INTRIGUE N°1 - Vagabonds 3
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome. Quelques bugs/décalages à attendre sous Firefox.
Le 10 novembre 2016, le forum a fêté ses quatre ans !! A cette occasion, sa saison 5 a été mise en place. bril Et le 12/06/2017, sa version vingt-trois réalisée par Morphine est installée. Toutes les nouveautés sont à découvrir ici. coeurrose
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

INTRIGUE N°1 - Vagabonds 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ZOMBIE
avatar



× Âge du perso : :
Je n'ai point d'âge.

× Localisation (+ avec qui) :
De partout.

× Avant, j'étais : :
Un être humain.

× Messages : :
890

× Points de vie : :
16

× Copyright : :
©Morphine.

× Avatar : :
Zombie.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Selon ton bon vouloir ... ça va de "zombaque" à "zonzon" en passant par ... "rôdeur"..

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: INTRIGUE N°1 - Vagabonds 3 Sam 16 Mar - 15:00



    VAGABONDS 3


    Ordre de passage : P. Tybalt Morrisson & Isla Zellenwiller

    Depuis bien longtemps, le soleil est couché. La plupart des membres de ce groupe dorment - ou plutôt somnolent, d'autres surveillent les alentours, et certains d'entre eux, enfin, sont partis en excursion la veille et ne reviendront pas avant le lendemain. Il faut aller de plus en plus loin pour trouver des vivres. Depuis qu'ils ont trouvé refuge dans une maison isolée du reste de cette petite ville, tout semble à peu près paisible. Mais les stocks de nourriture s'amenuisent d'heure en heure et il faut s'aventurer dans les villes voisines pour trouver de quoi survivre. Ce soir, tout semble calme. Une légère brise fraîche vient atténuer la chaleur de la journée. Les personnes qui font les guets s'ennuient à mourir, mais restent sur le qui-vive malgré tout. Il n'y a rien, ni personne dans le coin, mais avec les horreurs qu'ils ont déjà vécus, ils ne relâchent pas un seul instant leur surveillance.

    C'est aux alentours de trois heures du matin que l'alerte est donnée. L'un des gardes agite sa lampe torche dans le ciel, ce qui fait immédiatement réagir les autres personnes chargées de la surveillance ce soir. Ils se mettent tous en mouvement, tout en restant aussi silencieux que possible. L'un d'entre eux retourne dans la maison pour prévenir ceux qui dorment encore. Il faut se dépêcher. Une horde de zombies se dirigent vers eux. Ils ne savent pas encore qu'il y a là des survivants, il faut donc rester silencieux... et économiser les balles. Malheureusement, il paraît peu probable qu'ils ne croiseront pas la maison à un moment ou un autre... Alors il faut fuir. Vite, et silencieusement.


Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


× A propos du vaccin : :
.

× Âge du perso : :
.

× Localisation (+ avec qui) :
.

× Avant, j'étais : :
.

× Messages : :
7096

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
Minako

× Avatar : :
Jared Leto

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Morphine

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Vagabonds 3 Mar 26 Mar - 19:07



    INTRIGUE UNE

    Stuck in a moment of emotion I've destroyed


    Les nuits paisibles ne durent jamais bien longtemps. C'est un fait auquel il avait fallut s'habituer. Ne plus dormir que sur une seule oreille, pour pouvoir tout entendre de l'autre. Dormir à côté de ses pompes pour pouvoir les enfiler à la moindre alerte. Avoir son sac de toujours prêt et rempli pour ne plus avoir rien d'autre à faire que de l'enfiler sur son dos pour partir en catimini si le besoin venait à s'en faire ressentir. Toujours s'attendre au pire. Ne jamais penser que les temps se calmaient, que les choses s'arrangeaient ou se mettaient sur pause. Cela n'arriverait jamais. Cette nuit là allait nous le prouver. A tous ceux qui pensaient que nous étions en plein répit, il était temps de changer de vision des choses. Avant de se faire avoir par sa propre naïveté et de s'en prendre un sacré coup dans la tronche. Pour ma part, j'étais on ne peut plus conscient du fait que les choses étaient une vraie merde et n'allaient pas changer de sitôt. Il faudrait plus que quelques jours d'accalmie, pour me faire croire que ça tendait à changer et prendre un meilleur tournant. J'étais toujours inquiet et sans cesse sur le qui-vive. Et ça, ça n'allait pas changer de sitôt. Pour ne pas dire, jamais, même. Puisque la terre continuerait de tourner dans ce sens négatif, moi je continuerais à garder un oeil sur tout et tout le monde. Cette pseudo fin du monde m'avait rendu plus méfiant que jamais et incapable d'accorder ma confiance totale et aveugle, à qui que ce soit. Rien à voir avec le mec que j'avais jadis été en clair. Et je doutais de pouvoir le redevenir un jour. Et de toute façon, je n'avais pas le temps de me poser autant de questions sur ceci ou sur cela. Et là, il était temps de fuir, plutôt qu'autre chose. Comme le reste du groupe, je fus réveillé en plein milieu de la nuit, alors que je n'étais couché que depuis trop peu de temps, revenant à peine de mon propre tour de garde. A toujours dormir d'un seul oeil, je fus rapidement prêt. Chaussures aux pieds, sac de couchage replié, sac sur le dos et guitare par dessus. Parce que non, je ne me séparais jamais de guitare. Tout un symbole. Toute ma vie. Quoi qu'on en dise je la garderais avec moi. Chacun avec ses propres objets du passé. Moi c'était ma guitare, point. Et ce fut avec ma guitare sur mon dos, que je quittai la maison à la suite de tout le monde, sur mes gardes et batte en main. Parce qu'utiliser une arme à feu ne ferait que les attirer tous, tout droit vers nous. Un objet tranchant ou lourd était suffisant pour leur exploser le cerveau. J'avais choisis la batte de base ball, sans trop me poser de question, le jour où je n'avais eus que ça sous la main pour me débarrasser des trois rôdeurs qui s'approchaient dangereusement de moi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Vagabonds 3 Ven 29 Mar - 23:51



