Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] - Page 2
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] Sam 13 Avr - 16:19


Gaylwen P. Evermoore & Sam G. Whiteley

Dès le départ de cette foutue épidémie, j'avais su que je ne pourrais pas m'en sortir seule. Alors, bien sûr, jamais je n'aurais pu, ne serait-ce qu'imaginer que Tyler nous quitterait et que je me retrouverais uniquement avec Gaylwen, et pourtant, c'était bien le cas. Et aujourd'hui, nous nous retrouvions juste tous les deux, à tracer les routes, et à survivre tant bien que mal. Toute cette situation était très compliquée dans la réalité, ou en tout cas de mon côté, puisque nous étions forcément proches, et qu'en même temps, il y avait toujours ce lien invisible entre nous, bien plus fort qu'une simple relation amicale, et totalement différente d'une relation fraternelle. Depuis la première fois que je l'avais rencontré, je ressentais cette étrange connexion entre nous, sur laquelle j'avais réussi à obtenir quelques réponses, et également, de laquelle j'avais pris une distance la plus raisonnable qui soit. Gaylwen était rapidement devenu le meilleur ami de Tyler, jamais je n'aurais pu faire une chose pareille, je n'aurais déjà pas pu me le pardonner à moi-même alors obtenir son pardon, c'était juste invraisemblable ! A présent, les choses étaient différentes. Tyler était mort, et il n'y avait plus que Gaylwen et moi. Je ne savais plus moi-même où j'en étais, alors essayer de mettre des mots définitifs sur ce que je ressentais pour le jeune homme. Egoïstement, je me surprenais parfois à rêvasser de ce que notre relation aurait pu devenir, si seulement Gaylwen éprouvait la même, et sans l'invasion, avec du temps, et l'acceptation de Tyler. Si seulement tout cela n'était pas arrivé... Avec des "si", on refaisait le monde, et bien, j'aimerais bien en avoir la possibilité, rien que pour pouvoir remonter le temps, pour pouvoir empêcher tout cela, pour sauver Gaylwen, pour sauver ma mère... Bien sûr, c'était totalement impossible, et je n'avais plus que mes yeux pour pleurer la perte d'êtres aussi chers, une photo pour ne pas oublier, et Gaylwen pour me protéger dans ce monde hostile.

Oui, définitivement, j'avais beaucoup de chance d'avoir le jeune homme, il était celui qui me maintenait en vie. Je n'étais ni forte, ni même capable de tirer dans la tête d'un zombie. Alors, s'il n'était pas là pour se charge du "sale boulot", je serais morte depuis belle lurette. Et pourtant, je ne voulais plus que les choses se passent ainsi. Je ne pouvais pas continuer à le laisser tout faire, arriverait forcément un moment où il serait épuisé, et je ne pouvais pas laisser cela arriver. S'il venait à mourir, je ne survivrait pas, que ce soit physiquement ou mentalement. Je ne pouvais tout simplement pas supporter la perte d'une autre personne à laquelle je tenais. Et dieu seul savait à quel point je tenais à Gaylwen. Cela semblait presque utopique d'imaginer que nous puissions aller faire du surf, alors que le monde s'écroulait de plus en plus autour de nous, mais nous avions besoin de quelque chose auquel s'accrocher, qui nous redonnerait un peu d'espoir et de joie, si seulement ces sentiments avaient encore un peu de place au milieu de cette apocalypse. « Oué, ça serait pas une mauvaise idée… », répondit-il après que je lui eus proposé d'attendre au moins quelque jours supplémentaires. Car nous étions bien ici et que, même s'il le cachait habilement, je devinais aisément qu'il avait besoin d'un peu de repos. Et puis, nous ne savions pas ce qui nous attendait réellement là-bas... Et si nous tombions sur une horde de zombies ? Stupide pensée, qui suffisait à elle aussi à me donner des frissons. «Dans quelques jours je t’amène faire du surf c’est décidé », ajouta-t-il, apparemment déjà fixé sur la question, et légèrement amusé en même temps. Je souris, sincèrement heureuse à l'idée de cette petite excursion, qui ne pourrait que nous faire du bien... Théoriquement en tout cas. « Ce sera génial, j'en suis sûre ! », m'exclamai-je d'un ton enjoué, ne pouvant pas retenir plus longtemps mon excitation, face à cette idée.

Désormais, chacun dans une pièce de la maison, les fouilles allaient pouvoir commencer. C'était un moment qui m'excitait toujours mais qui, en même temps me gênait quelque peu. Parce que nous faisions déjà intrusion chez des gens sans doute morts à l'heure qu'il était et qu'en plus, nous fouillions dans leurs affaires personnelles. Mais c'était aussi notre unique moyen de survivre... Et en fouillant dans divers meubles de diverses pièces, j'avais toujours cet espoir ridicule de tomber sur quelque chose qui nous permettrait de nous tirer de là. Cela s'essoufflait bien vite, heureusement pour ma santé mentale... Ce fut à peu près la même chose avec les bouteilles d'alcool. En les découvrant, pendant un instant, je m'imaginais boire pour tout oublier, pour oublier la perte déchirante de mon frère, pour oublier que nous n'étions plus que deux coquilles vides, errant à la recherche d'un lieu où se poser pour... Un peu de repos. Et puis, je revins sur terre. Boire était juste la pire idée qui soit. Imaginez vous un instant, seul face à un zombie, l'esprit à dix milles lieues d'ici, et incapable de mettre un pied devant l'autre. Autant se tirer directement une balle dans la tête : moins de souffrances. « Me tente pas. » , s'exclama Gaylwen en venant regarder ma trouvaille, pour finalement retourner d'où il venait. Je soupirai, vaincue et poursuivis mes investigations dans le salon. Je trouvai quelques paquets de gâteaux dans un placard, mais rien de bien particulier hormis cela. Sinon, il n'y avait que des albums photos de famille desquels je restais à distance par pur respect, et des papiers plus ou moins importants. « J’ai trouvé de quoi occuper notre soirée… ou pas, y avait même des pog. », lança Gaylwen en revenant, le résultat de ses investigations en main. Je me tournai vers, souriant légèrement. « Tu vas encore pleurer parce que je vais gagner ! », le taquinai-je en venant déposer les gâteaux sur la table. « Et j'ai trouvé quelques trucs à grignoter, mais c'est à peu près tout. On fera le reste du tour du propriétaire demain ? », demandai-je en le regardant. Parce que nous semblions en sécurité ici, alors autant en profiter pour lâcher un peu prise, ne serait-ce que ce soir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] Jeu 18 Avr - 21:46


