[Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

[Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

BODIE
avatar

En ligne



× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
28 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
225

× Points de vie : :
120

× Copyright : :
Illyria(avatar) Bat'phanie(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: [Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel Sam 18 Mar - 19:53

I Came For U

13 Octobre 2013 Wyoming|  Le poing du survivant s’écrasa sur son visage, sa bouche fut rapidement envahi par le sang. Ce gout a la fois doux et chaud, mais aussi un gout qui donne la haine. Qui fait  enrager l’ancien militaire, qui a horreur de sentir ce gout dans sa bouche. Il cracha donc le liquide rouge qui avait prit toute la place dans sa bouche, il ne voulait pas l’avaler, il n’aimait pas cela. Puis il grogna un peu en regardant l’homme qui venait de lui mettre son poing dans la gueule. Tout ca pour quoi ? Parce que Gabriel avait prit la défense d’une pauvre femme qui était en train de se faire pillé.   Il n’allait pas rester là sans rien faire. Il n’avait pas le syndrome du héro, il ne voulait pas vraiment sauver tout le monde, mais il n’allait pas laisser une pauvre femme se faire dévalisé. Il était militaire mais connaissait la valeur d’une vie humaine.  Il le plaqua au sol en le soulevant au niveau de la taille et lui colla un coup de poing dans la figure à son tour.  Il lui cassa le nez au passage, mais tant pis. Il ne comptait pas le tuer, juste lui donner une bonne leçon. Il sortie donc un de ses deux crochets et le mit sous son menton. «  Dégage maintenant et que j’te reprenne pas a toucher a quelqu’un d’autre » dit il d’une voix des plus rauque.  Il le lâcha ensuite et le gamin au nez cassé s’en alla en courant. Il avait vite compris que c’était un gamin un peu perdu. Après tout, l’épidémie n’était pas là depuis longtemps et beaucoup de personnes qui survivaient étaient perdu. Certain devenait fou, d’autre se suicider,  mais beaucoup essayait de se contenter de survivre. Comme Gabriel qui voulait juste survivre, et il ne voulait pas spécialement tuer. Enfin pas pour le plaisir du moins, s’il le fallait il tuerait des vivants.  Mais il préféré l’éviter.  Après avoir dit au revoir a la femme qu’il venait de plus ou moins sauver, qui se cofonder ne remerciement, il parti. Il reprit  sa route, sa recherche plus précisément. Il avait bien sur demandé à la femme avant de partir si elle avait vue passer sa nièce, prenant évidement le temps de lui montrer une photo. Et malheureusement, une fois encore il avait fait chou blanc, cette femme n’avait pas vue sa nièce, et donc elle n’avait pas non plus vue son grand frère, car il pensait que sa nièce était avec son père.

Il marchait depuis quelques jours déjà, il en avait un peu ras la casquette. Il avait l’impression de tourner en rond. Comment retrouver quelqu’un en pleine apocalypse alors que cette personne pouvait être n’importe où dans le pays ?  Enfin, c’était un battant, il ne baissait jamais les bras. Parfois il le faudrait, il le savait, mais ce n’était pas dans sa nature. Gabriel était un homme qui n’aimait pas abandonner, qui se donnait toujours à fond pour tout. Quand le jour commença a décliné, il commença à ramasser quelques bout de bois bien sec et les réuni en petit tas. Il s’installa en face et a l’aide d’une allumette, il alluma un feu.  Tant pis si les gens le remarquerait a cause de la fumée, de toute façon il savait se défendre. Il avait vue pire que quelque pauvre survivant qui savent a peine tiré. Il en avait la preuve sur le visage.  Il était en train de se faire a manger  quand il entendit du bruit plus loin dans la foret. Des pas. Un rodeur ? Il se concentra un instant et écouta attentivement. Non, ce n’était pas un rodeur, ca marchait trop droit et ca ne grognait pas. Il se leva, sortie ses deux crochet et se tint prêt a se défendre au cas où. Mais il baissa rapidement sa garde. En face de lui, dans la peine ombre se trouver une femme, une brune, qui lui semblait vraiment familière. «  Sara ? » Dit-il un peu hébété. Pas sur que ce soit elle, mais en même temps plein d’espoir que ce soit elle.  
© 2981 12289 0

