Hillow, je suis de retour - SAM
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a CINQ ans & sa saison 6 est mise en place. Nouveautés à découvrir ici (le tout accompagné d'un recensement au passage obligatoire).
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Hillow, je suis de retour - SAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Hillow, je suis de retour - SAM Jeu 16 Mai - 13:58


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    Gayl se réveilla avec les premières lueurs du jour. Il était incapable de bien dormir, même dans un endroit sécuritaire comme cette maison. Il dormait par micro sommeil, mais il devait avoué que cette nuit là était sa meilleure depuis pas mal de temps. Pendant quelques secondes, il contempla le plafond de sa chambre. Il avait opté pour la chambre de l'adolescent. En tout cas, c'était ce qu'il en avait déduit au vue des nombreuses photos qui ornaient l'étagère. Un sourire amusé se déposa sur ses lèvres quand il posa son regard sur un poster du groupe -linkin park- . De quoi lui rappeler de bons souvenirs. Doucement il se hissa hors des couettes. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour revêtir ses habits quotidiens. Son vieux jean le suivait partout. Il avait cependant eu la chance de trouver un nouveau tee shirt, ce qui le réconfortait un peu. Sortant de sa chambre, il s'arrêta doucement sur le palier de la chambre ou dormait Sam. Celle ci semblait aussi paisible que possible. Il l'observa un temps, si elle pouvait trouver un peu de repos dans son sommeil, ça le rassurait. Il finit par s'approcher d'elle, elle dormait à poing fermé. Gayl observa pendant quelques secondes ses traits délicats avant de remonter la couverture qui avait légèrement pris la fuite. Il ne savait pas du tout ou tout cela allait les mener, mais ils avançaient inexorablement sans savoir de quoi demain serait fait et cela lui déplaisait fortement. Gayl serait bien resté plus longtemps, il détestait s'éloigner de sam mais il manquait cruellement de vivre. Et si il voulait qu'ils tiennent, il se devait de ramener à manger. On était au moins de juin, les arbres commençaient à offrir leur fruit, il pouvait sûrement trouver quelques choses. Attrapant son arc, il posa un mot sur la table. « Je suis allé chassé je reviens vite »

    Il savait parfaitement qu'elle risquait de ne pas apprécier mais il préférait la savoir en sécurité à l'intérieure de ses murs que derrière lui en compagnie de rôdeur. Il glissa son couteau dans l'étui avant de sortir de la maison. Il respira avec plaisir l'air frais de cette matinée printanière.Quel bonheur de goûter à cette chaleur matinale. Le ciel était d'un bleu limpide, une bonne journée qui s'annonçait.

    Une fois hors des murs protecteurs, il longea pendant quelques minutes la route avant de prendre par les champs. Il voulait en effet éviter le plus possible d'être vu et éviter les routes en faisaient partie. Le coin était assez paumé, ce qui était un avantage mais aussi un désavantage. L'avantage, c'est que les rôdeurs appréciaient peu les coins vides, ils étaient attirés par l'odeur humaine et par les groupes, ils semblaient donc préférés les endroits fréquentés. Le problème c'est que les endroits peu fréquentés signifiaient aussi les endroits totalement pillés. Et donc un manque flagrant de nourritures et de toutes autres choses nécessaires pour leur survie.

    Tout en marchant, il restait conscient de ce qui l'entourait. Ses longues heures d’entraînement au tir à l'arc lui avait affûté la concentration et cela lui servait. D'une nature assez active, tout les sports qui l'avait pratiqué lui rendait désormais la pareille. Il n'avait à l'origine rien d'un chasseur mais désormais, il savait traqué ou du moins il apprenait. Il ne mit pas longtemps à apercevoir un lièvre. La flèche fusa avant de trouver refuge dans l'animal qu'elle tua sur le coup. Gayl appréciait la nature, il aimait les animaux et devoir les tuer par lui même lui faisait mal au cœur. Mais entre le lapin et se nourrir le choix était vite fait. Par chance , il dégota un endroit ou se trouvait plusieurs arbres fruitiers : Pêches, cerises et quelques fraises.Voila qui ferait l'affaire. Il aurait bien continuer, mais plusieurs heures étaient passés et il commençait à s’inquiéter pour Sam. Il se décida donc à faire demi tour pour regagner leur « maison »

    Il arriva en vu de celle ci dans le milieu de l'après midi, c'était en tout cas ce qu'indiquait sa montre. Le beau brun ne mit pas longtemps à regagner la salle principale. « Sam ? » Et oui, c'était bien la seule chose qui l'intéressait vraiment : retrouver sa compagne de route.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Jeu 16 Mai - 20:38





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


Depuis que nous avions trouvé ce petit coin de paradis, j'avais l'impression de pouvoir avoir une vie presque normale. Bien sûr, ce n'était pas le cas. Il n'y avait plus Tyler et, en plus de cela, je n'étais pas dans une maison qui m'appartenait. Si je ne ressentais pas ce besoin vital de me poser dans un endroit sûr comme celui-là, peut-être trouverais-je le temps de me sentir profondément coupable. Après tout, nous étions là chez des gens, une famille. Famille qui, sans doute, errait aujourd'hui dans les rues du coin, à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent. C'était à la fois effrayant, et en même temps déprimant. Voir ces photos, ces objets, dormir dans le lit d'une personne aujourd'hui morte. Oui, c'était horrible, et même sans doute plus que cela. Mais en même temps, je devais vraiment manquer de sommeil car quand je me réveillai, il faisait déjà jour dehors. Cela faisait un bien fou de pouvoir dormir dans un vrai lit, avec un confort qui n'était plus du tout habituel. C'est en pleine forme et avec un sourire planté sur le visage que je m'extirpai des draps pour ensuite enfiler un jean noir, ainsi qu'un tee-shirt blanc, trouvés lors de notre première visite de cet endroit. Nous avions vraiment une chance folle d'être tombés sur un lieu comme celui-ci, et que personne d'autre ne l'ait fait avant nous. Tout cela me mettait de bonne humeur, et cela se voyait. Quelques jours que nous étions là seulement et je reprenais déjà des forces.

C'est donc plutôt gaiement que je débarquai dans le salon, en chaussettes, presque comme à la maison. Je ne pus m'empêcher de hausser les sourcils en trouvant la pièce vide. Aucune trace de mon compagnon de route. « Gaylwen ? », demandai-je d'une voix un peu plus forte que je ne le devrais. Mon regard balaya la pièce, alors que je sentais la panique monter en flèche, pour finalement se poser sur un papier inhabituel, disposé sur la table. Je m'en approchai et lus le petit mot écrit par Gaylwen. Je soufflai un bon coup, à la fois soulagée de comprendre mieux la situation, et en même temps angoissée à l'idée qu'il soit dehors, en danger. Je froissai le papier, et tournai les talons, le laissant disposée là sans plus de cérémonie. Je passai le reste de la journée à tourner en rond, à chercher à m'occuper en fouillant des placards déjà cent fois retournés, en essayant de lire un livre. Rien à faire. Je ne cessai de penser au fait que Gaylwen était en train de risquer sa vie pour récupérer des vivres pour nous. Je fus incapable de manger quoi que ce soit, bien trop inquiète pour me mettre quoi que ce soit sous la dent, et n'eus de cesse de vagabonder entre "ma" chambre, le canapé, et les diverses autres pièces.

Je faisais confiance à Gaylwen. Totalement même. Je savais qu'il était assez malin pour s'en sortir, mais cela ne m'empêchait pas d'avoir peur. D'être totalement pétrifiée de terreur en réalité. Les zombies étaient imprévisibles, parfois surprenant. Et s'il ne rentrait pas ? Cette pensée me terrifiait au plus haut point et suffisait à me faire frôler la crise d'hystérie pure et simple. Il me semblait que cela faisait une éternité que j'étais debout quand le bruit caractéristique de la porte d'entrée s'ouvrant puis se refermant se fit entendre. Je me relevai brusquement du lit dans lequel j'étais installée depuis une bonne heure. « Sam ? », entendis-je distinctement alors que je quittai déjà la chambre dans laquelle j'avais élu domicile. Je descendis précipitamment les escaliers et rejoignis la pièce principale de la maison, où je retrouvai Gaylwen, apparemment en pleine forme. En courant à moitié, je lui sautai dessus et le serrai dans mes bras, pas franchement en état de me tenir à l'écart de lui. J'enroulai mes bras autour de lui, plus que soulagée de le voir en bonne santé de la sorte. « Tu vas bien ? », m'enquis-je aussitôt, avant de le lâcher pour reculer de quelques pas. Je me raclai légèrement la gorge, puis passai de l'inquiétude la plus totale à une colère sourde. « Bon sang, ne me refais plus jamais ça ! », m'exclamai-je en lui jetant un regard noir. Je croisai mes bras sur ma poitrine, le toisant. « La prochaine fois, tu me réveilles pour que je vienne avec toi. », ajoutai-je sans le lâcher du regard, hésitant franchement entre le ruer de coups de poings, ou le serrer encore une fois dans ma bras. La première idée était sans doute la plus raisonnable ...


©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Ven 17 Mai - 0:26


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    A l'origine, Gayl n'aimait pas vraiment la marche à pied. Désormais, il appréciait pouvoir marcher en paix. La campagne était plaisante, surtout qu'il trouvait finalement peu de rôdeurs pour le dérangeait. Aussi étrange que cela puisse paraître, la vie suivait son cour. Le monde continuait de tourner. L'homme ne possédait plus autant de pouvoir qu'avant et cela n'était finalement pas plus mal. En quelques secondes, il avait été dépossédé de tout, pour goutter à une vie bien plus amer. Pour vivre désormais, il devait retrouver ses instincts primaires. Heureusement, Gayl avait rapidement trouvé ses marques dans ce monde apocalyptique. Enfin d'une certaine façon. Il se débrouillait mieux que d'autres. Certains s'étaient fait tuer, s'il était encore en vie c'était sûrement parce que d'une certaine façon il le méritait. En tout cas, c'était ce qu'il aimait penser.

