INTRIGUE N°1 - Sédentaires
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2016 : le forum a quatre ans & sa saison 5 est mise en place. Le 27/08/2017 : 24ème version du forum installée. Les awards & autres nouveautés sont à consulter ici.
Oh la la qu'est-ce que vouuuuus aiiiiiime !! coeurrose lele Et si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ?

Partagez| .

INTRIGUE N°1 - Sédentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ZOMBIE
avatar



× A propos du vaccin : :
C'est trop tard pour ça, mon cher.

× Âge du perso : :
Je n'ai point d'âge.

× Localisation (+ avec qui) :
De partout.

× Avant, j'étais : :
Un être humain.

× Messages : :
915

× Points de vie : :
1

× Copyright : :
SWAN

× Avatar : :
Zombie.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Selon ton bon vouloir ... ça va de "zombaque" à "zonzon" en passant par ... "rôdeur"..

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: INTRIGUE N°1 - Sédentaires Sam 16 Mar - 15:05



    Les Sédentaires

    Ordre de passage : Chuck S. Westerfield & Blueberry M. Parker & Silver T. Davidson & Ryan D. Mcdonalds & Ian K. Winchester



    Fin du mois de juin.

    Tout était tranquille aux alentours. Les oiseaux ne chantaient plus depuis des mois entiers mais ce matin, comme par promesse d'un lendemain meilleur, deux petits piafs s'amusaient à se parler dans de doux chants mélodieux. Le complexe de haute sécurité qui avait pris pour délicat surnom "Westerland" en l'hommage à son "boss" s'éveillait aux délicats rayons de soleil qui dardaient tranquillement sur l'Alabama et ses alentours...

    Pour John Galager en charge du hangar où l'on rangeait les véhicules et de l'armurerie, la nuit n'avait pas été délicate, depuis des jours entiers, il ne dormait plus. Il semblait meurtri par quelque chose, un doute, des rêves et c'était la fin, le sommeil le fuyait comme la peste. C'était donc de façon lente et indélicate qu'il maltraitait ses divers outils, il avait pris soin de nettoyer le 4x4 du patron mais de façon pas très catholique, à vraiment dire, juste la roue qu'il avait recouvert d'urine... En s'appuyant sur la console de sécurité, il ne fit même pas attention au bouton que ses grosses fesses venaient de presser de façon unanime.

    Rien de bien grave... Enfin, c'est ce qu'il confia à Westerfield lorsque le reste arriva.

    Quelques heures plus tard, Chuck Westerfield descendit afin de se livrer à son inspection quotidienne des troupes, il salua quelques badauds d'un sourire un peu las et forcé puis d'une main de maitre, il avait décidé qu'il irait prendre son petit déjeuner avant, les soldats n'avaient qu'à attendre, ils étaient les larbins de son propre système... Alors attablé, il eut la peur de sa vie lorsqu'un immense "boum" vient perturber ses pensées aussi inutiles qu'un album de Justin Bieber. Les cris qui se mêlèrent ensuite aux bruits sourds d'explosion à répétition furent terribles...

    En se précipitant vers la sortie comme les autres badauds, il eut l'impression d'une véritable guerre nucléaire. Des volutes de fumée embrasèrent le ciel si bleu, des cris, des bouts de corps à toutes les intersections et ces cris terribles... Des zombies ? Il n'en savait rien...


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Sédentaires Dim 17 Mar - 22:25

L'enfer avait parfois un goût de Paradis. Et c'était le cas aujourd'hui. Il s'était disputé très sévèrement avec sa fille, et encore une fois, il avait pris la fuite comme un gamin, parce qu'il ne supportait pas être mis en déroute et cela par quoi qu'il fut. Même s'il avait tord, il ne le reconnaissait jamais et ce matin, c'était peut-être le cas. Elle avait volée un peu d'alcools dans les réserves et il ne l'avait pas supporté, elle avait seize ans, le droit de boire depuis ses quatorze ans et pourtant, il l'avait giflé à deux reprises en cette matinée chaude du mois de juin.