    Moment de paix dans un monde en guerre


    Fouiller était devenu une véritable habitude. Qu’importe l’endroit où ils finissaient par atterrir, leurs gestes ne changeait jamais. Leur première réaction était tout d’abord de vérifier si rien de dangereux ne se trouvait autour d’eux. Et autant dire que ce n’était pas si facile que ça. Les rodeurs semblent en effet doués pour surgir de l’ombre quand on ne s’y attend pas. Après ça, ils passaient le plus clair de leur temps à fouiller pour trouver de quoi se nourrir, des médicaments, des armes, quelques choses d’utiles et de pratique qui n’allaient pas les charger. Ils devaient voyager léger, une surcharge de poids les auraient fatigué inutilement. Alors le plus souvent ils consommaient sur place. Mais plus le temps passait et plus les denrées se faisaient rares. Se nourrir devenait plus difficile, raison pour laquelle, Gayl avait fini par se tourner vers la chasse. Ce n’était pas un chasseur hors norme mais avec le temps il commençait à avoir une certaine expérience.
    Aujourd’hui ne changeait donc pas vraiment. La lassitude était bien là et même s’il aurait préféré se lancer dans une partie de cache-cache ou tout simplement faire un truc normal, il savait aussi que sa survie dépendait de ce qu’ils allaient trouver. Il ne pouvait pas y échapper car c’était comme cela que ça marchait désormais.

    Fouiller lui donner un gout âpre dans la bouche, il avait l’impression de s’immiscer dans une vie qui n’était pas la sienne. Cette maison ne lui appartenait pas, elle appartenait à une famille avec des enfants, un homme une femme qui avaient choisi de vivre ensemble et de construire leur vie côte à côte. Ce genre de vie dont il avait rêvé à moment de sa vie, ce genre de vie qui ne pourrait plus jamais avoir. Les photos étaient toujours présentes, les armoires avaient été ouvertes, les habits sortis à la va-vite. Qu’étaient-ils devenus ? Avaient-ils réussi à survivre ? De nombreuses questions se bousculaient dans sa tête à chaque fois qu’il touchait un objet, comme cette peluche dont la fourrure était inexistante par endroit, surement à cause d’une trop grande utilisation. Gaylwen avait beau se montrer fort, il n’en était pas moins un homme qui avait ses faiblesses. A vrai dire, il avait toujours été assez émotif, presque romantique. Il vivait très mal la situation, il avait toujours rêvé d’autre chose. Avoir une vie de médecin ? Fini. Avoir une vie de photographe ? Fini. Désormais il ne lui restait plus que Sam, mais même là, il se sentait incapable d’avancer. Plus d’une fois il avait voulu lui avouer ses sentiments, mais la peur le tétanisait plus qu’elle ne l’avait jamais fait. Alors il restait là à ses côtés, essayant de la protéger des dangers et de la dureté de ce nouveau monde et cela lui suffisait car plus le temps passait et plus il commençait à comprendre que cette nouvelle vie lui demanderait de nombreux sacrifices.

    Cependant, malgré les réticences qu’il avait à fouiller la maison, il devait avouer que la perspective d’aller faire un peu de surf le réjouissait. Utopique ou pas, ils allaient enfin sortir de leur quotidien et cela allait leur faire un bien fou. Un petit peu de farniente à la plage dans un monde peuple de zombies ? Et bhé pourquoi pas ? Peut-être arriveraient-ils à mettre la main sur un bateau pour partir sur une île déserte ? Enfin ça c’était vraiment utopique, Gail n’avait pas envie de finir en robinson crusoé.

    A vrai dire, une soirée alcoolisée n’était pas vraiment pour lui déplaire, mais il n’avait pas vraiment envie de perdre ses moyens… C’était une bien mauvaise idée. Avec la chance qu’il possédait, il risquait de s’agenouiller pour dévoiler tout son amour à Sam et ça risquait de poser problème. Jouer au monopoly était bien moins risqué. « Tu avais triché… Tu étais pas censé tomber sur le parc gratuit » dit il sur un ton quelque peu mauvais joueur. Oui il n’aimait pas perdre. Ils leur arrivaient souvent de jouer à des jeux quand ils avaient été tous les 3. Bon bien sur, Gayl et le Tyler étaient bien plus jeux vidéo que jeux de société, mais finalement il était assez heureux de sa découverte. « Bon je prends le chien » dit il en saisissant le pion en forme de basset ou de teckel…
    Il soupira avant de poser son regard sur Sam. « Dommage, j’ai pas trouvé de poker, on aurait pu se faire un strip poker avec la bouteille de Whisky … » un sourire amusé et taquin, c'était déposé sur son visage. Surtout que contrairement au monopoly, il était assez doué au poker… XD