    Il accéléra le pas, bien décidé à rentrer le plus rapidement possible. Gayl avait eu de la chance, il avait fait une bonne récolte. Ils allaient pouvoir se faire plaisir et avec ce soleil, les panneaux solaires n'auraient aucun mal à leur offrir des avantages: comme un frigo et un four. Bon le truc, c'est qu'ils n'étaient pas de supers bons cuisiniers. Avec un peu de chance, Sam allait leur concocter une recette spéciale. Enfin fallait pas trop rêver, il n'avait qu'à espérer qu'elle ne l'empoisonne pas.
    A cette idée un large sourire se posa sur son visage. Oui... La cuisine n'était sûrement pas son fort, mais contrairement à Gayl, elle était franchement douée.

    En tout cas, ils avaient à manger pour quelques jours. Gayl avait mis la main sur plusieurs semences dans un magasin qu'il avait trouvé le long de la route. Ce genre de truc n'était pas vraiment recherché, mais vu qu'ils avaient trouvé un endroit paisible ou vivre, il s'était mis en tête de faire un jardin. Cela leur permettrait de tenir sans partir à la recherche de vivre et c'était un atout considérable.

    Sur le chemin, il croisa la route d'un faisan. Ni une ni deux, il décocha une flèche qui abattit l'animal dans sa tentative de fuite. Gayl aurait sûrement pu se retenir, mais le gibier n'était pas si facile à trouver, alors quand c'était le cas, il préférait le prélever.
    D'une certaine façon, il avait l'impression de se sentir comme un homme des cavernes qui ramenait à sa femme et à leurs rejetons de quoi manger.Enfin sauf que Sam n'était pas sa femme et qu'heureusement pour eux, ils ne devaient pas s'occuper de gosses. Il avait déjà du mal à subvenir à leur besoin. Alors il ne se voyait pas faire vivre plus de gens. Non, ils étaient très bien tout les deux, rien que tout les deux.

    Il franchit le portail avec plaisir et le referma en prenant mille précautions. Points positifs des choses, il n'avait croisé aucun rôdeur pendant les derniers kilomètres qui l'avait mener ici. Ils avaient trouvé un endroit parfait pour y installer leur camp de survie. Cela ne les empêchait pas d'aller tenter leur chance ailleurs, mais ils savaient qu'ils pouvaient toujours revenir ici et c'était rassurant.

    Pendant les quelques secondes ou sa voix retentit dans la pièce. Il eut le temps de penser à tout et n'importe quoi. Il s'imaginait déjà Sam tentant de partir à sa recherche. Elle aurait pu se perdre, se faire attaquer par des rôdeurs ou tomber sur un groupe. Il allait s’élancer à se recherche quand il l'entendit dévaler les escaliers. Il ne fut relativement soulagé que quand il put apercevoir son minois dans la pièce. « Sam » souffla t-il à demi voix. Sa réaction ne le surprit pas vraiment, il ressentait la même chose et il répondit directement à son étreinte. Ses bras se refermèrent autour de sa taille tandis que sa tête se posa sur l'épaule de la jolie brune. « Ouep » lui répondit il d'une voix douce. Il allait très bien depuis qu'il l'avait enfin retrouvé... Comme quoi il était finalement incapable de la laisser trop longtemps derrière lui. Ce petit moment prit rapidement fin pour laisser place à la colère de Sam. Colère véritable qu'il ne comprenait que trop bien. Gayl afficha un sourire gêné avant de passer sa main dans ses cheveux tentant de trouver une explication plausible. « Tu dormais si bien... je ne voulais pas te réveiller » Il savait cependant que rien de tout ce qui pouvait dire n'allait changer l'inquiétude qui avait été la sienne. Il se pinça finalement les lèvres... « Je suis désolé Sam... mais je préférais te savoir en sécurité ici, ce qui n'est sûrement pas la meilleure idée vu que j'ai passé toute mon temps à penser à toi » ça c'était bien vrai, elle n'avait fait qu'occuper ses pensées. «  Tu sais Sam, qu'importe ce qui se passe, je reviendrais toujours te chercher, il ne m'arrivera rien, parce que justement je sais que je dois revenir , je sais que je dois vivre pour toi.. pour te retrouver. Mais... Si tu veux vraiment venir... je vois pas ce que je peux dire pour t'en empêcher»
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Ven 17 Mai - 9:49





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


Sincèrement, je ne voyais pas pire torture que de devoir attendre Gaylwen dans la petite maison que nous avions investit, à ne rien faire d'autre que me morfondre pendant que lui, de son côté, mettait sa vie en jeu. Inquiétant, et même terrifiant, voilà deux mots qui décrivaient parfaitement mon ressentiment, sans pour autant être assez puissant pour cela. Toutes les pires situations, tout ce qui pourrait se produire pour Gayl me venaient en tête, alors que je changeai sans arrêt de position et d'emplacement dans le futile espoir de réussir à me tenir suffisamment occupée pour ne plus y songer autant. Mais c'était impossible. Allongée dans mon lit, un livre à la main, je ne pouvais penser à rien d'autre qu'à lui, et à ce qu'il faisait en ce moment même. L'inquiétude me rongeait, à l'image d'une peur sans nom. Et s'il ne rentrait jamais ? Et s'il revenait mordu ? Le simple fait d'y penser me mettait dans des états pas possibles. C'est pour cette raison qu'en l'entendant arriver, je ne pus pas m'empêcher de le serrer dans mes bras, le soulagement se lisant sur chacun de mes traits. Il allait bien, c'était l'essentiel. Enfin, presque. Car, en effet, c'était tout à fait le genre de situation que je ne voulais pas voir se reproduire. Je ne voulais pas me sentir aussi inutile et impuissante. Alors, bien sûr, au début, je ne lui serais d'aucune utilité, je serais peut-être même un poids supplémentaire pour lui, mais il me fallait du temps. Pour m'habituer à tuer des rôdeurs, et pour rester discrète et méfiante en toute circonstances. En tous les cas, il était hors de question que je revive quelque chose de semblable.

« Tu dormais si bien... je ne voulais pas te réveiller », lança-t-il alors que je le regardais, furieuse qu'il ait encore fait cela. Bon, jusque là, en même temps, je n'avais pas trouvé le courage de lui proposer mon aide, par peur, sans doute, de le vexer ou quelque chose dans le genre. Je ne le lâchai pas du regard un seul instant, m'en voulant un peu parce qu'il semblait assez gêné. Bon, en même temps, c'était soit je lui disais tout maintenant, soit cette même situation se reproduirait sous peu. Et puisque la seconde option était purement et simplement inacceptable, je n'avais pas mille solutions pour parvenir à mes fins. « Je suis désolé Sam... mais je préférais te savoir en sécurité ici, ce qui n'est sûrement pas la meilleure idée vu que j'ai passé toute mon temps à penser à toi », dit-il ensuite, et je ne pus pas m'empêcher de sourire, même si, dans le fond, ce n'était pas une très bonne chose qu'il pense à moi alors qu'il pouvait se faire attaquer à tout moment. Si j'étais là, au moins, il ne craindrait plus rien à ce niveau-là, hein ? Et puis, qui sait, peut-être me révélerais-je être une tueuse de zombies hors pair ? Je n'étais peut-être pas très douée à cela sur les jeux vidéo de l'époque, mais nous étions dans la réalité, et c'était totalement différent. « Je ne suis pas forcément en sécurité ici. », bougonnai-je, de mauvaise foi, mais brusquement apaisée. Ah ça, il savait trouver les mots pour me calmer, même si je ne changeai clairement pas d'avis concernant tout cela.

« Tu sais Sam, qu'importe ce qui se passe, je reviendrais toujours te chercher, il ne m'arrivera rien, parce que justement je sais que je dois revenir , je sais que je dois vivre pour toi.. pour te retrouver. Mais... Si tu veux vraiment venir... je vois pas ce que je peux dire pour t'en empêcher », ajouta-t-il finalement, tandis que je lui lançai un sourire timide, sincèrement désolée de m'être autant emporter contre lui. Il croyait bien faire en même temps ... Je sentis mes yeux commencer à me piquer, et décidai de reprendre Gaylwen dans mes bras pour cacher les quelques larmes qui avait fait leur apparition dans mes yeux. Le contre-coup, à tous les coups, mais il n'avait pas besoin de voir cela, vraiment pas. « Tu ne sais pas ce qu'il peut t'arriver Gaylwen. Tu peux te faire attaquer n'importe quand ... Et ne pas avoir le temps de faire quoi que ce soit. Je veux venir avec toi, alors s'il te plaît, réveille moi la prochaine fois. », marmonnai-je en le serrant contre moi, ma tête posée sur son torse. Je reculai, quelques instants plus tard, une fois la traîtresse de larme qui avait coulé, essuyée. Je lui souris timidement et jetai un coup d'oeil au sac qu'il avait ramené avec lui. « Alors, qu'est-ce que tu as trouvé ? », lui demandai-je, voulant à tout prix changer de sujet. Parce que je n'en démordais pas et que je n'étais pas prête de le faire.