L'Alabama avait pris ce ciel rouge et cuisant que tous les cieux avaient décidé de dévoiler depuis l'Invasion. Une société s'était reconstruite sur les teintes rouges d'un monde affamé, mais jamais il ne pourrait y avoir de vie plus belle, ce ciel rouge menaçant avait le don de rendre l'ordre et la morale complètement ravagées. Il était d'une rare beauté et inspirait tellement la peur. La peur de se voir défait, la peur de mourir, la peur du lendemain. Lorsqu'il était sorti du bâtiment qu'il occupait pendant la journée, lorsqu'il exerçait son métier, il s'était rendu compte que la lueur rouge s'approchait encore, timide d'abord et d'une rare violence. Elle ne semblait pas violente, les cieux s'embrasaient tellement il faisait chaud et réellement, on avait vu pareil chaleur des années auparavant, lors d'un été caniculaire et depuis, rien. Depuis que les zombies avaient eu la bonne idée d'envahir le monde civilisé, c'était différent. Aujourd'hui, chaque jour voyait le ciel se morfondre de couleurs différentes.

Westerfield s'essuya rapidement le front avec le revers de son bras. La sueur coulait à plein flot et il remercia sa morphologie de lui avoir fait perdre quelques kilos. Il n'aurait jamais pu tenir avec un bide gras, même si ses appartements et son bureau étaient équipés de la climatisation, il était affreux de sortir. Il se dirigea vers le seul endroit de la base qu'il s'autorisait à fréquenter de temps à autres , le seul endroit logiquement digne où l'on pouvait y consommer de l'alcool sans s'attirer les foudres de la Milice au service du militaire. Le grand patron mettait un point d'honneur à censurer les moindres parcelles d'alcool dans sa base. Il était hors de question qu'on puisse s'en gaver à longueur de temps.
Il s'épongea une dernière fois la nuque et pénétra dans les lieux.

A la fin du repas copieux qu'il venait de se payer "gratuitement", il fit passer le tout avec une bonne gorgée d'un rosé très frais. Il commanda ensuite un café avec rapidité. Alors qu'il attendait à table, s'amusant à scruter les regards interrogés sur sa présence ici, un énorme "BOUM" déchira la tranquillité ambiante. Westerfield se leva rapidement, il se précipita vers la sortie sans attendre que les badauds se dépêchent à bloquer les sorties. Il sortit au dehors. Immédiatement l'odeur le prit aux narines et la fumée lui piqua les yeux. Des masses de gens couraient d'un point à autre sans organisation, la milice ne pouvait contenir cet immense flot. Westerfield s'arma rapidement du flingue qu'il planquait à la ceinture et courut de sa plus belle enjambée. Les fumées et les explosions venaient du bout du camp et il sut qu'à pied, il n'y serait pas avant une bonne heure de course. Il intercepta une voiture de miliciens où il monta. Une jeep sans capote, le genre de véhicules avec lequel on pouvait atteindre les endroits avec une rapidité déconcertante.
En arrivant sur place, l'horreur qu'il découvrit fut sans pareille, des corps en pagaille, des bâtiments fumants. Il se hâta de rejoindre un groupe de miliciens avec cette enjambée si belle.

"Faites venir Parker, on va avoir besoin d'elle. Et appelez le gros des troupes avec des tenues de désinfection, faut qu'on sache absolument ce qu'il se passe ici".
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Sédentaires Lun 18 Mar - 13:14