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] Mar 23 Avr - 16:12


Gaylwen P. Evermoore & Sam G. Whiteley

Les temps étaient durs, et il fallait impérativement penser à tout. Désormais, il suffisait d'un rien pour que notre monde chavire. Un oubli, une maladresse, et tout pouvait virer au cauchemar - quoi qu'en même temps, nous nagions déjà en plein de dans -, tout pouvait disparaître en fumée parce que nous avions oublié de vérifier une pièce. Heureusement, nous avions pris une certaine routine, après des mois de cavale. Gaylwen s'occupait d'aller vérifier si aucun rôdeur ne traînait dans notre futur habitation puis, à deux, nous fouillions la maison de fond en combles. Il ne fallait, surtout, omettre aucun détails, aucun recoin, pour ne pas être pris au dépourvu. Et puis, même s'il était difficile de concevoir que nous entrions par effraction dans la vie de quelqu'un qui avait réellement vécu ici, il ne fallait surtout pas oublier que c'était pour notre survie, et que, par-dessus tout, les anciens occupants étaient sans doute morts à l'heure qu'il est. J'avais tout de même toujours en tête cette petite réserve, cette distance. Parce que si j'acceptais de fouiller les placards pour trouver de quoi nous vêtir, de quoi manger, et, accessoirement, de quoi manger, je ne voulais pas pousser ces fouilles trop loin. Cela avait le don de me mettre mal à l'aise, en fait. J'imaginais quelqu'un entrer chez moi et, de la même façon, fouiller chaque placard, chaque recoin. Définitivement, cela me mettait mal à l'aise. Atrocement, même. u coup, là, quand je tombais sur les photos de famille, je les reposais aussitôt, de même pour des papiers qui, à l'époque, avaient toute leur importance. A présent, ce n'était plus rien d'autres que de vieux souvenirs éparpillés, et laissés à l'abandon... Tout cela ne servait plus à rien dans ce nouveau monde.

Aujourd'hui, les découvertes de mon côté n'étaient pas nombreuses. Quelques trucs à grignoter, tels que des chips ou encore des cacahuètes, et ... une bouteille de whisky ! Vous parlez d'une trouvaille. Non seulement ce n'était pas avec cela qu'ils allaient éviter de mourir de soif, mais en plus, ce n'était définitivement pas une bonne idée. Parce que nous ne pouvions pas nous permettre de ne plus avoir tous nos esprits avec les rôdeurs qui traînaient dehors, mais aussi, et surtout ?, parce que je ne voulais pas perdre tous mes moyens et faire, ou dire, quelque chose que je regretterais demain. Mieux valait, donc, rester sages et nous contenter des jeux qu'avait trouvé Gaylwen. En fait, c'était même largement suffisant. Déjà à l'époque, avant que tout cela n'arrive et que nous ne soyons obligés de fuir, c'était un passe temps qui nous occupait pas mal. Bien sûr, en tant qu'homme durs et viriles, Gaylwen et Tyler préféraient les jeux vidéos, et cela ne me dérangeait pas tant que cela de juste rester là, à les regarder jouer, hurler et se disputer. Et puis, de temps à autre, ils faisaient des exceptions, et on se mettait tous les trois autour d'une table à jouer à divers jeux de société. Ils avaient toujours eu bien de mal à l'accepter, ou à l'avouer, mais j'étais plutôt douée, et j'avais aussi énormément de chance...

Je profitais de sa trouvaille pour le taquiner à ce sujet. Mauvais joueur qu'il était, il ne tarda pas à réagir. « Tu avais triché… Tu étais pas censé tomber sur le parc gratuit », déclara-t-il alors, ce qui ne maqua pas de me faire pouffer. Je repris bien vite mon sérieux, conservant néanmoins un sourire aux coins des lèvres. « Mauvais joueur ! », l'accusai-je alors, avant de lever les yeux au ciel. C'était du Gaylwen tout craché ça, tiens ! Comme quoi, il avait beau être épuisé, et sans doute las de cette vie, il gardait une partie de sa personnalité d'antan. « Bon je prends le chien », déclara-t-il et attrapant le pion, sans demander son reste. Jetant un coup d'oeil aux pions qui restaient, j'attrapai le dé à coudre, que je prenais à chaque fois que l'on jouait à ce jeu, sauf quand je voulais taquiner Tyler et que, du coup, je lui prenais le cheval. Un léger soupir franchit les lèvres de Gaylwen, ne comprenant pas pourquoi, je levai la tête dans sa direction, sourcils haussés. « Dommage, j’ai pas trouvé de poker, on aurait pu se faire un strip poker avec la bouteille de Whisky … », se lamenta-t-il alors que je comprenais peu à peu où il venait en venir. Malgré moi, de légères rougeurs firent leur apparition sur mes joues. Je levai une nouvelle fois les yeux au ciel, un léger sourire aux lèvres. « Mauvaise idée... Tu aurais attrapé froid. », le taquinai-je à mon tour. Répondre à la provocation par la provocation, c'était mon crédo depuis longtemps, et surtout avec Gaylwen. « Allez, je te laisse commencer. On sait tous les deux que tu vas perdre de toute façon ! », rajoutai-je peu de temps après, bien décidée à ne pas me laisser démonter par ses sous-entendus.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] Lun 29 Avr - 18:47