©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Sam 18 Mai - 12:38


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    Gayl avait cette fâcheuse tendance à vouloir tout contrôler. Il avait envie d'offrir à Sam un monde ou elle pouvait se sentir en sécurité. Il savait que cela était utopique, mais s'il pouvait améliorer son quotidien rien qu'un peu, il en était déjà heureux.Souvent quand il marchait ainsi avec comme seule alliée la solitude protectrice qu'il ressentait. Ses pensées allaient souvent caresser ses souvenirs. Ceux ou tyler lui tendait la main pour le sortir de ce guêpier ou il s'était fourré. Gayl n'avait jamais rien eu d'un dealer, il n'avait tout simplement pas eu le choix. Dealer l'avait aidé à mieux sombrer, à oublier... C'était tout ce dont il avait eu besoin à l'époque. Il voulait devenir invisible, souffrir, jusqu'à mourir dans un caniveau et que personne ne vienne le réclamer. Puis, Tyler s'était pointé, il l'avait sorti de là et il lui avait permis de rencontrer Sam. L'impact qu'elle avait sur lui avait été silencieux, mais il avait des lors refuser de se laisser aller et reprendre sa vie en main. Plus il y pensait, plus il aurait aimé que se soit lui qui se soit fait attaqué et par Tyler. Il aurait souhaité que la sœur et le frère restent ensemble. La vie en avait décidé autrement et il ne pouvait pas s'empêcher de se sentir fautif. Aider Sam était loin d'être un moyen de se racheter, ça aurait pu l'être, mais il n'y avait dans ses gestes aucune intention de rachat, juste de la tendresse et de l'amour. Alors oui, il n'avait sûrement pas agit de la façon la plus intelligente, mais quand il s'agissait de Sam, il avait tendance à prendre les choses par le mauvais côté. D'un côté il voulait tout faire pour la protéger et rester loin d'elle, surtout ne rien changer à leur relation. De l'autre, il savait parfaitement qu'il risquait de mourir demain et une partie de lui avait envie de tout avouer. Qu'elle sache au moins ce qu'il ressentait pour elle avant qu'ils ne crèvent. Mais ça sonnait un peu pessimiste et il n'avait pas franchement besoin de penser à sa mort future. De toute manière, il n'allait pas se laisser tuer aussi facilement. Une chose est sûre, il était heureux de la retrouver. La serrer dans ses bras le rassurait. Toutes ses craintes s'envolaient pour laisser place à une sensation agréable et doucereuse.

    Gayl comprenait tout à fait Sam. Il comprenait son inquiétude. Rester en arrière était d'une certaine façon pire que d'être confronter au danger. Gayl n'aurait jamais pu rester en arrière, il en serait devenu fou. Faire face au danger lui donnait l'impression d'exister. Il savait parfaitement ce qu'il se passait. Alors oui, il n'aurait peut être pas du la laisser en arrière... Mais il avait du mal à la savoir en danger et c'était là que ça coinçait.

    Le beau brun laissa échappé un sourire avant de la regarder du coin de l'oeil. « Si » finit il par dire. Bien sur qu'elle était plus en sécurité ici, même si ce n'était pas non plus infaillible, mais rien ne l'était. Pour le moment, elle était quasiment incapable de se défendre et c'était bien ce qui inquiétait Gayl. Quoique même si elle avait été aussi doué que Lara Croft, il se serait sûrement inquiété.

    Difficile de ne pas voir les larmes qui perlaient désormais aux coins de ses lèvres. Il n'avait pas eu envie de la faire pleurer. C'était juste sorti tout seul, d'une façon tout à fait naturel. Le fait de la savoir qu'elle l'attendait lui donnait plus de force, plus d'énergie et d'une certaine façon lui permettait d'être encore plus attentif. Il savait qu'il devait rentré pour la retrouver et cela lui donnait beaucoup plus de pouvoir que si il avait été seul. Bien sur il n'était pas immortel, il ne pouvait pas prédire ce qui allait lui arriver. Mais pour le moment ça roulait finalement assez bien. Il répondit tendrement à son étreinte, profitant du moment. Avec tout ce qu'ils avaient vécu, ils en avaient tout les deux besoin. Il resta silencieux quelques secondes. Il aurait aimé lui dire non, mais le pouvait il vraiment ? « Ok... mais que tu seras prête »finit il par dire, même s'il n'était pas franchement convaincu. Une fois reculée, il passé délicatement sa main sur sa joue. Comme si elle pouvait vraiment cacher ses larmes. « ça marche mais avant va falloir que je t'apprenne quelques rudiments » Lui apprendre à Tirer à l'arc, planter un couteau ou se défendre était essentiel, sa survie dépendait de ça. Et plus elle savait se défendre plus elle les protégerait. Un sourire se dessina sur son visage tandis qu'il déposa son sac sur la table. « Ah ah, tu vas voir » Il sortit une poche de fraises et de Cerises qui déposa dans les mains de la jolie brune. « Vive le printemps » ajouta t'il avec un sourire amusé. « J'ai aussi trouvé des graines , on pourra planter, histoire d'avoir des trucs à manger si on reste » Il avait quand même fait une bonne collecte. « Attends je reviens » Il tourna les talons pour sortir de la maison. Il avait déposé à l'extérieur les deux pauvres bêtes qu'il avait tué, histoire de pas traumatiser Sam dès le départ. « Et on a ça aussi » il s'approcha d'elle d'un air victorieux. Le lapin se trouvait dans sa main droite, le faisan dans sa main gauche. « tu vas pouvoir t’entraîner à dépecer » dit il avec un large sourire posé sur le visage. Et oui les voilà transformés en paysans du siècle dernier.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Sam 18 Mai - 23:46





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


Dans le fond, cette situation était encore plus compliquée qu'il n'y paraissait. Il ne s'agissait plus simplement de masquer mes sentiments pour éviter de tout gâcher entre Gaylwen et mon frère, il fallait juste, si je puis dire, que je reste le plus possible à distance du jeune homme. Pour quelle raison ? Je n'étais plus certaine de le savoir moi-même. Parce que je me sentais déjà atrocement fautive de la mort de Tyler, je ne pouvais pas, en plus, me sentir coupable de tenter quoi que ce soit avec celui qui avait autrefois été son meilleur ami. Et puis, dans un monde comme celui-ci, avions-nous seulement droit de songer à reprendre une vie plus ou moins normale ? J'étais totalement perdue, et le simple fait de repenser à la mort de mon frère suffisait à me faire tout remettre en question, même dans les moments où il me paraissait claire que je ne pouvais pas continuer à juste ignorer ce que je ressentais pour Gaylwen. Enfin, tout cela n'était définitivement pas des choses sur lesquelles je devais continuer à m'attarder aussi souvent, où je risquais bien de devenir purement et simplement folle. Et puis, il semblerait que nous avions, actuellement en tout cas, d'autres problèmes deux fois plus important à régler. Parce que je ne voulais pas avoir à revivre d'autres heures, identiques à celles qui venaient de s'écouler. Je savais parfaitement que Gaylwen croyait bien faire en me faisant rester en sécurité ici, mais je ne pouvais pas le supporter. Pas une fois de plus. Encore un peu plus de temps, et je serais sans doute partie à sa recherche, ce qui, j'en avais conscience, était complètement stupide. Parce que je ne m'en serais sans doute pas sortie, pas douée comme je l'étais. J'aurais besoin d'un peu d'entraînement, et de quelques conseils de Gaylwen avant d'être capable de m'en sortir face à un walker, mais il était hors de question que je reste une fois de plus ici à me tourner les pouces pendant qu'il allait risquer sa vie.

Têtu comme l'était mon compagnon de route, cela ne m'étonna absolument pas qu'il dise que cet endroit était sûr. Comme si je pouvais lui faire changer d'avis. Bon, après tout, il n'avait pas totalement tort, j'étais, très certainement, plus en sécurité ici que si je le suivais à l'extérieur - ce qui ne tarderait pas à arriver, de toute évidence - mais ce n'était pas pour autant ici que je n'allais courir aucun danger. En fait, il n'existait plus aucun endroit où l'on ne risquait rien, puisque les zombies, eux, étaient partout. La suite de la conversation devint sans doute un peu trop délicate, puisque des larmes ne tardèrent pas à refaire leur apparition aux coins de mes yeux. Je n'avais jamais été spécialement forte mentalement parlant, et cela s'était un peu arrangé avec l'invasion et la mort de Tyler, mais cela ne m'empêchait pas pour autant de craquer parfois. Rarement, voir jamais devant Gaylwen, cela dit. En tous les cas, le serrer dans mes bras me semblait être la meilleure solution. Pour cacher mes larmes mais aussi parce que cela me faisait toujours un bien fou. « Ok... mais quand tu seras prête », dit-il, et je me contentai de hocher la tête. Parce que je savais que je ne pourrais pas négocier quoi que ce soit à ce sujet. Pas avec Gaylwen le têtu. Et puis, en même temps, il avait totalement raison. Je ne pouvais pas décider de sortir une machette à la main, je ne saurais pas faire face aux rôdeurs aux zombies et je le savais très bien. Je n'étais pas une guerrière, loin de là même, et mes larmes étaient sans doute la meilleur preuve de cela. Larmes qui ne savaient pas avoir échappé aux yeux avisés de Gaylwen.

En tous les cas, le jeune homme semblait s'être fait à l'idée, peut-être parce qu'il se doutait que je ne lâcherai pas l'affaire cette fois-ci. Je ne voulais plus me retrouver seule ici, et il l'avait parfaitement compris. « ça marche mais avant va falloir que je t'apprenne quelques rudiments », lança-t-il, alors que je lui souriais, toujours un peu gênée qu'il ait repéré mes traîtresses de larmes. Enfin, peu importait maintenant. « On fait comme ça alors ! », affirmai-je, heureuse qu'il ait accepté. Parce que je ne me voyais franchement pas vivre une seconde fois cette journée. Maintenant que tout cela était plus ou moins réglé, ou en tout cas que nous avions trouvé un accord convenable, j'avais hâte de découvrir ses trouvailles. Mon sourire s'élargit un peu plus en découvrant les quelques fruits qu'il me donna. Sa phrase suivante aurait presque pu me faire sauter de joie, tant c'était fabuleux. « C'est vraiment génial. », lui dis-je, sincèrement heureuse, juste avant qu'il ne quitte le bâtiment pour revenir avec ... Deux animaux morts. Je les regardai, les yeux exorbités, à la fois contente parce que cela voulait que nous n'aurions pas faim aujourd'hui, et en même temps complètement désolée pour ces pauvres bêtes qui avaient réussis à survivre ... Jusque là. « tu vas pouvoir t’entraîner à dépecer », dit-il tranquillement. Je détournai le regard des animaux, pour le poser sur Gaylwen, en état de choc. « Euhm ... Tu es vraiment sûr que c'est nécessaire ? », demandai-je, quelque peu hésitante. Je soupirai finalement, pour me donner du courage. « Bon ... je suppose que ce sera déjà un bon début d'entraînement ... Hein ? », dis-je maladroitement en me rapprochant de quelques pas, toujours un peu dégoûtée. Allez, je pouvais le faire !