Le silence régnait alors que Blueberry auscultait son dernier patient de la matinée. Jerry, 53 ans, s’était fait une très mauvaise coupure au-dessus du genou droit. Evidemment, il avait laissé sa blessure s’infecter avant de venir au centre médical. C’était ce qui arrivait généralement, les membres du complexe pensaient pouvoir guérir seuls et ne pas avoir besoin de l’aide d’un docteur. Pourtant, dans la majorité des cas, ils finissaient tous par accourir à un moment ou à un autre. Et il était quelques fois bien trop tard. Les conditions d’hygiènes étaient désastreuses et le danger perpétuellement présent, alors la jeune femme avait encore plus de mal à comprendre pourquoi tant de personnes étaient encore si effrayés par les médecins. Certes, la majorité des travailleurs du centre médical n’était pas diplômés, simplement motivés, mais Blueberry s’était révélée être un bon professeur et elle laissait rarement l’un de ses aides-soignants gérer un patient tout seul. Elle observa la salle où quelques patients étaient encore allongés. La plupart n’était là qu’à cause d’un mauvais rhume où d’une angine, rien de bien méchant donc. La brunette avait veillée dessus une partie de la nuit et était heureuse de voir que dans la majorité des cas, les patients semblaient se remettre peu à peu. Elle avait également décidé de faire un tour chez certains sédentaires cet après-midi. Il y avait des personnes âgées qu’elle n’avait pas croisée depuis longtemps et d’autres personnes qui étaient venues gravement blessées, mais n’avaient jamais montrées leurs cicatrisations. La responsable du centre médical avait perdue beaucoup trop de monde ces derniers-temps et elle comptait bien faire son possible pour arranger ça.

Jerry poussa un gémissement lorsqu’elle posa ses doigts glacés près de la blessure. « C’est ce qui arrive lorsqu’on ne se soigne pas assez vite. » Il afficha un air désolé et elle ne put s’empêcher de lui sourire en retour. Blueberry devait rouvrir cette vilaine coupure qui avait vraiment très mal cicatrisée. Elle s’équipa comme il se devait et pris le temps d’endormir son patient pour ne pas qu’il ne souffre. « Vous allez devoir rester quelques heures ici en attendant que votre jambe se réveille, j’irai prévenir votre fils en allant déjeuner ». Cette fois-ci, il la gratifia lui aussi d’un énorme sourire. C’était en prenant soin d’eux qu’elle espérait que ses patients reviendraient sans crainte. Aussi, elle prit un grand soin à soigner Jerry, le recousant le plus joliment qu’elle pouvait pour ne pas qu’il garde une affreuse cicatrice jusqu’à la fin de ses jours. Une fois terminé, elle se leva rangea ses petites affaires et prévint ses collègues qu’elle partait déjeuner. Bien sûr, elle n’allait pas très loin, Blueberry attrapa son sac et sortie du centre faisant quelques pas et s’arrêta près d’un coin d’herbe. Elle s’essaya, faisant attention à ne pas plisser sa jupe et commença à déballer son déjeuner. Elle prit également son livre et débuta sa lecture tout en engloutissant son sandwich. Un rayon de soleil vint caresser son doux visage, elle leva la tête admirant le ciel et profitant du calme. Soudain, une énorme « Boum » retentit, Blueberry se mit précipitamment debout scrutant le paysage pour tenter de comprendre d’où venait cette énorme bruit. Les yeux écarquillés, elle aperçût une fumée noire, une odeur étrange vint également chatouiller ses narines. La jeune femme courra à l’intérieur du centre médical, attrapant son sac et le jetant dans un coin de la pièce. « Il y a un truc qui ne va pas, je vais aller voir. Restez ici, on viendra vous chercher si on a besoin d’aide. » Elle attrapa rapidement des kits de premiers soins et fourra le tout dans le plus grand sac qu’elle put dénicher. A nouveau dehors, elle vit une voiture s’approcher, apparemment Chuck avait demandé sa présence sur les lieux, ce qui signifiait que la situation était alarmante. L’estomac noué, elle arriva sur les lieux, découvrant des corps éparpillés sur le sol, du sang, des membres et des cris. Sa bouche forma à « O » parfait à laquelle vint se plaquer sa main, tremblante. « Bon sang, qu’est-ce qu’il s’est passé ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Sédentaires Ven 22 Mar - 19:10