    Moment de paix dans un monde en guerre


    Etait-ce vraiment possible ? Pouvaient-ils vivre normalement pendant un petit bout de temps. Gayl n’osait même pas y penser et pourtant plus il luttait et plus son imagination se prenait à croire que la possibilité n’était peut-être pas si impossible que ça. De tous les endroits qu’il avait fréquentés, il venait de tomber sur un véritable trésor. Gayl l’avait saisi au moment où ils avaient franchis les murs. Le lieu était isolé, peu de rodeurs devaient trainer dans le coin. Il se sentait désormais l’envie de protéger cet endroit comme leur lieu de villégiature. La sécurité s’était la seule chose qu’il recherchait, il n’avait besoin de rien autre. La présence de Sam lui suffisait, mais il savait que dans le cœur de la jolie brune les choses étaient différentes. Comme beaucoup de survivants elle souhaitait rejoindre un groupe, une société, un petit monde. Gayl préférait fuir cette possibilité comme on fuit la peste. Pour lui la meilleure solution s’était finalement de rester ici. Plus il y pensait et plus c’était ce qu’il avait envie de faire. Mais il savait au plus profond de lui que pour Sam cette situation n’était que passagère et il n’avait aucune envie d’aborder le sujet, pas tout de suite en tout cas. Le connaissant il finirait surement par céder, reprendre la route, ne pas savoir ou aller, ne pas avoir de point d’ancrage. Tout cela lui faisait peur… alors bien évidemment vu qu’ils venaient de trouver un endroit sécuritaire, ces craintes semblaient doucement prendre les dessus. On possède tous nos démons, Gayl n’échappe pas à cette règle. Il espérait cependant que Sam comprenne aussi qu’un tel endroit était surement unique et que partir sans savoir ou aller risquait de les mettre bien plus en danger que de rester là. A l’opposée, il comprenait aussi que demeurer ici, c’était comme s’enterrer vivant, mettre la tête dans le trou, perdre espoir, oublier l’extérieur, se cloitrer sur soi… Tout lui semblait sans véritable solution… si ce n’est le monopoly.

    Jouer, voilà qui allait lui changer les idées, du moins il l’espérait. Mauvais joueur ? Surement comme la plupart de la gente masculine, mais ça c’est évidemment une toute autre histoire. Il se demanda pendant quelques instants le nombre de personne qui devaient jouer au monopoly, à ce moment précis. Quelques survivants peut-être… Mais quelque chose lui disait qu’ils ne devaient pas être beaucoup. Alors autant en profiter. De toute manière, il avait compris qu’il se devait de profiter de tous les moments qu’ils pouvaient passer avec Sam. Depuis le début, ils ne s’étaient pas tellement tirés entre les jambes, avant c’était un peu plus court, plus par amusement que par contrariété. Mais aujourd’hui, il faisait aussi bien l’un que l’autre attention à leur double. « Tu pourrais être gentille et me laisser gagner » un sourire enfantin se dessina sur son visage. Sa mère faisait comme la plupart des mères surement… Jusqu’à ce que l’on soit en âge de comprendre la tricherie. Gayl lança les dés, oui autant qu’il commence, il allait encore perdre de toute façon. Il tomba sur l’avenue de la république. « J’achète, tient tu as qu’a faire la banque, je te vois bien en banquière » Et puis si il avait la banque à côté de lui, il risquait de s’y servir si elle tournait la tête XD. Mauvaise idée, après ils s’allaient finir par s’engueuler ce qui au vue de la journée serait finalement assez dommage. Amusée, il ne put s’empêcher d’éclater de rire. « Ravie de savoir que tu fais attention à ma santé » En effet, il aurait tout à fait été malencontreux qu’il tombe malade, même si il savait parfaitement qu’il l’avait troublé en parlant de strip poker. Une fois de plus, il adorait sa repartie, elle avait une façon bien à elle de reprendre le contrôle et il aimait ça, tout simplement. « Me dit pas que tu as eu peur de perdre et de te retrouver à moitié nue » Un sourire amusé se dessina sur le visage de Gayl, il était en train de la taquiner pour s’amuser avant de rajouter d’une voix amusée « C’est pas comme si y avait quelque chose à regarder » Ouep ce n’était surement pas la chose la plus intelligente qu’il avait dit de la journée. Plus qu’à espérer qu’elle ne lui lance pas le reste du cassoulet à la figure. « Allez à toi … et laisse-moi les bleus claires. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] Ven 3 Mai - 2:31