©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Dim 19 Mai - 13:31


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    Parfois Gayl se disait qu'il seraient sûrement pour Sam de vivre autre part. Elle n'était pas faite pour ce genre de vie. Il ne savait pas s'il existait de véritables groupes installés. Mais si c'était le cas, Sam y aurait sûrement sa place. Pour Gayl l'histoire était différente, ses besoins aussi. La solitude ne lui faisait pas peur, et il préférait cela à tout groupe humain. A une époque, il avait bien été sociable, mais c'était loin derrière lui. Vu la situation des choses, il se doutait sans mal que la plupart des groupes devaient vivre sur des règles crées par quelques uns, règles qui ne lui iraient sans doute pas. Et dans un monde ou seul la survie compte le danger est omniprésent. Alors non, il ne voulait vivre avec personne d'autre que Sam. Et si un groupe se présentait à lui, il tirerait sûrement sa révérence. Il le savait.. Mais Sam ? Ne serait elle pas mieux dans un groupe protégé ou elle serait capable de vivre d'une façon différente. Dans un groupe, il y a les faibles, les forts, chacun finit par trouver sa place. C'était là ou la personnalité de Gayl faisait obstacle car il n'avait aucune envie de trouver sa place dans ce genre de truc. Mais il connaissait Sam et il savait qu'elle était bien plus à même que lui de vivre dans un groupe. Elle avait toujours été bien plus sociable que lui. Gayl avait beau détester ce monde, il n'en était pas moins dans une optique ou il avait envie de vivre. C'était pour ça qu'il avait quelques difficultés à vraiment faire face à Sam. Parce que malgré tout ça, il avait pas envie de se priver de tout ce que la vie pouvait encore offrir. Ils n'étaient pas morts... Du moins pas encore et il n'allait pas s'arrêter de vivre. Gayl avait envie de se sentir vivant. Le survie était quelque chose la vie en était une autre et il voulait apprendre à mêler les deux. Avec Sam, c'était compliqué et malgré tout les sentiments qu'il avait pour elle, il devait aussi se faire à l'idée qu'avec tout ce qu'ils avaient vécu l'histoire semblait finalement assez impossible. Et puis de nombreux facteurs rentraient en compte. Alors parfois il se disait qu'il serait peut être mieux qu'ils se séparent. Et dans ce genre de moment il se sentait totalement perdu. Mais l'idée était bien présente dans son esprit. Car un jour ou l'autre ils allaient devoir faire un choix et rien ne pouvait lui dire qu'ils feraient le même.

    Pour le moment la situation était encore gérable, mais Gayl restait un homme et le désir qu'il éprouvait pour la jeune femme était véritable. Elle ne remarquait sûrement rien, mais elle lui faisait bien plus d'effets qu'il n'aurait aimé l'admettre. Non, il n'allait pas lui sauter dessus, c'était hors de questions et pour ça il avait toujours eu le contrôle, ce n'était pas un animal enragé, mais ça rendait la vie un peu plus compliquée qu'il n'aurait pu le croire. Si Tyler avait été là, les choses auraient sûrement été différentes, il aurait automatiquement été moins proche d'elle. Bref et en plus fallait qu'elle le prenne dans les bras. Ah les femmes incapables de comprendre leurs effets sur la gente masculine.

    « C'est vraiment génial » Parler de fruits et de légumes, voilà une bien meilleure idée qui lui permit de reprendre le contrôle de ses émotions. C'est vrai qu'ils n'avaient pas trop eu le temps de profiter de ce genre de mets c'est derniers temps.Désormais, Le beau brun savait ou les trouvait, ce qui n'était pas un mal. « Y avait un paquet de cerisiers, faudra qu'on y retournes, y avait aussi des pommiers mais c'était pas la période. Et des pêches mais pas encore à maturité » Sans parler des oranges, mais pour ça ils allaient devoir y retourner à deux selon leur besoin.

     « Euhm ... Tu es vraiment sûr que c'est nécessaire ? », Gayl émit un rire amusé devant la tête dubitative de la jolie brune. Il fourra sa main dans ses cheveux avec tendresse avant de se diriger vers le frigo. Et oui, les panneaux solaires, un vrai bonheur... « Bon ... je suppose que ce sera déjà un bon début d'entraînement ... Hein ? » Il acquiesça sur ce coup là elle avait raison. Tout passait par là et leur survie dépendait aussi de la mort de certains. « Tu es décidé à tuer des zombies, dépecer un petit lapin innocent c'est dans tes cordes. Oublie pas de le vider, » Il se tourna vers elle pour dévoiler toutes ses dents d'un air enfantin qui lui allait finalement assez bien. Il posa son couteau sur le plan de travail à côté d'elle. « Tient Samy xD » A vrai dire, le beau brun trouvait la scène assez amusante. « C'est comme ça que ça marche, j'ai ramené la bête, tu dépèces, tu sais comme l'homme de Cro magnon »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Dim 19 Mai - 23:22





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


Si Gaylwen avait toujours été un véritable à mes yeux, à toujours esquiver les questions trop personnelles, et à ne jamais parler du lui, j'avais tout de même réussi à le connaître un minimum. Et s'il y avait bien une chose qui crevait les yeux à son sujet, c'était le fait qu'il n'aimait pas vraiment se mêler aux autres. Il était plus dans le genre âme torturée et solitaire. Et je respectai totalement cela. Car même si je ne connaissais que très peu de choses sur son passé, et depuis peu d'ailleurs, cela m'était suffisant pour deviner que nous étions loin d'avoir le même passé. Un événement grave avait bouleversé sa vie, j'en étais quasiment certaine, mais le tout restait de savoir quoi, quand et pourquoi. Ce qui ne risquait pas d'arriver, vu comme il évitait de parler de lui. En tous les cas, je savais que si, par le plus grand des hasards, nous venions un jour à rencontrer un groupe de survivants, il ne voudrait pas le rejoindre. Et cela m'effrayait au plus haut point. Et si nous ne trouvions aucun accord si une telle situation se présentait ? Une chose était certaine : je ne voudrais à aucun prix me séparer de Gaylwen. Je préférais continuer à errer seule, plutôt que de me retrouver dans un groupe sans lui. Ayant suffisamment appris à déceler ses réactions sur tel ou tel sujet, je savais qu'il ne serait pas du tout du même avis que moi, mais je ne comptais pas lâcher l'affaire. Il était tout simplement hors de question que Gaylwen ne s'éloigne de moi. Il était devenu mon tout, mais s'en rendait-il seulement compte ?

Heureusement, pour l'instant, nous n'avions pas à faire face à un tel obstacle. Au contraire, la chance semblait plutôt de notre côté puisque Gaylwen revenait avec pas mal de vivres, de quoi nous faire tenir un peu. C'était à la fois excitant et effrayant de me dire que je participerai à la prochaine excursion en ville. Parce que non, je ne lui laissais désormais plus le choix : je l'accompagnerai, qu'il soit d'accord ou non. Rester enfermée ici sans savoir comment il allait était la pire des tortures, et les larmes que je n'avais pas pu retenir quelques instants plus tôt en étaient les parfaits témoins. « Y avait un paquet de cerisiers, faudra qu'on y retournes, y avait aussi des pommiers mais c'était pas la période. Et des pêches mais pas encore à maturité », expliqua-t-il et le léger sourire qui avait finalement pris place sur on visage s'élargit à l'entente du "on" qu'il avait employé. Cela se concrétisait, finalement. « C'est parfait, on aura de quoi faire au moins. », dis-je donc en lui souriant. Et puis, il ramena à l'intérieur de la maison les deux bêtes qu'il avait tuées. C'était tout de suite moins plaisant que des fruits, c'était certain ... Bon, en même temps, si je voulais prouver à Gaylwen que j'étais capable de me défendre face à un zombie, il fallait que je fasse quelques efforts. Alors, s'il fallait passer par là ... J'étais prête à le faire. A peu près, en tout cas.

Une fois tous deux en cuisine, je restai dans l'entrée, pas encore bien sûre d'être prête à le faire. Je crois que je n'avais pas franchement le choix, pour le coup. « Tu es décidé à tuer des zombies, dépecer un petit lapin innocent c'est dans tes cordes. Oublie pas de le vider. », dit-il avant de se tourner vers moi, le sourire le plus machiavélique que j'eus jamais vu collé aux lèvres. Je levai les yeux au ciel, ne pouvant pas empêcher cette réaction face à cela, avant de le rejoindre. « Tient Samy », lança-t-il après avoir déposé un couteau sur le comptoir. Je perdis mon sourire, parce que cela me paraissait moins amusant d'un coup et jetai un regard affolé mais déterminé à l'arme de mon futur crime, sans pour autant la toucher. « C'est comme ça que ça marche, j'ai ramené la bête, tu dépèces, tu sais comme l'homme de Cro magnon » , ajouta Gaylwen ce qui aurait dû me faire sourire en temps normal mais là, j'étais trop occupée à mener un duel du regard avec le couteau qui me narguait. Quand faut y aller, faut y aller, comme on le disait autrefois ! J'attrapai donc le couteau de ma main gauche, le serrant aussi fort que possible. Première étape achevée. Je soufflai un bon coup pour me donner du courage, et enfonçai lentement la lame dans le corps sans vie du lapin. Un frisson me parcourut instantanément, la sensation était vraiment horrible ! « Dieu tout puissant. », ne pus-je m'empêcher de murmurer. Sans bouger quoi que ce soit d'autre, je tournai la tête vers Gaylwen peu de temps après, une grimace de dégoût inscrite sur le visage. « Bon ... Va falloir que tu m'expliques quoi faire. », quémandai-je, totalement incertaine sur la manière de laquelle je devais procéder. Bah oui, ce n'était quand même pas tous les jours que l'on dépeçait un animal ! Et surtout pas moi ...