They say it's what you make, I say it's up to fate
Il ne s'agissait plus d'être forts, il s'agissait de survivre. Elle n'avait même plus le temps de faire face aux deuils qui l'accablaient. Cette vie qui était autrefois la sienne n'était plus qu'un vaste souvenir, comme les réminiscences d'un rêve qu'elle aurait aimé vivre pour de vrai, loin de toutes ces peurs et ces angoisses. Mais il fallait tenir le coup, faire front, comme si de rien n'était. Il fallait qu'elle se fasse croire à elle-même qu'elle avait les ressources nécessaires pour survivre à tout ça, à la mort de Clyde, à celle de Malcolm. Il devait y croire. Elle devait croire qu'un jour, tout changerait, que le monde vivrait autrement, qu'ils n'auraient plus à fuir et à avoir peur de chaque instant. Qu'un jour, ils pourraient dormir, dormir pour de vrai. Qu'ils pourraient rire sans avoir peur d'attirer un figurant du clip de Thriller. Qu'elle pourrait écouter de la musique sans se demander si elle n'était pas en train d'épuiser les dernières minutes de batterie de son Ipod -ce message n'est pas sponsorisé par la marque à la pomme, promis. Mais en réalité... en réalité, elle ne savait même plus ce que ça faisait. De se glisser dans un lit frais et propre, de dormir jusqu'à s'ennuyer de ses propres rêves, d'écouter de la musique en hurlant des paroles plus ou moins justes. Elle en oubliait même ce qu'elle avait appris pendant des années ; la médecine semblait bien loin, maintenant que quelque chose d'aussi irrationnel que des zombies était venu lui ôter toute certitude quant à l'avenir brillant qui lui était déjà tracé. Et alors qu'elle pensait à tout cela, allongée dans son sac de couchage, loin du confort qu'elle ne connaissait même plus, l'alerte fut donnée. Il fallait remballer leurs affaires, vite. C'est Allan qui prit la tête de la tribu Zellenwiller, mais Isla avait l'habitude. Elle se tut, tremblant de tous ses membres en rassemblant dans de grands gestes brusques tout ce qui lui appartenait. C'est-à-dire pas grand chose, en soi... Mais c'était tout ce qu'elle possédait. « T'occupes pas de ça, il faut partir ! » hurlait son père alors qu'elle se retrouvait à quatre pattes, cherchant tant bien que mal la photo de Clyde qui avait glissé de son portefeuille. « Irving a emmené ta sœur et Joy dehors, il manque que toi ! Qu'est-ce que t'en as à faire de cette photo ? Il est mort ! » continuait-il alors qu'Isla sentait la pression monter et la peur l'envahir de plus en plus. Mais elle devait la retrouver, c'était tout ce qui lui restait de lui... C'était tout ce qui lui apportait du réconfort, lorsqu'elle était seule. Lorsque même Irving n'y arrivait plus. « J'ARRIVE ! J'suis pas sourde ! » osa-t-elle répondre, offusquée, alors que déjà, il fit les trois pas qui les séparaient de sa fille pour prendre celle-ci par l'épaule, la relever, et la trainer vers la sortie. « Une photo te protégera pas d'eux. » cracha-t-il presque alors qu'ils sortaient du bâtiment, chargés de toutes leurs affaires sauf le portrait de celui qu'elle avait aimé et tué. « Lâche-moi, papa ! » se retira-t-elle de son étreinte en se massant le bras que lui avait serré son père avec force. Puis, elle releva la tête. Maintenant, ce n'était plus de son père dont elle avait le plus peur. Elle se retourna sur le bâtiment qu'ils venaient de quitter, pensant un instant à retourner chercher le seul vestige qui lui restait de Clyde... Mais la troupe avançait. Et alors que son père se dirigeait vers la tête du cortège pour retrouver ses autres enfants, Isla déporta son sac à dos sur sa poitrine pour en sortir son poignard. Des deux armes qu'elle possédait, c'était la seule qui avait le mérite d'achever les zombies avec un silence qui en était effrayant. De son sac tomba le portefeuille qu'elle y avait rangé à la va-vite sous la pression d'Allan. Elle s'accroupit pour le ramasser, et lorsqu'elle releva la tête, le groupe l'avait devancée de longs mètres qui l'effrayèrent. Un dernier coup d’œil à la maison qui les avait abrités, et, sans verser une larme, alors que son âme, elle, s'en fragilisait encore plus, elle se mit à courir à la suite du groupe de vagabonds pour les rattraper. Elle ne voyait même plus les Zellenwiller, qui devaient sans doute tous être réunis à l'avant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Vagabonds 3 Jeu 13 Juin - 14:34