_________________
ont se retrouvera
Ce sera toi et moi contre le monde entier, pour toujours quoi qu'il arrive
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar



you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build
m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1216

× Points de vie : :
22

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel Sam 25 Mar - 3:44


*_-*-_ I  C A M E  F O R  Y O U _-*-_*
G A B R I E L & S A R A ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Je perdais doucement la notion du temps, les semaines semblaient devenir des mois, surtout depuis que les rôdeurs nous avait séparé, mon père et moi. J’avais l’impression que chaque pas que je faisais en avant m’éloignait un peu plus de lui. Je le cherchais mais je n’avais aucune idée d’où il pouvait être, donc chaque chemin que j’empruntais n’était que pas pur hasard ou par pur intuition, puisque je n’avais aucune piste réelle. Je ne savais même pas s’il était seulement toujours en vie. Bien sûr qu’il est en vie ! Si je respirais encore, si aucune de ces bêtes n’étaient venu à bout de ma petite personne, rien n’aurait pu abattre la montagne qu’il avait toujours été, il était trop déterminé, trop têtu, il ne s’arrêterait jamais, j’en étais certaine. Ça n’avait rien de désespéré, je le sentais jusqu’au plus profond de mes tripes ; je le savais toujours debout. C’était tellement stupide et tout c’était passé trop vite… Je ne m’y attendais pas, j’avais baissé ma garde, et voilà où on en était. Je marchais donc le long d’une route, espérant que cela me mènerait quelque part, mais surtout quelque part où mon père était. Je me savais capable de survivre sans lui, mais je n’en avais tout simplement pas envie. La solitude ne me dérangeait pas, en général, bien que je n’étais pas tout à fait quelqu’un d’antisociale, seulement l’idée de ne plus jamais le revoir, de pas savoir où il est, comment il s’en sort, ce qu’il fait, m’est insupportable. On avait toujours été une équipe. On n’avait jamais été séparé aussi longtemps, même, malgré qu’il aurait surement été temps que je quitte bientôt la maison familiale… Ça n’avait pourtant plus d’importance maintenant, c’était le chaos, et ça n’avait pas l’air d’aller en s’arrangeant, bien au contraire. Il n’y avait pas autant de rôdeurs qu’en ville dans le coin, mais j’en croisais encore régulièrement, souvent en groupe, parfois trop nombreux pour que je puisse m’en occuper moi-même, seule, même. Je n’avais pas non plus entendu quoi que ce soit concernant un quelconque plan des forces de l’ordre et militaires pour reprendre en main la situation et honnêtement, à ce stade, je pensais que ça n’arriverait jamais, et que nous étions bel et bien condamnés.