©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Lun 20 Mai - 19:53


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    Gayl s'était surpris à apprécier la chasse.Il ne prenait pas plaisir à tuer, il ne pourrait jamais, mais il appréciait tout ce qu'il y avait autour, en particulier la tracte et l’habilité dont il devait faire preuve pour réussir son coup. Dans leur malheur, ils avaient de la chance.L'hiver n'était pas encore à leur porte,cela lui permettait de s’entraîner et d'affiner ses techniques. Leur position était un véritable avantage, c'était aussi une des raisons qui donnait envie à Gayl de rester dans le coin. C'était bien connu la meilleure saison en Floride c'était l'hiver. Alors en y réfléchissant bien, partir pour aller plus vers le Nord ne l'enchantait pas vraiment. Cependant la floride, c'était aussi les ouragans et ça il s'en serait bien passé. Car oui, vu ou ils en étaient, un petit ouragan avait décidément sa place. Y penser n'était pas la meilleure des idées. D'ailleurs,il allait éviter d'en parler à Sam. Contrairement à la jolie brune, il avait eu l’occasion de vivre en Floride, il était habitué au climat. L'été était loin d'être sa saison préférée, mais elle leur offrirait tout de même de quoi se nourrir. C'était une région opulente en matière végétale et animale. L'alimentation étant leur principale préoccupation. Mieux valaient-ils pour eux rester dans des coins propices à ce genre de recherche. Enfin Gayl cherchait finalement toutes les raisons pour rester dans le coin et surtout ne pas devoir faire face à une situation qui redoutait particulièrement : Celle de rencontrer un Groupe et de devoir faire face à un choix qu'il préférait franchement éviter. Alors pour le moment, la floride leur convenait très bien. Et puis en cas d'Ouragan, la maison possédait une cave, du coup, ils étaient en sécurité... Enfin d'une certaine façon. Des fois, il avait vraiment l'impression d'être totalement fou. Pourquoi pensait-il à tout ça ? N'avait il pas déjà de choses à penser pour en plus s'en rajouter? Surtout que franchement pour le moment ils étaient très bien...

    Bref, autant revenir sur terre et s'occuper de faire son jardin au lieu de se prendre la tête pour n'importe quoi. Oui, ils avaient de la chance de ne pas être trop loin d'une exploitation fruticole. Ils allaient pouvaient en profiter. Après tout les rôdeurs n'étaient pas franchement intéressés par ce genre de dégustation. Sam aurait sans doute préféré se concentrer sur la collecte de fruits, mais fallait bien passer par dépecer le lapin pour le déguster ? Ok Gayl aurait pu mettre la main à la patte et la sauver sur ce coup là. Mais il devait avouer que la scène était particulièrement amusante. Sam savait cuisiner mais de là à savoir dépecer un lapin, c'était différent. Gayl n'était pas non plus un expert. Il avait appris dans un livre. Tuer des lapins, il l'avait fait plusieurs fois, mais il s'était trouvé idiot la première fois. Voila pourquoi, il avait jeté un rapide coup d’œil à un livre de cuisine lors de l'une de leur excursion dans une grande surface. Il attrapa les fruits et les déposa dans le frigo histoire de les converser plus longtemps. En tout cas, il lui tardait de s'attaquer aux fraises,il adorait ça depuis qu'il était gamin.

    « Dieu tout puissant. » Adossé contre le plan de travail. Gayl observait Sam d'un air amusé. Heureusement il s'était occupé de saigner l'animal durant sa petite excursion. Sam échappait donc à cette partie. « Avant de le vider, faut que tu lui enlèves la peau » Commençons par le début. Il se tourna doucement vers elle. « Je te montre » Allez il allait la sauver mais juste pour le début, pour le reste, il allait la laisser prendre les choses en mains. « Bon ... Va falloir que tu m'expliques quoi faire. » Il attrapa le couteau avant de prendre la place de Sam. « Regarde, je te laisserais faire la suite mais je commence » Il s'attaqua aux postérieurs du lapin. Sa lame s'enfonça doucement entre la peau et le muscle. Il contourna l'articulation en faisant attention de garder les tendons intacts. Il repéta l'opération sur l'autre patte avant de descendre vers le bas du vendre comme s'il voulait décrire un V. Il finit par s'arrêter pour laisser Sam prendre la relève. « Du coup maintenant, tu as plus qu'a tirer, si ça coince tu y va au couteau. Pour les pattes avants et la tête à un moment ça va bloquer et il faudra que tu les coupes » Mmhhh dit comme ça c'était vraiment passionnant.  Après s'être laver les mains, il posa amicalement sa main sur l'épaule de la jeune femme. « Allez à toi. Je meurs de faim » Ajouta t'il d'une voix douce.. mais oui il était affamé.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Mar 21 Mai - 20:46





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


Apporter plus d'aide à Gaylwen me paraissait être le plus important. En fait, c'était même essentiel si je ne voulais pas finir par me haïr pour être aussi lâche. Parce que c'était de la lâcheté ... Non ? En tous les cas, je ne voulais pas rester éternellement la faible, qui se contentait d'essayer de cuisiner avec les maigres ressources que nous avions et mes très faibles connaissances en matière de préparation de plats. Surtout qu'il était devenu très difficile de trouver autant de produits que nous en avions besoin, et qui ne soient pas périmés. Jusque là, je n'avais participé qu'à très peu de raid à l'extérieur, je ne pouvais donc pas pleinement juger de l'étendue des dégâts, mais je me doutais bien que de nombreuses denrées étaient périssables, et tout simplement impossibles à consommer. Plus le temps passait, et plus cela empirait, bien sûr. Du coup, nous devions nous rabattre sur les fruits qui poussaient sur les diverses baies encore vivaces, ou encore les animaux qui survivaient toujours. Cela ne durerait pas, à tous les coups, mais il fallait en profiter pendant que nous avions de quoi nous mettre sous la dent. D'ici quelques mois, il faudrait peut-être trouver d'autres alternatives. Mais peu importait, puisque nous n'avions pour l'instant, pas besoin de songer à tout cela. Gaylwen se débrouillait très bien à la chasse, la preuve puisqu'il revenait aujourd'hui avec de la viande, et de mon côté, je pourrais m'occuper de chercher ce qui était encore mangeable lors de nos futures expéditions à deux.

Bien sûr, je savais aussi qu'il me faudrait un temps d'adaptation, et qu'il faudrait aussi que je m'endurcisse considérablement. Mais je me jugeais capable d'y parvenir ... avec beaucoup d'efforts, cela allait de soit. Apparemment, mon entraînement, si je pouvais appeler cela ainsi, commençait dès maintenant. Cela rendait les choses encore un peu plus réelles, il fallait donc que je m'arme de courage. Dépecer un lapin me paraissait déjà horrible, atroce, répugnant et j'en passe, mais je savais aussi pertinemment que tuer un zombie, c'était mille fois pire. Je soufflai donc un bon coup, et me lançai dans la préparation ô combien ragoutante de l'animal. Cela ne pouvait pas être si compliqué ... Hein ? De toute façon, il fallait bien que je me lance un jour. « Avant de le vider, faut que tu lui enlèves la peau », lança la voix de Gaylwen alors que j'entamai ma préparation personnelle du lapin. Je tournai la tête vers lui, pour le voir afficher un air des plus amusé. Et il se moquait de moi en plus ! « Je te montre », dit-il alors que je m'apprêtai à exposer au grand jour mon dégoût. Heureusement qu'il m'interrompait, je ne voulais quand même pas abandonner aussi vite sur un coup de tête. Je le laissai prendre le couteau puis ma place, me décalant d'un pas sur le côté. J'allais maintenant regarder faire le chef ! Enfin, pendant peu de temps, puisque je le connaissais suffisamment pour savoir qu'il ne tarderait pas à me rendre l'arme du crime pour que je me débrouille.

« Regarde, je te laisserais faire la suite mais je commence », lança-t-il, ce qui confirma instantanément mes doutes. Je me contentai de hocher la tête, histoire de lui montrer mon approbation. C'était maintenant ou jamais. J'affichai un air des plus sérieux, ne détournant pas le regard de ce pauvre lapin exécuté, qui ferait pourtant notre plaisir ce soir. Je ne devais surtout pas laisser mon attention dévier de la tâche, au moins je ne jouerai pas les lâches cette fois-ci. Néanmoins, mon visage concentré ne tarda pas à se transformer, pour finalement afficher une moue dégoûtée. « Quelle horreur.. », ne pus-je m'empêcher de murmurer face au spectacle qui se jouait devant moi. Je ne détournai pourtant pas le regard une seule seconde, puisque j'allais devoir m'y coller incessamment sous peu. « Du coup maintenant, tu as plus qu'a tirer, si ça coince tu y va au couteau. Pour les pattes avants et la tête à un moment ça va bloquer et il faudra que tu les coupes », m'expliqua-t-il tout en allant se laver les mains. Il ne tarda pas à revenir vers moi et posa sa main sur mon épaule, alors que je me concentrai pour essayer de ne pas régurgiter ce que j'avais mangé ... la veille. « Allez à toi. Je meurs de faim », ajouta-t-il, ce qui ne m'encouragea pas du tout. J'avais surtout l'impression qu'il s'amusait de la situation. « ça ne devrait pas être bien compliqué, hein ... », dis-je d'une voix faible, et pas franchement crédible. Je me replaçai correctement et sans plus prendre le temps de réfléchir, je tirai sur la peau qu'il avait préalablement coupée. Avec trop de réflexion, je risquai surtout d'abandonner. Le plus dur resta tout de même le découpage des endroits récalcitrants, et tout particulièrement la tête, laquelle j'eus bien du mal à me décider avant de terminer le tout avec un air horrifié. Heureusement, je n'avais pas de nausées. Enfin, le plus dur était passé ... Non ? Je soupirai, soulagée, puis tournai la tête vers Gaylwen. « Qu'est-ce que je dois faire ensuite ? C'était le plus dur et le plus dégoûtant, j'espère ? », lui demandai-je, légèrement anxieuse.