Silver se réveilla de bonne humeur ce matin, il était sûr qu'il dormait mieux depuis quelques temps. Il ne se sentait pas à l'abri se méfiant de quasiment tous le monde sauf Blueberry. Il dormait toujours dans son fourgon blindé et n'allait que rarement chez lui. Il s'assit sur le siège conducteur regardant une photo de sa famille la caressant comme si c'était une relique sacré. Il partit à l’arrière du fourgon pour nettoyer son pistolet, il commença à le démonter pour le réparer. Il le nettoya doucement. Il ne se servait pas de sa mitraillette ou de la grenade qu'il avait ramassé sur le soldat. Elle ne sortait jamais du fourgon sans son desert eagle et son 9 mm. Il les nettoyait assez souvent. Il avait été chef de la police et s'y connaissait en matière d'arme. Il se demandait soudain si il était vraiment en sécurité ici, il regardait son paquet de cigarette, il n'en avait plus que six. Il tenta de se dire qu'au moins cela le fera arrêter de fumer. Il repensa alors au danger d'être ici, combien savait ce défendre dans ce complexe ? Combien serait prêt à se défendre en cas d'attaque ? Il se foutait bien des règles, il faut qu'on leur apprenne à se battre. Sinon cela se terminera aussi mal qu'au commencement.

* Je dois faire quelque chose .. * pensa notre protagoniste.


Il ne comprenait rien à ces lois mais malheureusement il devait s'y plier. Garder la tête haute et garder ses commentaires pour lui. Il sortit alors marcher un peu saluant du monde par ci par là mais en se méfiant encore. Il c'était fait avoir une fois alors cela ne recommencera pas. Il partit dans les quartiers qu'on lui avait donné pour se reposer un peu dans le lit. Il ne dormait pas assez et cela commençait à devenir inquiétant. Lentement, il commença à s'endormir. Dans ces rêves, il était ailleurs, dans un monde avec sa femme et son fils. Il y était heureux et il était un homme bien. Un rêve , un simple rêve, il n'était pas quelqu'un de bien. Il c'était acclimaté à la survie et était prêt à tous pour ça. Il avait déjà laisser des gens dans le besoin parce qu'il voulait survivre seul. Était il encore l'homme qu'il était avant ? Il se réveilla avec tous ces questionnement sur lui même. Il ne comprenait pas vraiment ce que ce monde avait fait de lui. Soudain il entendit un bruit sourd et des cris où quelque chose qui ressemblait à ça. Il sortit vite de chez en direction du lieu où bossait Blue. Il croisait les doigts espérant qu'il ne lui soit rien arriver. Il marcha vite vers elle puis s'empressa de la rejoindre quand il la vit :

Ca va, tu n'as rien ? Tu sais ce qui ce passe ? Purée, j'ai eu peur qu'il te soit arrivé quelque chose. Prends une arme pour te défendre. Prends ça, on sait jamais !


Il lui tendit son 9mm avec deux chargeur espérant qu'elle le prenne. Il n'y avait sans doute rien mais il était méfiant. Si il y avait une brèche où quoi que ce soit, les zombies profiterait de la brèche. Il sortit son desert eagle prêt à se défendre, sa machette rangeait dans son dos. Il la regarda et décida de la défendre où du moins la suivre jusqu'à ce qu'elle soit en sécurité. Il ne se pardonnerait jamais si elle venait à mourir. Elle était un peu l'image de son âme, la protéger et s'attacher à elle lui rendait son côté humain qu'il avait perdu et qu'il espérait un jour retrouver. Il était content de voir qu'elle n'avait rien. Il attendit soudain l'appel du «  chef » que tous les hommes armé se rejoigne mais était ce vraiment la bonne idée ? Si il y a des zombies c'est un peu réunir toute la viande au même endroit. Il ne savait pas quoi faire mais une chose était sur il suivrait Blueberry.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Sédentaires Lun 13 Mai - 12:53

Il y une chose dont je suis sûr. Aujourd'hui, est un jour qui pue la poisse. N'allez pas chercher pourquoi, je les sens ces choses-là. Si je te dis qu'aujourd'hui est une journée qui craint, tu cherches pas plus loin. Tu fermes ta gu**le et tu me crois sur parole. Faut pas m'ennuyer quand j'ai le pressentiment de me réveiller un jour "sans". On l'aura compris.