Alors que je voyais de moins en moins bien autour de moi, je me dis qu’il me faudrait trouver quelque chose pour passer la nuit, une cabane de chasse peut-être, mais c’était bien incertain, et je ne voulais pas me perdre non plus, diminuant par la même occasion mes chances de retrouver mon père. Je continue donc à marcher, je me dis que j’arrivais surement bientôt au bout de cette route, qu’il y aura quelque part où m’abriter, mais je vois devant moi le soleil qui se couche et toujours rien en vue à l’horizon qui pourrait ressembler vaguement à un village ou quelque chose dans le genre. Finalement, avant qu’il ne soit trop tard, je m’enfonce donc dans la forêt. C’était maintenant ma meilleure option, bien malheureusement. Je marche bien en ligne droite, je laisse des traces sur certains arbres à l’aide de mes couteaux, au cas où. Je commençais à désespérer, à me dire qu’il faudrait que je m’installe au pied d’un arbre, ou peut-être même dans un arbre, si j’en trouve un propice, donc plutôt imposant et avec de grosses branches. C’est à ce moment que je vois au loin une lueur, et bien rapidement je me rends compte que c’est en fait un feu. Tout de suite, mon cœur bondit dans ma poitrine. Mon père n’aurait jamais fait de feu en pleine nuit, dans une forêt, lui qui était beaucoup trop méfiant, mais peut-être qu’il en avait allumé un, en espérant que je le vois et que je le retrouve. Je n’aurais pas non plus été du genre à me diriger vers un feu en pleine nuit, dans une forêt, mais cette fois c’était différent. Je change donc de direction, mais je laisse toujours des traces derrière-moi, maintenant elles étaient de mise. Je souriais déjà, et peut-être que c’était bien idiot, puisque lorsque j’arrive sur les lieux, bien que cette homme me semblait bizarrement familier, ce n’était pas mon père. Je sens donc mon sourire disparaître, et tous ces faux espoirs naissant me tordent l’estomac. C’est pourquoi je ne fais plus tellement attention à où je mets les pieds, et fonce dans un petit arbuste aux branches secs qui se brisent, alors que l’une d’elle transperce mon jeans kaki et me coupe la peau. Je me pince la lèvre pour m’empêcher de jurer, penche la tête sur ma cuisse, mais me fige lorsque j’entends l’homme parler. Tout d’un coup, ma blessure n’avait plus d’importance, en fait je ne la sentais même plus. « Gab..? » Cette voix, qui ne retenait rien de l’assurance, ne me ressemblait pas, mais la surprise m’avait frappée, et cela me semblait tellement impossible… Pourtant, il était bien là. Maintenant qu’il avait levé les yeux vers moi et que j’en avais fait de même, je le reconnaissais bien. Je reste un instant immobile, sous le choc, mais je ne tarde pas à courir dans sa direction, et à lui sauter dans les bras. Étant beaucoup plus grand que moi, mes pieds ne touchent même plus le sol, et je m’accroche à son cou. Je ne savais pas quoi dire, c’était comme si il n’y avait pas de mot assez bien pour décrire ce que je ressentais en ce moment. Je n’aurais jamais cru pouvoir sauter au cou de mon oncle encore une fois, je le croyais tellement loin encore, et j’espérais secrètement qu’il ait échappé à tout ce chaos, lui qui regardait toujours tout d’en haut.


CODE PAR MYERS

_________________

I HATE YOU SO MUCH
& I THINK MY HEART
DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE S U N AND R A I N
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
*--_ I keep on  f a l l i n g  on  y o u _--*


Dernière édition par A. Sara Perceval le Sam 15 Avr - 5:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

BODIE
avatar

En ligne



× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
28 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
225

× Points de vie : :
120

× Copyright : :
Illyria(avatar) Bat'phanie(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel Sam 8 Avr - 14:46


I came for you

Cette femme face a lui ressembler tellement a la personne qu’il recherchait désespérément. Oui, elle ressemblait à sa nièce, a sa petite princesse. Elle avait les mêmes cheveux bruns, bien que maintenant hirsute et gras à cause de la survie. Elle avait approximativement les même traits, il n’était pas sur de cela car il la voyait que très peu a cause de l’obscurité. Et puis des brune avec les trait fin et encore juvénile ça courait surement les rue, ou plutôt les bois maintenant qu’ils vivaient tous plus ou moins dans les bois.  Il prononça son prénom, bien qu’incertain qu’elle soit la Sara qu’il cherchait, tout en serrant un peu plus les crochets dans ses mains, comme pour contenir sa tristesse au cas où ce ne serait pas elle. Mais il relâchât vite la pression fais sur ses armes quand celle-ci prononça son prénom à lui en retour.  C’était donc elle, bel et bien elle ! Il avait là, face à lui celle qu’il cherchait depuis le début de tout cela.  Et très vite il la reçut dans ses bras. Il lâcha ses armes et la serra fort contre lui, presque parce qu’il avait peur qu’elle ne disparaisse s’il la lâchait. Il la serra si fort  qu’on aurait dit qu’il s’accrochait désespérément a la vie. Enfin, il dut un moment la lâchait pour qu’elle n’étouffe pas. Il recula d’un centimètre ensuite pour pouvoir l’observer un peu mieux a la lueur du feu. Elle n’avait pas vraiment changé physiquement du moins… Il ne savait pas encore  quels étaient les ravages que l’apocalypse avait faits dans sa tête. Il savait parfaitement que l’apocalypse en rendait plus d’un dingue. Même s’il savait sa nièce forte et pleine de caractère, il savait aussi que parfois même les plus forts pouvaient flancher. Il en savait quelque chose, la première fois qu’il avait était en mission, cela lui avait fait beaucoup de mal dans sa tête. «  Es-ce que tu va bien ? » dit il  de sa voix rauque. Une voix qui n’avait pas servie depuis quelques jours, enfin heureusement il n’avait encore pas perdu la faculté de parler.