©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Jeu 23 Mai - 12:17


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    La chance venait de leur sourire, mais pour combien de temps encore. Sam et Gayl passaient leur temps à chercher des endroits sécuritaires. Ils n'étaient pas les seuls. Penser qu'ils étaient en total sécurité était une erreur... Rien ne leur disait qu'un groupe n'allait pas débarquer pour poser leur griffe sur leur petit cocon protecteur. Se connaissant Gayl risquait fortement de monter les crocs ça risquait de lui couter gros. Il n'avait aucune envie de se faire tuer encore moins par des survivants et refusait qu'une elle histoire frappe Sam. Personne n'était en mesure de lui dire ce qu'un groupe de survivants trouveraient à faire d'elle. Certains l'accepteraient sûrement, d'autres au contraire devait de montrer parfaitement hostile. La laisser derrière lui avait donc été une erreur. Tout d'abord parce que si quelqu'un était arrivé en l'absence de Gayl, Sam se serait retrouver dans une bien mauvaise posture, et aussi parce qu'il comprenait tout à fait qu'elle préfère être à ses côtés plutôt que dans l'attente de son supposé retour. La dernière chose qu'il espérait s'était de pouvoir tenir sa promesse. Il se connaissait, il avait toujours eu tendance à passer outre les règles qu'on lui imposait... et cela depuis qu'il était assez grand pour ouvrir une porte. Dans cette vie qui leur offrait désormais bien peu de possibilité, la seule chose qui leur restait c'était de se protéger mutuellement pour aller le plus possible. La survie dans la solitude... non ce n'était pas pour Gayl. Pourtant, il n'était pas des plus sociables, mais il désormais il ne souhaitait d'être seul à personne, surtout pas dans ce type d'environnement.

    Gayl ne prenait aucun plaisir à préparer sa propre nourriture. En temps normal, il allait dans un supermarché pour acheter de la viande sous plastique, rien de plus. Il n'avait aucun rapport avec l'animal tué. Si bien qu'à la fin la viande est presque détaché de l'animal. Désormais, il savait qu'il devait passer par la fasse cruellement de la mort d'un être vivant. Mais pour les faire vivre il a été obligé de mettre de l'eau dans son vin. Gayl n'a jamais été passionné par les civets de lapin. Au contraire avant l'épidémie, c'était une viande qu'il refusait de manger par respect pour les pauvres petits lapins qui voyaient courir dans les champs. Après tout, c'était mignon un lapin. Maintenant, il ne lui tarder qu'une chose, plonger ses dents dans la chair ferme de l'animal pour se remplir un peu l'estomac...

    Ni lui Ni Sam ne trouvaient du plaisir à la découpe de ce lapin. D'habitude c'était lui qui s'y collait, juste pour éviter que Sam se retrouve face à une vision viscérale. Désormais qu'elle était décidée à mettre la main à la pâte. Gayl savait qu'elle devait doucement se retrouver face à des situations inhabituels. Préparer un lapin devait désormais devenir un geste habituel pour elle, comme... tuer un rôdeur. L'exercice était donc purement pratique et même si Gayl s'amusait du dégoût de la jeune femme, il savait très bien qu'il avait eu la même temps lorsqu'il avait pour la première fois jouer à apprenti cuisinier avec un lapin.

     « Qu'est-ce que je dois faire ensuite ? C'était le plus dur et le plus dégoûtant, j'espère ? » Un sourire en coin se dessina de nouveau sur son visage. En amusement et pitié, il avait franchement envie de lui prendre le lapin pour finir le travail à sa place. Mais c'était elle qui avait choisi de rentrer dans le vif du sujet. Gayl la connaissait, il savait parfaitement qu'elle pouvait y arriver. « non... maintenant faut que tu le vides, enlever ce qui ne se mange pas » C'était donc la partie la plus dégoûtante.... du moins à son avis. « Déjà vu que c'est un mâle avant de l'ouvrir, faut que tu lui enlèves son petit bijou de famille. » Oué c'était pas super classe quand même « Et après tu ouvres en faisant attention à ce que la vessie ne s'ouvre pas, sinon la viande est gâchée..." et ce n'était qu'un début. Il posa un regard réconfortant sur la jolie brune.  « Tu peux le faire Sam, faut une première fois à tout. Après tu seras un pro du dépeçage de lapin. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Sam 25 Mai - 14:06





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


J'étais plutôt confiante vis à vis de cet endroit. Tout paraissait plutôt bien parti pour que nous soyons ici en sécurité, sur une période plus ou moins longue, selon ce que nous décidions. Pour ma part, je n'oubliais pas notre discussion à notre arrivée ici, concernant une éventuelle visite de la plage. Cela pouvait paraître utopique, mais nous avions besoin de cela, pour décompresser un peu, pour cesser de nous inquiéter sans arrêt. Oh, c'était nécessaire de ne pas accorder trop de confiance en tout cas, mais il ne fallait pas pour autant oublier que tout n'était pas aussi sûr que nous le désirions. Nous étions tous les deux plutôt bien placés pour savoir que tout malheur pouvait survenir brusquement, sans que l'on ait préalablement pu s'y préparer. Pour autant, il fallait profiter à fond de cet endroit qui avait brutalement surgit dans nos vies, si encore nous pouvions appeler cela ainsi, et c'était déjà ce que nous avions commencé à faire. Cela devait bien faire plusieurs jours que nous avions, en quelque sorte, emménagé ici, et, personnellement, je m'y sentais déjà très bien. Je n'étais pas prête à le quitter, et la chance semblait vouloir rester de notre côté pour l'instant, alors autant profiter à fond de tout ce que cet endroit nous offrait. Parce que si nous nous décidions finalement bel et bien à faire une petite excursion à la plage, il se pourrait bien qu'en revenant par ici, tout ait changé. Je préférais me préparer à toute éventualité, histoire de ne pas me faire surprendre si quelque chose du genre nous arrivait.

En tous les cas, la chance était de notre côté, et c'était cela le plus important. Et puis, nous avions de quoi manger, que pouvions-nous espérer de plus ? Peut-être qu'il se dépèce et vide tout seul. Autant dire que pour une petite nature comme moi, qui avait dû tuer tout au plus deux zombies depuis le début de l'invasion, ce n'était pas chose aisée que de me mettre face à une telle tâche. Et pourtant, je ne pouvais pas abandonner maintenant. Parce que cela aurait au moins le mérite de montrer à Gaylwen que même si c'était affreusement dégoûtant, répugnant, et tout ce que vous voulez dans ce genre, je pouvais le faire. Pourquoi en serait-il capable et pas moi ... Hein ? Tout en faisant ce qu'il m'expliquait, je ne cherchai pas à réprimer mes grimaces de dégoût face à ce que j'étais en train de provoquer moi-même. Bon, en même temps, je n'avais guère bien le choix, il fallait bien que l'on mange. Et malheureusement, nous n'avions plus du tout la possibilité de récupérer des steaks parfaitement découpés en grande surface. Pour le coup, je n'avais pas d'autre choix que de faire la totale préparation du lapin, avant et après le dépeçage.

Et je n'avais pas trop de doutes là-dessus : Gaylwen devait bien s'amuser de me voir aussi peu sûre dans ce que j’entreprenais. Il devait aussi être plutôt content de voir qu'il n'avait pas lui-même à faire cela, pour une fois. Cela devait être un soulagement, en quelque sorte. Enfin, de toute façon, il n'avait pas le choix : il devait rester là pour regarder ce que je faisais et me donner des indications, toutes plus répugnantes les unes que les autres, au fil des étapes. « non... maintenant faut que tu le vides, enlever ce qui ne se mange pas », me répondit-il alors que je lui lançai un regard presque effrayé. Bon, ok, le pire était donc encore loin d'être passé... « Déjà vu que c'est un mâle avant de l'ouvrir, faut que tu lui enlèves son petit bijou de famille. », ajouta-t-il, alors que là, je plissai carrément le nez, dégoûte au possible. Je n'aurais jamais pu imaginer, auparavant, que c'était atroce à ce point de préparer un lapin avant dégustation. J'écoutai attentivement la suite de ses explications, ne voulant rien laisser au hasard pour ne pas gâcher la viande rapportée par Gayl. « Tu peux le faire Sam, faut une première fois à tout. Après tu seras un pro du dépeçage de lapin. », reprit-il, encourageant. Je lui souris, acceptant sans rechigner tout ce qu'il me disait. Il avait raison, il fallait que je le fasse, après ce ne serait plus qu'une routine. « Je sais que je peux le faire. Merci pour tes conseils précieux. », le remerciai-je en rigolant légèrement, à la fois dégoûtée par ce qui m'attendait encore, et en même temps contente que Gayl ne me laisse pas non plus tout faire toute seule. Comme convenu, je m'occupai donc de couper le sexe de l'animal, non sans une grimace de dégoût accompagnée d'un début de nausée. Quelle horreur vraiment ! Une fois, aussi rapidement et efficacement que possible, je m'occupai donc de commencer à ouvrir la bête délicatement, en faisant très attention à ne pas toucher la vessie. Il ne manquerait plus que je gâche la viande, tiens ! Je me retrouvai enfin face à l'intérieur du lapin, c'était de plus en plus atroce tout cela. Je détournai le regard de ce que j'avais en face de moi, le posant plutôt sur Gayl. « Là, par contre, je ne sais absolument pas ce que je dois laisser, ou retirer ... », lançai-je dans un appel à l'aide pas du tout discret. Non pas que je déclarai forfait, hein, je n'avais juste pas envie de gâcher notre repas de ce soir.


