir la bouteille d'eau dans son autre main. Un bout de plastique fermé hermétiquement contenant le breuvage le plus précieux qui soit en ce bas monde. Heinrich n'y croyait pas ses yeux et saliva automatiquement. Depuis combien de temps n'avait-il pas bu dans une bouteille fraichement ouverte ? Oh bien-sûr, il avait déjà trouvé des bouteilles d'eau. Mais bien trop souvent elles étaient déjà ouvertes et il devait faire bouillir l'eau pour être sûr de ne pas boire de saloperie. Et il fallait bien l'avouer, passer six mois derrière un total inconnu n'était pas une pensée très sympathique.

Il se laissa accompagner vers une chaise par son ami. Il ne lui avait pas demandé ce qui lui était arrivé. Misant tout sur le manque de nourriture (ce qui n'était pas totalement faux) et Heinrich remercia mentalement Gabriel de ne pas poser de question. Il n'avait pas envie d'en parler et s'en voulait d'avoir eu un moment de faiblesse. Un moment qui aurait pu leur faire du tord si le restaurant n'avait pas été vide... Il ouvrit la bouteille que lui avait confié le pilote et put jouir du doux « clac » de l'ouverture de l'objet en plastique. Un autre sourire apparut sur son visage.

« Ah, das ist gut »

Il ferma les yeux et apporta la bouteille à ses lèvres. Il bu une gorgée et s'arrêta. Comment quelque chose d'aussi basique que de l'eau pouvait procurer autant de plaisir ? Une eau cristalline, sans arrière goût douteux, sans morceaux de terre. Sans rien. Rien que de l'eau. Il soupira et bu une seconde gorgée avant de refermer la bouteille et de la posée sur la table à côté de lui. Il tourna alors son attention sur Gabriel qui avait réussit à allumer les plaques.

« Il y a encore du gaz ? C'était inespéré. C'est vraiment notre jour de chance. Il faudra qu'on pense à prendre plusieurs provisions. J'ai un véhicule pas loin, et toi ? »

Il pensait aussi qu'il serait bon de laisser quelques vivres pour les prochaines personnes qui passeraient par là. Mais il n'en parla pas encore à Gabriel. Il se contenta de l'observer cuisiner. Il n'avait jamais été un grand chef, mais il savait cuir les aliments à la perfection et Heinrich avait hâte d'engloutir sa part.

« Tu sais que ça te va bien de faire le boulot pendant que je regarde ? »

Il esquissa un petit rire et s'installa plus confortablement lorsque son ami revint à lui avec deux assiettes pleines. La boite qu'il avait trouvée devait être pour trois ou quatre personnes. Les assiettes étaient donc copieuses, et la casserole était vide. L'allemand remercia le cuisinier lorsque celui-ci déposa une assiette devant lui ainsi que des couverts et ne se fit pas prier pour entamer sa part. Tous ses sens s'éveillèrent au contact de la nourriture sur sa langue. Le plat état chaud, la sauce pleine de saveur. Heinrich ignorait que des fayots en boite pouvaient être si bons.

« Ca fait un bien fou, hein ? »

Il leva son regard vers son ami, l'air amusé et soulagé. Il était heureux à cet instant. D'être là, avec Gabriel, à manger des fayots comme si une mission les attendaient dehors et que chacun rentrerait chez lui le soir-même. Le restaurant était silencieux, mais c'était agréable. Pas de grognement, ou d'activité humaine. C'était un retour au source complet.








_________________
True focus lies somewhere
between rage and serenity.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.


POUR LE PLAISIR:
 

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21067

× Points de vie : :
153

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: It's a small world • Gabriel Jeu 15 Juin - 22:23

RP archivé suite à un changement de personnage. coeurrose

_________________
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: It's a small world • Gabriel

Revenir en haut Aller en bas

It's a small world • Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-