Gaylwen P. Evermoore & Sam G. Whiteley

Le plus difficile dans tout cela, ce n'était finalement pas de chercher un endroit sûr ou dormir, ni même de chercher inlassablement de l'argent, c'était plutôt ces pertes qui se répétaient, sans que nous ne puissions faire quoi que ce soit pour les stopper. Elles faisaient désormais partie de notre quotidien. J'avais perdu ma mère, puis mon frère, et il était hors de question que je perde également Gaylwen. Il y avait déjà trop de regrets, trop de non-dits en ce bas monde pour que cela soit supportable. Je ne serais pas capable de me relever de cela, il était celui qui me tenait en vie, celui qui me traînait difficilement à travers les Etats-Unis pour éviter que l'on se fasse attraper. Pouvoir rêver tous les deux, d'une éventuelle future excursion, me faisait un bien fou. Tout comme le fait de jouer avec lui ne pouvait qu'avoir des répercussions positives sur mon moral. Parce que c'était quelque chose qui nous ramenait à notre ancienne vie, à un semblant de normalité, au milieu de cette terre détruite, et envahie par des monstres destructeurs. Bien sûr, cela pouvait aussi être douloureux, parce que cela me rappelait tant de soirées, passées avec Gaylwen, et Tyler qui n'était plus des nôtres, mais nous avions besoin de cela. C'était ce qui nous rappelait que si les zombies étaient bien là, il y a toujours ce petit lien, fragile, qui nous maintenant encore à notre ancienne vie. Tout espoir n'était peut-être pas perdu, finalement... Avec un peu de courage, et d'espoir, nous pouvions continuer à survivre, à avancer et à nous battre. Ce n'était peut-être pas suffisant pour nous pousser en avant, mais c'était déjà un point très largement positif. Personnellement, je n'avais qu'à penser à Gaylwen pour savoir que je ne devais pas abandonner. Surtout pas. Et puis, il trouvait toujours le moyen, à sa façon, de me remonter le moral. En me parlant de quelque chose que nous pourrions peut-être voir dans quelques temps, en me rappelant tous les projets qui m'avaient parue vitales à une époque, mais que je ne devais pas abandonner, sous prétexte que notre vie était en danger. C'était justement cela qui devait me pousser à continuer. Tous ceux qui étaient morts auraient sans doute bien aimer l'avoir ce temps, pour concrétiser les rêves d'une vie passée, perdue à jamais, anéantie par ce satané virus.

Je décidai de me concentrer sur le jeu que nous étions en train de préparer. Il ne manquait plus que Tyler pour que le décor soit complet, pour que je réussisse à me convaincre moi-même que tout cela n'était qu'un satané cauchemar, et qu'il n'y avait rien d'autres que nous ici. J'avais presque l'impression que Tyler était là, avec nous. Ou peut-être qu'il allait sortir de la cuisine, pour venir s'installer avec nous, et se chamailler avec Gaylwen. Je jetai un coup d'oeil derrière moi, avant de prendre conscience de l'absurdité de mes pensées. Voilà que je devenais folle, maintenant ... « Tu pourrais être gentille et me laisser gagner », dit-il alors que je levai les yeux au ciel, me concentrant sur le moment présent, et non pas sur n'importe quelle foutue illusion totalement loufoque. Je le regardai jouer en silence, jugeant que c'était préférable de ne pas le contrarier. Susceptible comme il l'était quand cela concernait les jeux, il valait mieux rester à distance, dans la limite du raisonnable. « J’achète, tient tu as qu’a faire la banque, je te vois bien en banquière », expliqua-t-il alors que je récupérai les billets sans me poser de question. Mauvais perdant, et tricheur : la totale ! Je lui souris, tout de même amusée par son comportement et on fit la transaction, pendant qu'il ramenait le sujet à son histoire de strip poker. « Me dit pas que tu as eu peur de perdre et de te retrouver à moitié nue », commença-t-il, alors que je ricanai, mal à l'aise. Et il en rajoutait une couche... « C’est pas comme si y avait quelque chose à regarder », ajouta-t-il ensuite et mon sourire s'effaça aussitôt. « Tu veux que je te montre si y a rien à voir peut-être ? », menaçai-je boudeuse. Il avait encore de la chance que je ne l'insulte pas ! Goujat ! J'ignorai sa dernière phrase, bien décidée à lui montrer qu'il m'avait vexée et jouai à mon tour en silence. Rien que pour ça, il méritait que je gagne.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] Ven 10 Mai - 21:49


    Moment de paix dans un monde en guerre


    [Désolée, j'avais pas vu ta réponse >_<]

    L'éducation de Gaylwen avait été basé sur des valeurs fondamentales : respect, travail, volonté. Mais bien évidemment,il avait aussi du apprendre d'autres valeurs: Son père n'avait pas les mains si propres que ça. Pour monter, il avait du, comme beaucoup en écraser d'autre. Oublier le mot pitié pour se concentrer sur lui et sur sa famille. Le beau brun n'avait jamais vraiment toléré ce genre de comportement. Encore moins le désir de sa famille de ne côtoyer que les personnes de leur milieu. Parfois, il avait eu l'impression de se retrouver en Inde, comme s'il faisait parti d'une caste et qui lui était impossible d'évoluer selon ses envies. S'il avait suivi la route que ses parents lui avaient tout droit tracé. A l'heure actuelle, il serait sûrement mariée à une fille d'un riche avocat ou d'une grosse entreprise... Quoique se connaissant, il leur aurait sûrement tourné le dos pour faire exactement le contraire. Il y a des choses qu'on ne peut contrôler. Les sentiments sont les pires des traîtres. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez mais ils ont le pouvoir de se jouer de vous avec une jolie infamie. Désormais il n'avait plus besoin de penser à la fameuse question « est ce que j'ai réussi ma vie ? » Elle n'avait plus lieu d'être maintenant. Le monde n'était plus les mêmes, les règles n'ont plus et d'une certaine façon cela le soulagé. Il avait toujours refusé d'être formaté, d'être un pion dans un échiquier politique ou économique. Non, comme beaucoup, il avait rêvé de prendre le total contrôle de son destin et de rire au nez des dieux. Désormais il n'était plus questions de rire, le destin avait joué sa meilleure carte,mais Gayl ne s'annonçait pas vaincu... jamais. Il s'accrochait à la vie comme la lionne s'accroche à la gazelle. Il la tenait fermement entre ses doigts et il refusait de la lâcher.