©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Dim 26 Mai - 22:19


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR

    A une époque Gayl s'était souvent posé devant la télévision pour regarder des émissions pendant ses nuits d'insomnies. Rien de bien passionnant, mais désormais il se souvenait de l'émission Man vs Wild. Il s'était bien demandé comment trouver du plaisir dans ce genre d'exercice. C'est sur qu'assis sur un canapé en cuir avec pour compagnie un sachet de bonbons et une canette de Soda, il était loin d'être en danger. Non, il profitait de son petit confort, alors pourquoi changeait cela ??? Quoique d'un certain côté,il devait avouer qu'il aimait bien l'idée de partir pour partir découvrir des lieux uniques, comme Yellowstone par exemple. Dire qu'il était américain et qu'il n'avait même pas vu le Grand Canyon. Bien sur à l'époque il avait le temps... Quand ses parents étaient encore en vie, il pensait même à prendre une année sabbatique... Évidemment cette année était tombée à l'eau comme beaucoup de ses projets. En devenant photographe, il s'était mis à bien gagner sa vie, alors il avait repensé à l'idée d'un tour du monde. Sauf qu'il y avait Tyler et Sam et qu'il se voyait mal partir et les laisser tout les deux. Qu'auraient ils fait sans lui ? Oui enfin ça c'était peut être se donner un peu trop d'importance. Mais bon, à l'époque, il avait finalement d'autre chose en tête, d'autres projets qui passaient avant comme continuer à percer dans le milieu. Aujourd'hui, il savait que tout ses projets n'avaient plus lieu d'être. Le plus difficile, c'était finalement d'accepter de mettre tout cela de côté pour s'en recréer d'autres. Mais comment y arriver ? Quand il regardait autour de lui, il ne voyait que misère et désarroi... Rien ne lui donnait vraiment envie de s'investir dans quelque chose. Le seul but qu'il avait c'était de protéger Sam et de vivre le plus longtemps possible. Pour le moment, ils tenaient le coups, mais ils n'étaient dedans que depuis 6 mois. Dans quelques mois de plus la donne serait sûrement différente. La fatigue, la faim, les maladies... Tout cela s'ajoutait aux zombies... Pour le moments, ils avaient encore des antibiotiques, des anti-inflammatoires. Bref... Ils avaient l'essentiel pour la survie, mais tout ça allait finir par disparaître comme neige au soleil. Si l'espèce humaine possédait une si bonne espérance de vie c'était en particulier grâce à sa qualité de vie, sans elle, il n'y avait pas de doute à se faire, ni Gayl, ni Sam ne vivraient bien vieux. C'était peut être pas le moment de déprimer... ils n'étaient pas encore mort,et avec un peu de chance un remède allait être trouvé pour enrayer l'épidémie. Il avait beau y penser, au fond de lui, il sentait que cela n'allait pas arriver, du moins pas encore... Fallait déjà que certains chercheurs soient en vie et qu'ils possèdent assez d'instruments pour comprendre ce qui se passaient.

    Faire des choses du « quotidien » le ramenait à une douce réalité. S'occuper de Sam, lui apprendre des choses, comme la découpe du lapin. Ce n'était peut être pas un super moyen de se feindre la poire, mais au moins ça lui faisait du bien. Sam était une bonne élève, elle voulait bien faire et c'était l'essentiel. Gayl remarquait bien qu'elle avait quand même du mal à réaliser la découpe sans haut le cœur. Difficile en effet de faire face aux entrailles d'un animal ou même d'un zombie quand on y était pas habitué. Le pire qu'ils avaient vu, c'était sûrement des zombies se battre avec des intestins humains, ça c'était une belle image du monde qui les accueillait désormais. « C'est bien » laissa t'il échapper. Après tout, un peu d'encouragements ne fait jamais de mal et puis elle se débrouillait pas si mal que ça pour une première fois. « Là, par contre, je ne sais absolument pas ce que je dois laisser, ou retirer ... » Avec un sourire amusé, il lui attrapa le couteau. « Bon, je termine, comme ça, tu pourras pas dire que j'ai pas participé au repas » C'était vrai qu'a l'époque, il n'avait jamais été très fairplay. Non quand il était invité, il avait tendance à regarder faire ou à se lancer dans une partie de food avec Tyler, laissant Sam seule devant les fourneaux. Il enleva rapidement les intestins, l'estomac, la bille du fois, les poumons. Il finit par un dernier coup de couteau entre les pattes postérieures... « Voila c'est fini » Il observa la bête avant de poser le couteau pour se laver les mains. « Qu'est que tu vas nous préparer de bon ? » Et oui, maintenant, plus qu'à cuisiner et pour ça il allait sûrement la laisser faire.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Jeu 30 Mai - 22:26





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


J'étais certaine que plus le temps passait, et plus les diverses ressources qui se trouvaient encore dans les magasins, les pharmacies etc, s'amenuisaient. Je n'étais que très peu sortie depuis le début de l'invasion, ou tout du moins je n'avais fait que peu de visites dans des vestiges de notre vie américaine d'autrefois, pourtant, je me doutais bien que les réserves diminuaient peu à peu à l'extérieur ... Bon, en même temps, en continuant à voyager comme nous le faisions, il n'y avait pas vraiment de risques pour que nous tombions en panne de nourriture, non ? La preuve en était, il y avait toujours au moins un animal qui passait dans le coin, une boîte de converse vieillie qui traînait ... J'étais peut-être un peu trop naïve de penser de la sorte, et de continuer à espérer autant, mais je préférais rester optimiste. J'avais déjà assez été négative des suites de la mort de mon frère, je voulais maintenant cesser de tout voir en noir et d'observer quelques nuances de gris à droite et à gauche. Ce n'était pas simple, et j'y travaillai encore mais cela me semblait être le meilleur moyen pour ne pas perdre totalement pied. Bien sûr, Gaylwen était également là pour me maintenir la tête hors de l'eau, mais je ne pouvais pas non plus franchement dire qu'il représentait le prototype même de la personne optimiste, loin de là même. Oh, il continuait à se battre - et il avait plutôt intérêt s'il ne voulait pas subir mes foudres sans tarder - mais il avait beau tenter de me le cacher, il semblait parfois perdre toute trace d'espoir. Et je le comprenais totalement, toute cette situation était loin d'être simple.

Nous avions, l'un comme l'autre, besoin de ces moments de paix, ces courts instants de félicité, durant lesquels l'horreur laissait sa place à un quotidien trop vite oublié et aux abonnés absents. Cela faisait un bien fou, en réalité, et ce, même si je me retrouvais à dépecer un lapin. L'animal n'avait rien demandé, oui, mais ce n'était franchement pas le moment de jouer les fines bouches et la protectrice des animaux. Nous avions faim, alors pouvoir obtenir de la viande comme cela relevait de la chance pure et simple. Il fallait en profiter autant que cela était possible. En revanche, malgré tous les gentils encouragements de Gaylwen, je ne pouvais pas dire que c'était chose aisée que de dépecer un lapin, et encore moins que c'était une tâche plaisante à faire. C'était même tout l'inverse, en fait. Je le faisais parce que Gaylwen comptait sur moi et que cela lui prouvait que j'étais capable de m'endurcir. Parce que c'était tout ce dont j'avais besoin désormais : devenir une personne plus forte. Sans cela, je n'étais pas prête de pouvoir affronter le monde extérieur. « Bon, je termine, comme ça, tu pourras pas dire que j'ai pas participé au repas », dit-il en me prenant le couteau, et je rigolais légèrement, de nombreux souvenirs affluant dans mon esprit. C'était aussi cela qui était bien dans le fait de "voyager" avec Gaylwen, il faisait partie de mon ancienne vie, de ma vie normale, alors, généralement, il suffisait de quelques mots pour qu'il me ramène ce passé plus que plaisant. Parfois, cela avait un impact positif sur moi, me remotivait et me donnait envie de continuer à me battre et puis, à d'autres moments, la nostalgie surpassait le reste, et me poussait à me renfermer sur moi-même. Comme quoi, tout était rendu bien plus compliqué avec cette apocalypse qui s'était abattue sur nous ...

« Voila c'est fini », lança-t-il, une fois tous les morceaux superflus retirés. Je n'avais fait que regarder du coin de l'oeil tout le long, et c'était déjà amplement suffisant. Heureusement que je n'avais pas dû m'atteler à cette tâche, l'une des pires sans doute, ou j'aurais sans doute vraiment fini par vomir. Tout cela était franchement répugnant. « Qu'est que tu vas nous préparer de bon ? », demanda-t-il tout en se lavant les mains, alors que je le regardai, sourcils haussés. Une fois qu'il eut terminé et coupé l'eau, je vins me laver les mains à mon tour, désireuse de faire partir tout ce qui s'y était accumulé suite à ce découpage atroce. « J'aurais bien fait un civet, mais je ne suis pas sûre qu'il y ait du vin ici. Du moins, je n'en ai pas vu ... », répondis-je finalement, mettant fin au suspens -vraiment insoutenable- que j'avais laissé se mettre en place. J'éteignis l'eau et m'essuyai les mains sur le torchon déposé dans un coin, puis lui lançai un regard, un léger sourire flottant sur mes lèvres. « Après, on peut peut-être allé faire un tour à la cave, si cave il y a, on ne sait jamais. », repris-je rapidement, un regard interrogateur posé sur Gaylwen, dans l'attente de sa réponse, qui ne tarderait sans doute plus.