Il contourna ensuite un peu la brune, pour aller ramasser ses fidèles crochets qu’il avait comme arme depuis le début de l’épidémie. Où les avait-il trouvés ? Dans une vieille grange, si au début il les avait prit par défaut et avait prévu de trouver une arme mieux, ces crochets lui avait sauvé la vie tellement de fois qu’il s’y était attacher et ne se voyait pas continuer sans eux. C’était un peu bête certes, mais en ces temps d’apocalypse il avait eu besoin de se raccrocher a quelque chose, même quelque chose d’aussi simple et insignifiant que deux crochet en acier.  Une fois qu’il les eu remis a sa ceinture, il regarda autour d’elle. Il s’attendait à voir sortir son frère de l’ombre. Il s’était dit que Sara était surement avec son père. Mais visiblement non, car il n’y avait pas l’ombre de son frère a l’horizon. Ce qui lui mit un petit coup au cœur. Il se tourna ensuite vers sa nièce et fronça un peu les sourcils «  Où est ton père ? » dit il d’un ton un peu inquiet. S’il n’était pas avec elle, cela voulait dire que Sara était toute seule, dans ce monde plein de danger. Non, c’était impensable, jamais le père de Sara n’aurait laissé sa fille dans un monde pareil. Il aimait bien trop sa fille et était bien trop paranoïaque pour la laisser seule en pleine apocalypse.  Il y avait surement, non, forcément une explication rationnelle a tout cela.  Et il savait que Sara allait la lui donner, elle allait le rassuré, lui dire qu’il arrivait, qu’il n’était pas bien loin. Peut-être qu’il était occuper a tuer quelque mort vivant qui avait essayé de les tuer et avait envoyé Sara partir pour la protéger. Mais il allait la rejoindre, et voir Gabriel. Les deux frère Perceval allaient se retrouver. Et ils resteraient uni contre tous, ils s’en sortiraient tous les trois face a ce monde devenue chaotique. Il avait envie, mais surtout besoin d’y croire plus que jamais.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
ont se retrouvera
Ce sera toi et moi contre le monde entier, pour toujours quoi qu'il arrive
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar



you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build
m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1216

× Points de vie : :
22

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel Sam 15 Avr - 6:14



I CAME FOR YOU
GABRIEL & SARA PERCEVAL
Je n’arrivais pas à croire que j’étais tombé, par hasard, sur Gabriel, mon oncle. Mon père m’avait toujours appris que dans la vie il fallait bosser dur pour obtenir ce que l’on voulait, que rien, jamais, n’arrivait sur un plateau d’argent et gratuitement. Cela me paraissait donc insensé. Comment avoir autant de chance était possible ? Je le sers donc de toutes mes forces, sachant que c’était un vrai miracle. Il en fait de même de son côté. À chaque fois qu’il venait à la maison, je lui sautais au cou comme ça, depuis toute petite et encore aujourd’hui, mais cette fois c’était différent ; on avait surement tous les deux craint de ne plus jamais pouvoir le faire, de ne plus jamais se revoir, et même si on se savait fort dans la famille, il y avait toujours cette petite voix qui te disait qu’il était tout de même possible que tes proches ne soient plus en vie. Alors que je retombe sur mes pieds, je ne me suis toujours pas remis du choc, alors il me faut quelques secondes avant de pouvoir rassembler mes idées. Finalement, je ne fais que plonger mon regard dans le sien, sachant qu’il comprendrait que non, ça n’allait pas. Sauf que c’était trop dur de se montrer aussi faible, même devant lui, il allait le comprendre puisqu’il était pareil et que c’était pour ça qu’on se comprenait aussi bien entre nous, entre Perceval. « Et toi ? » Je lui retourne sa question, même si je me doutais qu’il n’allait pas très bien non plus. Après tout, vu tout ce qui c’était passé et même si ça faisait un moment maintenant que le monde avait changé, c’était toujours difficile, et pour moi ça l’était encore plus depuis que j’avais perdu de vue mon père.