    Un sourire amusé de dessiné sur le visage du beau brun.Il semblait avoir tapé à la bonne porte.Un rire éclatant sorti de sa gorge. « et Samy a te voir on dirait que tu es vexé xD » un sourire quelque peu victorieux se dessina sur son visage. Il ne pouvait s'empêcher de la taquiner et cela l’empêcher de penser. Cependant il ne pouvait s'empêcher de la regarder comme il le faisait toujours, un mélange d'amour, de tendresse, d'affection, de fraternité parfois. Jamais il ne l'aurait rencontré sans tout ce qu'il avait vécu, jamais ses parents n'auraient accepté qu'il la ramène à la maison. Et pourtant, dès qui l'avait vu, il avait tout de suite compris qui la voulait elle et par une autre. Etrange émotion pour quelqu'un qui ne croyait ni au destin, ni au coup de foudre et encore moins à l'amour. Rester éloigné,voila la seule solution qui possédait dans son jeu de cartes. Mais plus le temps passé et plus il sentait son jeu s'affaiblir. Et il savait, il savait que c'était le pire des moments. Leur survie dépendait de leur union, de cette confiance qui les unissait et il ne pouvait pas ruiner tout cela en lui avouant ses sentiments. Cela les affecterait aussi bien l'un que l'autre. Il aurait bien pris le risque s'ils n'étaient pas entouré de zombies, mais vu qu'ils risquaient de mourir chaque jour, ils préférait la survie à tout autre chose. Et pourtant à chaque fois qui la regardait, il ne pouvait s'empêcher d'y penser. Tout en le regardant, il soupira. « Rha qu'est que je ferais sans toi samy.... » Il s'observa jouer avant de prendre les dés à son tour. Les fameux dés rouges aux points d'or. « Je sais pas pourquoi mais j'ai encore le sentiment que je vais me faire plumer » Il s'étira avant de s'adosser à sa chaise pour lancer les dés d'un air assez nonchalant. Il regarda le jeu... dans quelques années plus personnes ne connaîtrait le monopoly, c'était pourtant une institution dans les jeux de société. « Oh fait t'as un maillot ? » Bhé oui, s'ils voulaient aller à la plage, un maillot risquait de s'avérer utile. Plus il y pensait et plus il trouvait cela absurde d'aller se dorer la pilule au soleil. Mais ils avaient tout les deux besoin de changer d'air.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] Dim 12 Mai - 15:31


Gaylwen P. Evermoore & Sam G. Whiteley

Depuis la mort de Tyler, Gaylwen avait, en quelque sorte, pris la place du grand frère dans ma vie désormais difficilement qualifiable de la sorte. En quelque sorte car, à mes yeux, il n'avait absolument rien de mon grand frère et ce, depuis notre toute première rencontre. Ce n'était pas pour autant que je n'acceptai pas qu'il me taquine comme il le faisait déjà auparavant à l'image de Tyler, ni même que je refusai qu'il me protège dans ce monde de barges. Comment aurais-je pu faire une chose pareille ? Sans lui, je me serai faite bouffer par les zombies depuis bien longtemps, et c'était tout ce que je voulais éviter. Quit à mourir, je préférai que cela se fasse dans des conditions plus ... nobles, avec une balle dans la tête par exemple. Il était également celui qui me maintenait la tête sur les épaules, et qui éclairant notre futur, qui ne m'avait jamais paru aussi sombre. Il m'éclaircissait les idées, et toutes les pensées néfastes qui parcouraient mon esprit dans les moments les plus inattendus. En somme, il m'empêchait de devenir une épave. En me transportant dans des lieux sûrs, en me faisant rire à tout moment, en étant là tout simplement. Je ne savais même pas s'il s'en rendait compte, s'il avait conscience d'être une personne profondément bien, qui pensait aux autres avant de songer à lui-même. Mais bon, ça, je n'allais pas lui dire alors qu'il se foutait de moi, comme au bon vieux temps. « et Samy a te voir on dirait que tu es vexé.», ajouta-t-il en rigolant tandis que, en face de lui, j'affichai une moue boudeuse. J'avais beau avoir l'habitude qu'il me fasse ce genre de remarques, il réussissait toujours à m'avoir. « Pas du tout. », répondis-je tout simplement en m'adossant un peu plus contre ma chaise. S'il croyait que j'allais le laisser gagner aussi facilement, il se mettait le doigt dans l'oeil. Comme on disait autrefois, il avait gagné une bataille, mais pas la guerre.

Une chance pour moi que j'ai toujours été plutôt forte au Monopoly, plus que Gaylwen en tout cas. Ainsi, j'allais pouvoir obtenir vengeance ! Mon regard se posa sur le jeune homme installé face à moi, avant de me concentrer plus longuement sur le jeu qui se trouvait entre nous. Je ne tardai plus à jouer la première, lançant les dés avant d'avancer mon pion. « Rha qu'est que je ferais sans toi samy.... », dit Gaylwen, et je levai la tête dans sa direction, affichant un air quelque peu moqueur, alors que dans ma tête, c'était un tout autre refrain. Parce que c'était le genre de phrase que j'étais la seule à devoir penser. Gaylwen faisait tout pour moi, alors que j'étais à peine capable de nous trouver de quoi manger. Mais le connaissant, il n'accepterait pas que je lui dise quoi que ce soit dans le genre. « Aaaah sans doute pas grand chose. », le taquinai-je à mon tour, ne voulant pas gâcher l'ambiance qui s'était instaurée en disant la vérité. Je l'observait se préparer à jouer en souriant. « Je sais pas pourquoi mais j'ai encore le sentiment que je vais me faire plumer », lança-t-il, presque dépité, ce qui me fit rire. « Au moins, tu le sais, c'est déjà un bon début. », répliquai-je, sans pouvoir empêcher un sourire moqueur de s'afficher sur mon visage. Puis, je jouai de nouveau, avançant mon pion sur le plateau. Dommage qu'il faille faire un tour complet, avant de pouvoir acheter quoi que ce soit, vu comme j'avais presque toujours la chance de tomber sur les cases intéressantes. « Au fait t'as un maillot ? », me demanda brusquement Gaylwen. Je tournai la tête dans sa direction, réfléchissant à sa question. Je ne savais plus moi-même ce que j'avais ou non dans mes affaires. « Il me semble que oui, je ne suis plus sûre. Je vérifierai après. », répondis-je d'une voix douce, vieille habitude que j'avais prise depuis le début de l'invasion. « Tu en as un, toi ? », le questionnai-je à mon tour. Était-ce une vraie bonne idée, dans le fond ? Oui, nous avions besoin d'air et c'était primordial si l'on voulait survivre. Mais il y aurait forcément des zombies là-bas aussi ... Non ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] Lun 13 Mai - 17:43