Comme diraient certains je me suis levé du pied gauche. Mais pour être précis, je m’étais plutôt levé le pied dans la couverture et m’était gracieusement écrasé contre le sol froid. Rien de tel pour un réveil en fanfare. C’était le petit matin, le soleil brillait, les oiseaux aillaient même jusqu’à chanter mais Ryan McDonalds râlait sec. Car pour une des rares fois que mes cauchemars me laissaient tranquille, il a fallut que je fasse preuve de maladresse. Alors quand dans ma torpeur matinale, étalé lamentablement par terre, je me suis rappelé qu’aujourd’hui était le jour de l’inventaire, je l’ai décrété : Aujourd’hui était une journée maudite. Et je suis prêt à parier que les heures qui suivent vont confirmer mes craintes. Non, je ne suis pas pessimiste. Non, je ne cherche pas à m’attirer le malheur. Je suis réaliste nuance. Je donne un coup de pied rageur dans ma couette. Je ne prends même pas la peine de refaire mon lit. Qu’elle traine dans la poussière et les acariens, ça lui apprendra. Et celui qui compte me dire que c’est moi qui dormirai dans la poussière et les acariens ce soir, qu’il pense à se mordre la langue avant de parler.

Je saute dans les premiers vêtements qui me passent sous la main. Je jette un coup d’œil à mon poignet. Ma fidèle montre, seul vestige de mon passé, m’annonce que je suis en retard. Évidement mon cher Watson ! Je soupire, ferme les yeux. Si je ne suis pas en place lorsque les gardes arriveront, je vais encore en prendre pour mon grade. Il ne reste plus 36 solutions. Je claque la porte derrière moi sans prendre la peine de la verrouiller. Ce n’est pas comme si on pouvait y trouver quelque chose à voler. Il ne me reste plus qu’à courir maintenant. Et c’est ce que je me mets à faire, projetant des gravats à chacune de mes enjambées. Le soleil continue de briller au-dessus de ma tête. C’est une belle journée. Sûrement, pour d’autres. Mais pas pour moi qui essuie la sueur qui se met déjà à perler sur mon front. Je suis arrivé à destination. Mon score s’élève à 10 minutes de retard. Une pincée d’optimisme, aucun garde ou soldat dans les environs. Westerfield doit encore être en train de les passer en revue. Je ralentis l’allure, devant se dresse une rangée monotone d’hangars. Depuis que je suis devenu intendant – merci Blueberry, j’ai appris à les connaitre. Devant le premier, John Galager s'affaire. Il me fait signe. Sa tête fait peur à voir. Sûrement les cauchemars dont il m’avait parlé la semaine passée. Cela mon pauvre John, ça ne va pas aller en s’arrangeant. Parole de connaisseur.

« - Salut John, mauvaise journée qui s’annonce on dirait. »

Le vieil homme se mit à rire. Son rire rauque m’arrache un sourire. Je peux presque dire qu’il m’enlève un peu de ma mauvaise humeur mais j’aurais bien trop peur de m’avancer.

« - Ah ça Ryan, je ne te le fais pas di. . .»

Un bruit assourdissant, la terre qui se met à trembler. J’ai à peine eu le temps de voir les yeux de John s’agrandir que je me sens propulser en arrière. Je ne réalise pas vraiment ce qu’il vient de se passer. Mes yeux écarquillés, je me demande ce qu’il a bien pu advenir de John. Pour le découvrir encore faut-il que j’arrive à me lever. Je bouge légèrement, du sang semble couler sur mon visage. Je porte ma main à mon arcade, un débris s’y est planté. Je craints qu’en l’enlevant je fasse pire que mieux. Le sang me brouille la vue. J’essaye pourtant de faire un rapide Check-up : rien de cassé. Il n’y a pas à dire, j’ai la tête dure. Je me relève péniblement. Qu’est-ce qu’y avait encore bien pu se passer dans notre enfer personnel ?

« - Oh non ! »

Enfer, là, c’était le cas de le dire. Je sais pas pourquoi, mais j’ai l’horrible pressentiment que si cela doit retomber sur le dos de quelqu’un ce sera le mien. Je vous l’avais bien dis : journée de m*rd* !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Sédentaires Jeu 27 Juin - 21:07

Archivé.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°1 - Sédentaires

Revenir en haut Aller en bas

INTRIGUE N°1 - Sédentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-