D’ailleurs, Gabriel finit par demander pourquoi il n’est pas là, avec moi. Je comprenais pourquoi il semblait confus de ne pas nous voir ensemble. Il avait toujours été derrière-moi, depuis toujours, et je savais qu’aujourd’hui plus que jamais il ne voulait faillir à sa tâche. Pourtant, la vie en avait choisis autrement. Alors que je croise les bras doucement, comme si ça m’aiderait à ne pas fondre en larmes devant mon oncle, je secoue de la tête. « Je sais pas… » répondis-je honnêtement, même si mon cœur se serrait à m’entendre le dire à voix haute. Je n’avais pas encore eu à le faire, je n’avais croisé encore personne depuis, et même si je l’avais fait, je les aurais fuis. Je n’étais pas du genre à me plaindre, parce que j'avais pris l'habitude de rester forte en permanence devant les autres, et devant mon père je n’osais pas, même si je savais qu’il avait conscience que j’avais des faiblesses comme tout le monde. Il n’était tout simplement pas quelqu’un comme ça, qui écoutait les gens geindre et qui les conseillais. Non, avec lui, c’était le coup de pied au cul et les relève-toi, chocotte ! « J’étais avec lui depuis le début. Il m’avait même sortit de mon lit et porter jusqu’au camion sans même me laisser le temps de troquer mon pyjama pour un jeans… » On voit que je m’agace ensuite. « C’est trop con ! » Je m’installe devant le feu avant de poursuivre et je fixe les flammes dansantes. « Je suis restée au camion pour le surveiller, il était juste parti chercher un peu plus d’essence d’un tracteur pas loin… mais des rôdeurs se sont ramené et j’ai dû bouger, ils étaient trop nombreux… » Le reste, il allait le deviner ; on ne s’était jamais retrouver ensuite. Je me rends compte que je serais ma mâchoire depuis un moment et j’essaye alors de me détendre un peu. Je lève les yeux vers Gabriel, en espérant je-ne-savais-trop-quoi de lui… Qu’il me rassure peut-être ? Après tout, ça avait toujours été lui, mon confident, je m’étais toujours sentie à l’aise et il avait les mots… Est-ce qu’il les aurait encore aujourd’hui ?
CODE BY MYERS.


_________________

I HATE YOU SO MUCH
& I THINK MY HEART
DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE S U N AND R A I N
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
*--_ I keep on  f a l l i n g  on  y o u _--*
Revenir en haut Aller en bas

BODIE
avatar

En ligne



× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
28 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
225

× Points de vie : :
120

× Copyright : :
Illyria(avatar) Bat'phanie(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel Dim 7 Mai - 22:54


I came for you

Il avait était envahi d’une joie immense en retrouvant sa nièce. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas ressenti autant de joie. Bon comme toujours il ne le montrait pas trop, il était renfermé quand il s’agissait de ses sentiments et émotions. Il haussa les épaules quand la brunette lui retourna la question. Ils savaient très bien l’un comme l’autre que non, ca n’allait pas. Mais bon Gabriel était rassuré sur un point : physiquement Sara allait bien. Elle  n’était pas blesser et n’avait pas était mordu. Il ne pouvait pas s’empêcher de détacher ses yeux d’elle. Il la fixa un moment, comme si c’était la plus belle chose du monde. En faite a ses yeux ca l’était un peu, Sara avait toujours était sa princesse, il n’avait lui-même jamais eu la chance d’avoir un enfant. Il avait donc tout reporté toute l’affection qu’il pourrait porté a un enfant a sa nièce. Il avait toujours était le tonton cool, celui qui comprend, écoute, conseil. Celui qui fait des cadeaux et qui fait rire. Et il espérait toujours l’être malgré toute cette merde autour d’eux. Il ferait tout pour elle, et elle devait surement le savoir. Cependant il lui posa quand même la question qui lui brulait les lèvres. Et son père ? Où diable pouvait-il être ?  Et même si au fond de lui il avait peur qu’elle lui réponde qu’il était mort, s’il craignait cela plus que tout, il devait quand même savoir la réponse. Il voulait savoir, il avait besoin de savoir s’il devait garder espoir ou s’il devait commencer a faire son deuil de son grand frère.  