    Moment de paix dans un monde en guerre


    Gayl aimait les jeux en tout genre. Il appréciait les jeux de société mais aussi et surtout les jeux vidéos. Ah il en avait tué un paquet de zombies sur son écran plat. Sauf que maintenant la réalité s'était un peu trop mélangé au fantastique à son goût. Tyler et lui étaient capable de rester des heures devant leur console pour réussir à passer un niveau et cela empirait quand ils jouaient en duo. Autant dire que les parties de Call of duty avaient été nombreuses et que bien entendu ça lui manquait. Maintenant à part les jeux de société et bien il ne restait plus grand chose. Le monopoly n'était sûrement pas son préféré mais cela s'expliquait parce qu'il perdait bien trop souvent à son goût. Après tout ce qui était bien, c'était de gagner ou d'éviter de se faire plumer. Gayl faisait tout ce qu'il pouvait pour rendre ce qu'ils vivaient moins contraignants. Il se doutait que ce n'était sûrement pas la meilleure manière d'agir mais c'était la sienne. Gayl savait que la mort lui pendait au nez et avant ça il voulait vivre, il n'avait tout simplement pas encore trouvé comment. Il savait déjà que cela passé par sam, après ça devenait plus compliqué. Si tyler avait été là, les choses auraient été bien moins compliqué pour lui, mais son ami les avait quitté subitement et ni l'un ni l'autre n'avait vraiment compris ce qui leur étaient arrivés. Ils savaient justes que c'était comme ça et qu'eux étaient encore là.

    A son jeune âge, Gayl possédait déjà une très bonne connaissance du deuil. Entre ses parents tués dans des circonstances qu'il n'aurait pas prédit à son pire ennemi, il avait du appuyer sur la gâchette pour tuer Tyler. Certes, sur le moment il n'avait pas franchement réfléchi. C'était la chose à faire, la seule. Mais il n'en restait pas moins que c'était lui qui avait mis fin à la vie de son meilleur ami. Rien ne lui disait que ce mal ne pouvait pas finir par être curable. Gayl en doutait mais il ne pouvait pas en être certain. Il se réconfortait d'une certaine façon en se disant qu'il avait agi sur l'instinct et que Tyler méritait plus la mort qu'une vie d'errance. En tout cas Gayl préférait la mort à la transformation, il avait été clair sur le sujet. Avec tout les personnes qu'il avait perdu, Gayl avait un regard sur la mort bien à lui. Il ne savait pas la détestait, il ne l'aimait pas non plus. C'était une ombre qui le suivait chaque jour, elle le pressait, l'empêcher de respirer convenablement et ne le laissait jamais seul. Mais il avait appris à vivre avec. Ses parents l'avaient laissé bien trop tôt. Tyler n'aurait jamais du partir, si Gayl avait pris les sacs rien de tout ça ne serait arrivé et il aurait sûrement donné sa vie pour que cela change. Car contrairement à Tyler qui avait Sam, Gayl lui ne possédait plus rien, pas de famille, il n'avait que des rêves déchus.

    Sam lui apportait l'énergie dont il besoin pour apaiser ses craintes, elle lui faisait du bien sans rien faire. Voila pourquoi il n'était pas décidé à la laisser partir et autant dire qu'il était bien décidé à la protéger le mieux possible. Alors oui sans elle il n'était pas grand chose. Souriant il lui rétorqua avec un sourire en coin « N'en soit pas trop fier, C'est vrai sans toi la vie serait d'un ennui » Il faisait référence aux quelques épisodes ou la jeune femme avait eu quelques soucis... légers soucis, mais au moins ils ne n'ennuyaient pas. Attrapant les dés, il les fit glisser entre ses doigts avant de prendre une moue boudeuse. «  J'ai toujours eu les pieds sur terre » En effet il y avait peu de chance pour qu'il gagne « mais j'essaie toujours » oui il avait toujours l'espoir que les choses changent. Fallait bien que quelqu'un le fasse.