Depuis combien de jours n'avais-je plus mangé? Je n'en avais aucune idée et à vrai dire, je m'en fichais royalement. Dans ce monde où tout n'était plus que ruines et désolation, on apprenait à faire abstraction de petits détails qui autrefois, nous importait plus que de raison. Ainsi, j'avais pris l'habitude d'entendre mon ventre crier famine à longueur de journée et c'était sans nul doute le cadet de mes soucis. Bien évidemment, j'étais conscient qu'il était nécessaire que je me nourrisse pour reprendre quelques forces mais tant que je n'étais pas sujet aux vertiges, je n'avais aucune raison de m'inquiéter pour ma santé. Doucement mais sûrement, je sentais mes paupières s'alourdir mais je me gardais bien de prendre le risque de fermer les yeux ne serait-ce qu'un seul instant. Pour le solitaire que j'étais, m'endormir en pleine nuit au beau milieu de nulle part équivalait à signer mon arrêt de mort et même si j'estimais que ma vie ne valait guère plus qu'un grain de sénevé, je n'étais pas forcément candidat au suicide. Certes, je possédais l'avantage d'être protégé par l'habitacle de ma voiture mais j'avais dans l'idée que si j'étais attaqué par une hordes de zombies, elle ne ferait que retarder l'inévitable.

Garé en bord de route, j'évitais de me servir des phares de mon véhicule pour surveiller les alentours car je savais qu'en agissant de la sorte, je risquais de décharger les batteries et donc de perdre mon moyen de locomotion. Cela me contraignait à demeurer dans le noir le plus complet mais même si cela me déplaisait fortement, je devais m’accommoder de cette situation pour le moins inconfortable. Un silence de mort régnait dans l'atmosphère et j'avais beau tendre l'oreille, je n'entendais pas le moindre bruit: la nature semblait soudainement s'être tue. Du coup, ce sentiment d'angoisse, dont j'étais imprégné en permanence, s'accentua encore davantage au point de me faire ravaler ma salive. Ne voulant pas sombrer dans la paranoïa, je tentai alors de me changer les idées et profitai de l'occasion pour faire un inventaire de mes affaires. J'étais d'ailleurs plongé dans le calcul de mes munitions quand brusquement un bruit me fit tressaillir. Aussitôt, je m'équipai alors de ma lampe de torche ainsi que de mon fusil à pompe et jetai un coup d’œil tout autour de moi. Ma respiration s'accéléra tandis que le silence semblait avoir repris ses droits: cela aurait pu me rassurer mais j'étais certain que le son que j'avais perçu n'était pas sorti tout droit de mon imagination. Les secondes s'écoulèrent sans que je perçoive le moindre mouvement suspect et je décidai donc de baisser ma garde: erreur fatale.

A l'instant-même où je déposai mon arme sur la banquette arrière de ma voiture, un hurlement primaire jaillit de la nuit et j'eus à peine le temps de me retourner que j'aperçus un zombie à quelques mètres de mon pare-choc avant. A la vitesse de l'éclair, j'attrapai alors mon pistolet et baissai la vitre pour lui tirer une balle dans la tête. Cette poussé d'adrénaline aussi puissante que soudaine me conduit alors à prononcer quelques jurons: pourtant, je n'étais pas au bout de mes peines. mon accalmie fut en effet de courte et lorsque plusieurs cris parvinrent jusqu'à mes oreilles, je compris que j'avais du soucis à me faire. Courageux mais pas téméraire, je décidai alors de fuir avant que les choses s'enveniment réellement. Je démarrai donc ma voiture et poursuivit ma route sans attendre une seconde de plus. Roulant à vitesse modérée, je tentai tant bien que mal de lutter contre ma fatigue mais ma concentration s'en retrouvait irrémédiablement altérée. Ainsi, je ne m'aperçus pas que la route que j'empruntais, était jonchée de trous béants et lorsqu'une de mes roues percuta violemment l'un d'entre eux, l'accident fut alors inévitable. Finalement, mon véhicule termina sa course encastré dans un mur mais dans mon malheur, j'eus la chance de ne pas subir un choc trop violent. Réalisant alors que ma voiture était désormais inutilisable, je m'empressais de rassembler toutes mes affaires dans mon sac et de foutre le camp aussi vite que possible. En mettant le pied à terre, une douleur vive s'empara alors d'une de mes jambes mais cela ne m'empêcha pas de me mettre à courir sans me retourner: le horde de zombies qui s'était lancée à ma poursuite, devait sûrement me coller au train.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Vagabonds 3 Jeu 27 Juin - 21:08

Archivé.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Vagabonds 3

Revenir en haut Aller en bas

INTRIGUE N°1 - Vagabonds 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-