La réponse ne se fit pas vraiment prié, il laissa Sara aller se planté devant le feu et le regardait pendant qu’elle parlait.  Il l’écouta attentivement sans la perdre du regard. Et quand elle lui dit qu’ils avaient étaient séparés a cause d’une grosse horde de mort, Gabriel senti un instant son cœur se serré. Mais il voulait se ressaisir, Gabriel était l’optimiste de la famille, tant qu’il n’avait pas de corps sous les yeux, il gardait l’espoir que son frère était en vie. Et cela lui donnait une raison d’avancer, continué à chercher celui qui avait le même sang que lui. Il  alla se mettre a coté de la brune et posa doucement une main sur l’épaule de la jeune femme. Il posa lui aussi les yeux sur les flammes jaune et orange qui dansaient calmement en elle en crépitant.   «On va le retrouver. Et si ce n’est pas nous qui le trouvons, c’est lui qui nous trouveras. Ton père c’est un dur a cuire, il faudra plus que quelque pauvres cadavre pour venir a bout de lui.» Dit il d’un ton plein de confiance. Il croyait dur comme fer en ce qu’il venait de dire. Il ne disait pas cela que pour rassuré Sara, il avait besoin qu’elle y croit aussi. Il ne voulait pas flancher et si Sara flanchée, ce serait dur pour lui de ne pas le faire aussi. Enfin il avait confiance en sa nièce, il savait qu’elle était forte, comme tous les membres de la famille Perceval. Il la regarda ensuite avec tendresse «Tu es fatiguée ? Dors si tu veux, je veille sur toi  » Dit il d’un ton apaisant en allant remettre une mèche des cheveux brun de la jeune femme derrière son oreille afin de mieux voir son visage.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
ont se retrouvera
Ce sera toi et moi contre le monde entier, pour toujours quoi qu'il arrive
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar



you can beat me black and blue
every wound will shape me
every scar will build
m y t h r o n e
- " . ' - " . ' -" . ' - " . ' -

× A propos du vaccin : :
Jamais entendu parler de ce vaccin.

× Âge du perso : :
Vingt-six ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec ce con de Dwight.

× Avant, j'étais : :
Entraîneuse de boxe, parfois moi-même sur le ring.

× Messages : :
1216

× Points de vie : :
22

× Copyright : :
MYERS. (signature), Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Emilia Clarke.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel Lun 15 Mai - 18:47



I CAME FOR YOU
GABRIEL & SARA PERCEVAL
Ça m’avait fait du bien de lui en parler, au moins autant que ça avait pu me faire du mal. Le problème semblait plus réel, maintenant que je l’avais dit à voix haute et maintenant que ma douleur était partagée. Au moins, Gabriel avait toujours les mots, comme dans le temps. Le retrouver, retrouver ce confort et cette sécurité que j’avais toujours ressentit lorsque j’étais avec mon oncle me faisait le plus grand bien. Tout partait en couille, autour de nous, je me sentais perdue et déstabilisé, même si je ne le laissais pas paraitre. Alors ça faisait du bien de retrouver quelque chose que je connaissais depuis toujours, puisque j’avais l’impression, ces derniers jours, que j’avais tout perdu. Je n’arrêtais pas de me battre pour autant, parce que même s'il était loin, je savais que mon père était toujours en vie et qu’il voulait que je reste forte, que je surmonte tous les obstacles qui se mettront au travers de ma route. C’était notre devise, dans la famille Perceval ; se relever peu importe ce qui nous a mis au tapis.