    « Non » Il n'avait pas de maillot, mais son boxer ferait l'affaire.Il espérait vraiment qu'aucun zombie ne se trouve dans la petit crique qu'il connaissait. Celle ci était déjà assez reculé de tout, alors avec un peu de chance. « Soit pas trop déçu si on rentre dans avoir tremper l'orteil, on sait pas vraiment ce qu'on va trouver, mais au moins on aura tenter » Oué parce qu'il avait quand même peu de chance pour que se soit idyllique mais ils n'avaient rien à perdre. Il fit avancer son pion et s’arrêta sur la case chance. « Putain » dit il avant d'envoyer la carte sur le plateau de jeu et de poser son pion dans la prison. « J'aurais jamais du commencer à jouer, ce jeu m'a maudit,tu veux pas qu'on aille se coucher pour être en forme demain xD ? » Dit il avec un sourire enfantin. Autant s'arrêter avant de perdre:p

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam] Jeu 16 Mai - 12:36


Gaylwen P. Evermoore & Sam G. Whiteley

Il était vrai que je me demandais très souvent à quoi aurait ressemblé ce semblant de vie, si Tyler était encore là. Cette fuite perpétuelle aurait sans doute pris une toute autre forme, ce qui ne voulait pas pour autant dire que je n'appréciai pas Gaylwen, loin de là même. Seulement, la tristesse d'avoir perdu mon frère, celui qui avait tant fait pour moi, et qui était mort par ma faute, suffisait à elle seule pour briser tout semblant de vie heureuse qui aurait peut-être pu exister en sa présence. Il avait toujours eu le don fabuleux de tout illuminer, en un sourire, en une blague lancée à la dérobée. A l'époque, Gayl avait lui aussi appris à ne être moins insouciant en ma présence, moins renfermé aussi. Parce que, dans un premier temps, il avait été très ... silencieux, et peu enclin à discuter. Tyler m'avait vaguement prévenue qu'il ne fallait pas se fier à cela, qu'il avait eu des problèmes qui le poussaient à être solitaire. Comme si, sur ce coup-là, j'avais besoin de ses conseils. J'avais donné toute ma confiance à Gaylwen dès le premier regard, j'avais juste été assez bonne comédienne pour qu'aucun des deux ne s'en rendent compte. Et c'était mieux ainsi, vraiment. La dernière chose que je voulais c'était briser cette amitié en dévoilant mes sentiments, et maintenant ... Maintenant, je ne voulais pas gâcher ce que nous avions réussi à construire peu à peu. Peut-être n'était-ce qu'une excuse bidon, une manière de ne pas me lancer pour tout dire à Gaylwen, qui me considérait sans doute que comme sa petite soeur.

En tous les cas, je lui devais désormais tout, puisque c'était grâce à lui que je survivais, que ce soit physiquement ou moralement d'ailleurs. S'il n'était plus là lui aussi, je me serais sans doute faite bouffée par des zombies, et si cela n'avait pas été le cas, je me serais tout simplement suicidée pour fuir tout cela une bonne fois pour toute. Tandis qu'en sa présence, alors qu'il trouvait qu'il usait de tous les moyens possibles et imaginables pour ne pas me laisser sombrer, je continuais à vivre, bien que cela soit d'une manière totalement différente. Il était celui qui était là pour moi, et il trouvait encore le moyen de dire que sans moi, il ne savait tout simplement pas ce qu'il ferait. Les rôles s'inversaient là ... « N'en soit pas trop fier, C'est vrai sans toi la vie serait d'un ennui », ajouta-t-il alors que je me mis à rire légèrement. En réalité, c'était un peu comme s'il avait pris la place de Tyler depuis sa disparition soudaine. Il trouvait encore le moyen de me faire rire alors même que le monde avait implosé depuis des mois et des mois. Encore après cela, il m'avoua qu'il savait parfaitement qu'il allait perdre. Autant dire que cela avait de quoi me flatter, surtout venant du grand, très grand Gaylwen. De toute façon, nous savions autant l'un que l'autre que j'avais toujours été plus forte que lui, et que Tyler par la même occasion au Monopoly. Sans doute parce que je réfléchissais plus qu'eux, les hommes purs et durs qui préféraient largement un bon jeu de zombie sur console...

En tous les cas, j'étais aussi ravie qu'il me propose une telle sortie. Voir l'océan, ne pourrait que nous faire du bien, même si ce n'était pas totalement sûr que nous puissions y rester bien longtemps. Après tout, si le monde était infesté de raison, il n'y avait que peu de chances que cela soit différent là-bas. Mais comme on dit, qui ne tente rien n'a rien. En nous y rendait, nous allons peut-être être déçus, ou peut-être pouvoir profiter d'un court moment de liberté, bien loin de l'horreur du monde actuel. « Soit pas trop déçue si on rentre sans avoir trempé l'orteil, on sait pas vraiment ce qu'on va trouver, mais au moins on aura tenter », dit le jeune homme. Je le regardai jouer, lui souriant. « Oui, je sais ... », répondis-je tout simplement, en soupirant légèrement. Ce n'était pas ce qui allait m'empêcher d'espérer, c'était, après tout, le meilleur moyen que j'avais pour ne pas sombrer. Même si Gaylwen y était aussi pour beaucoup. Sans doute même plus qu'il ne le pensait. « J'aurais jamais du commencer à jouer, ce jeu m'a maudit,tu veux pas qu'on aille se coucher pour être en forme demain ? », lança-t-il alors que je ricanai, moqueuse. Mauvais joueur qu'il était ! Je levai les yeux au ciel, mon sourire toujours plaqué sur mes lèvres me trahissant aisément. « Comme tu veux, tu déclares forfait de toute façon, c'est comme si j'avais gagné. Allons donc dormir. », répondis-je, puis je rangeai rapidement le jeu dans sa boîte et lançai un sourire à Gaylwen. « Dors bien. », dis-je, en souriant. Je m'accaparai l'une des chambres de l'étage, et n'hésitait pas à profiter totalement du confort d'un vrai lit.

RP TERMINE !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam]

Revenir en haut Aller en bas

Moment de paix dans un monde en guerre - [Gaylwen ✾ Sam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-