Je lève les yeux vers lui et je lui souris brièvement, le laissant dégager mon visage. Je pose ensuite doucement ma tête contre son épaule. Je savais qu’il avait raison, il n’y avait rien qui ne pouvait venir à bout de mon père, mais ça ne m’empêchait pas de m’inquiéter bien malgré-moi. Je le savais en vie, mais qu’est qu’il avait à traverser en ce moment pour l’être ? Ça m’agaçait de ne pas le savoir et surtout de ne pas être là avec lui pour combattre. Je savais que Gabriel devait ressentir la même chose que moi. On avait pris tout les deux l’habitude d’être là pour lui, même s’il prétendait n’avoir besoin de personne, qu’il disait même n’avoir absolument aucun problème, c’était tout lui. « Tu as raison, on devrait plus s’inquiéter pour les autres, ceux qui le croiseront… » Je rigole un peu, tout en enroulant le bras de Gabriel des miens, m’installant plus confortablement. En ce moment même, alors qu’on souhaitait être avec lui, certains devait prier pour que le contraire se produise… Je savais qu’il était surement très en colère, plus que jamais, et contre le monde entier, puisque forcément tout le monde était responsable de ce qui s'était passé dans ce champ de pommier. Mon père faisait peur à tout le monde, sauf à nous deux, puisqu’on le connaissait. La seule fois où il m’avait fait peur, c’était quand il avait dû se battre contre ma mère pour ma garde. Il avait été plus violent que jamais, et ce n’était pas physiquement cette fois, c’est d’ailleurs ce qui m’avait autant terrorisé, dans le temps.

Je secoue ensuite de la tête. Il est vrai que maintenant que je m’étais installée au sol, que je m’étais permis de me détendre quelques minutes, je sentais la fatigue me gagner, mais je n’avais pas envie de dormir, pas tout de suite du moins. Je voulais profiter encore un peu de ces retrouvailles, retrouvailles que je n’attendais plus… « Raconte-moi ton dernier voyage » demande-je plutôt. Nous n’avions pas eu le temps de se voir et d’en parler lorsqu’il était revenu, c’était la première fois que ça arrivait. J’ai toujours le regard rivé sur les flammes du petit feu devant nous et qui me réchauffait, j’avais besoin de me changer les idées. J’avais envie, pour ce soir, de faire comme si tout allait bien et que tout ce que j’avais vécu durant ces dernières semaines n’était qu’un vilain cauchemar. Demain c’était autre chose, demain on allait poursuivre le combat. Pour tout de suite, je ne voulais rien de plus qu’une pause, tout simplement. Je voulais, une dernière fois, avoir l’impression que ma vie n’avait pas changer du tout au tout, et je disais une dernière fois puisque je savais pertinemment que plus rien ne serait jamais comme avant maintenant.
CODE BY MYERS.


_________________

I HATE YOU SO MUCH
& I THINK MY HEART
DIDN'T GET THE MEMO
WE ARE LIKE S U N AND R A I N
I wanna fight but I can't contend
Every time I run, I keep on falling
*--_ I keep on  f a l l i n g  on  y o u _--*
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


IN THE MIDDLE OF THE NIGHT, WHEN THE ANGELS SCREAM, I DON'T WANT TO LIVE A LIE THAT I BELIEVE. TIME TO DO OR DIE.


POUR LE PLAISIR:
 

× Âge du perso : :
31 ans, bientôt 32.

× Localisation (+ avec qui) :
en Californie, et plus précisément à Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
21086

× Points de vie : :
158

× Copyright : :
© schizo (avatar), © schizo' (code signa)

× Avatar : :
Kristen Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel Jeu 15 Juin - 22:23

RP archivé suite à un changement de personnage. coeurrose

_________________
I don't want to play this game no more. I don't want to stay 'round here no more. Like rain on a Monday morning, like pain that just keeps on going on. Look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.
Maybe it was all too much. Too much for a girl to take.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel

Revenir en haut Aller en bas

[Flash Back] I Came For You | Sara&Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-