©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Ven 31 Mai - 21:32


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    Il regarda son chef d’œuvre, même si pour le coup, l’œuvre était commune. Le résultat était le même. Le lapin venait de trouver sa fin. Il allait être cuisiner et manger. C'était peut être moins cruelle qu'écarteler par des rodeurs qui n'auraient même pas pris le temps d'abreger ses souffrances. D'une certaine façon, cela dépendait du point de vue, de ce qu'on pensait de l'importance de la vie et du pouvoir qu'on peut avoir sur celle ci. Qu'importe, Gayl avait faim et il savait que désormais celle ci allait pouvoir être assouvi. Faim, soif, des besoins qui jusqu'alors ne lui avait pas semblé si important. Maintenant, il comprenait pourquoi certains venaient à s'entre-tuer pour obtenir ses richesses. Car oui... posséder de la nourriture et de l'eau rend riche n'importe quel homme désormais. L'argent n'a plus sa place, plus maintenant. Peut être retrouvera t'il un jour ses lettres de noblesses, l'histoire le dira. La seule chose qu'il avait remarqué et il n'était sûrement pas le seul, c'était que l'argent ne se mangeait pas... Finalement l'espère humaine risquait d'oublier le papier pour repartir vers le troc. Fallait-il encore qu'il accepte de s'approcher de ses congénères. Rester éloigné lui semblait bien plus judicieux. Mais la vie est faite de changements, Gayl l'avait bien compris. Il n'était plus sur de rien, plus sur de lui, ni de son avenir et encore moins de ce qui se passait dans sa tête. Ne pas devenir fou, voilà un but qui lui semblait désormais difficile à atteindre.

    Gayl n'était pas décidé à oublier son passé. Il n'aimait pas tirer un trait, il ne voulait pas oublier. Il voulait vivre avec, se souvenir des bons moments et des moins bon aussi. Bref, il voulait se souvenir de celui qu'il avait été avant l'invasion. Juste histoire de savoir qu'il n'était pas totalement mort. Et puis, il était bon se rappeler les bons moments, ils prêtaient souvent à sourire. Surtout qu'ils en avaient eu un paquet tout les 3. Oué, ils avaient vraiment vécu une jolie histoire d'amitié, et presque de fraternité. Contrairement à d'autre qui avaient été séparés et qui avaient trouvés refuges auprès d'autres survivants. Gayl et Sam se connaissaient depuis longtemps. L'invasion a juste changé leur vie, mais leur relation a toujours demeuré. Cela les rend plus forts, parce qu'ils sont ensembles et c'est bien la seule chose qui n'a pas changé. Voila ce qui explique sûrement qu'ils sont encore en vie aujourd'hui.

    Gentiment adossé au plan de travail, il examinait Sam. C'est que cela semblait compliqué de trouver ce qu'elle allait pouvoir leur faire à manger. De quoi jouer avec la patience du beau brun qui avait définitivement envie qu'elle s'y mette. Gayl était bon chasseur, mais mauvais cuisiner, ce qui était assez idiot. Après tout sans Sam, il se serait retrouvé dans une mauvaise posture... Impossible pour lui de bien cuire une viande. Enfin, Sam ouvrit la bouche. Elle avait enfin trouvé la solution à la question, question pas si compliquée que ça. Mais bon, la femme est un vrai mystère et Sam était sûrement un des plus gros auquel il avait du faire face. «Enfin, tu aurais perdu à l'émission top chef  et gagné dans cauchemar en cuisine » lui rétorqua t'il avec un sourire amusé. Un civet... Il en avait l'eau à la bouche. Le seul truc, c'est qu'il devait trouver du fin. « Y a une cave à vin sur la route... mais faut sortir...  On peut toujours essayer celle de la maison, j'en ai pas vu la dernière fois, mais c'est pas vraiment ce que je cherchais» Il attrapa la lampe qu'il ne quittait quasiment jamais avant de l’allumer. Il la pointa sur le visage angélique de la jolie brune. « Allez, c'est parti » déclara t'il avant de s'éloigner vers le fond de la maison et de prendre un escalier étroit pour descendre à la cave. « Fais attention à pas te casser la figure. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Jeu 6 Juin - 0:37





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


Pour dire vrai, j'étais plus que satisfaite d'être enfin parvenue à la fin de cette dure épreuve. Voir un lapin se faire dépecer, c'était une chose, mais le faire, c'en était une autre. J'étais tout de même plutôt contente de moi, parce que je n'avais pas vomi tout ce que j'avais pu avaler ces derniers jours, et pourtant, cela avait été une épreuve dure à surmonter. J'étais loin, très loin, d'être habituée à effectuer ce genre de tâche alors c'était plutôt soulageant de me dire que j'en étais capable. Si je voulais, et c'était bien ce que j'allais faire, aller à l'extérieur avec Gaylwen, j'avais plutôt intérêt à ne pas me retrouver mal face à un zombie. Ce n'était, bien sûr, pas la même chose que d'ouvrir un lapin, mais c'était déjà un bon début, qui me permettrait sans doute de rester plus ou moins forte face au rôdeur que je finirai forcément par tuer. Je n'étais, pour autant, pas encore totalement prête. Et la preuve était là, puisque c'était mon compagnon de route qui se retrouvait à terminer la préparation du lapin. Après, je n'aurais plus qu'à le cuisiner. Il allait vraiment falloir que je continue à faire de nombreux efforts, si je voulais être capable de tout faire sans l'aide de Gaylwen. Parce qu'il faudrait bien, à un moment ou un autre, que je prenne "mon indépendance", je ne pouvais pas me reposer sur lui pour toujours, quand même.

Pour ce qui était de la cuisine, je me sentais déjà plus dans mon élément. J'étais loin d'être une cuisinière hors pair, mais je m'en sortais déjà mieux que Gaylwen, c'était une certitude. Mieux valait éviter les catastrophes ... et puis ce lapin pouvait aussi être plein de bactéries alors si je laissais au jeune homme le soin de le faire cuir, ce serait prendre beaucoup de risques. Autant que je m'en charge, en effet. Après, je n'étais pas spécialement une professionnel des civets de lapins, mais j'en avais déjà fait un, une fois, munie de mon livre de recette et d'une page internet. A présent, je n'avais plus que ma mémoire, et mes talents innés de cuisinière. Douce ironie ... Enfin, s'il y avait bien une chose que je n'avais pas oublié de la recette, c'était son ingrédient principal : le vin. Sans cela, impossible de faire un civet digne de ce nom. Bien sûr, je resterai très raisonnable sur les doses, histoire que l'on ne finisse pas ivres morts alors que l'on était entourés de part et d'autres de zombies à la quête de chair fraîche. Enfin, pour que j'ai besoin d'être raisonnable, il fallait déjà que l'on trouve de quoi le préparer, ce civet, et cela ne serait pas tâche aisée, évidemment. Quelle idée de vouloir préparer un repas aussi compliqué dans un tel monde, aussi ! « Y a une cave à vin sur la route... mais faut sortir... On peut toujours essayer celle de la maison, j'en ai pas vu la dernière fois, mais c'est pas vraiment ce que je cherchais », répondit Gaylwen rapidement. Je me tournai dans sa direction, dubitative. Étais-je déjà prête à faire une excursion à l'extérieur ? Je n'en étais pas totalement sûre. Alors, plutôt que de prendre des risques inutiles pour une bouteille de vin, mieux valait que l'on commence par fouiller l'éventuelle cave de la maison.

Je détournai brusquement la tête quand il s'amusa à braquer la lampe sur mon visage. « Allez, c'est parti », lança-t-il finalement, et je le rejoignis, une fois ma vue totalement retrouvée. Je ne dis cependant rien, parce qu'il s'éloignait déjà. Au moins, il restait qui il était, et ne changeait pas tant que cela. Il aimait toujours autant m'embêter. Un peu comme l'aurait fait mon frère, s'il était toujours en vie. « Fais attention à pas te casser la figure. », me prévint-il alors qu'il s'aventurait déjà dans un escalier étroit. « Tout ça parce que tu sais que tu tomberais en même temps que moi. », le taquinai-je en souriant, même si ce détail, il ne pouvait pas du tout le voir puisque la cave était plongée dans le noir, excepté la lampe qui éclairait devant nous. Enfin, on arriva au bout de ces maudits escaliers, et je suivis Gaylwen à quelques pas d'eux, méfiantes. Après tout, on ne savait jamais sur quoi on pouvait tomber dans un tel lieu ... Enfin, il n'y avait aucun bruit, c'était plutôt bon signe. Il ne fallait juste pas trop vite baisser notre garde pour qu'aucune mauvaise surprise ne fasse irruption devant nous. « Éclaire le fond, s'il y a quelque chose ce sera sans doute là-bas ... », murmurai-je de manière presque inconsciente. Comme quoi, c'était vraiment devenu une habitude de se faire discrète en toutes circonstances.


©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Jeu 6 Juin - 12:09


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    Gaylwen regarda le lapin, ou ce qui en restait. Pas mal, il n'était pas encore un véritable expert, un cuisto aurait sûrement eu des choses à redire mais pour eux c'était parfait. Il n'avait pas besoin d'autre chose. D'ailleurs il ne recherchait pas à manger comme des rois, non, juste à manger chaud et si possible manger nutritif, histoire de pouvoir continuer à avancer sans trop de difficultés. Malgré toute cette folie, les deux amies avaient encore leur tête sur leurs épaules. Ils savaient que pour vivre, ils devaient avant tout rester en forme. Quand on fuit, c'est mieux de le faire avec deux jambes en état de marche et votre corps alimenté par des nutriments. Dans le cas contraire, vous risquez fortement de vous trouver la tête par terre. Sauf qu'à ce moment là c'est fini, quand le corps refuse de vous obéir, il n'y a plus vraiment d'option. Alors en y réfléchissant, ils avaient pas mal de chance, mais ça il l'avait tout les deux déjà bien saisis. Sam s'était pas si mal débrouillée que ça. A vrai dire, Gayl s'était attendu à bien pire, elle n'avait pas abandonné, il avait fait face aux entrailles du lapin. Ce n'était qu'un début, mais un bon début. Il n'était toujours pas d'accord avec l'idée de la laisser venir avec lui. Pourtant il lui avait promis, mais Gayl savait qu'il risquait de passer outre. Non, il préférait la savoir en sécurité, loin des rodeurs. La vie qu'il menait était bien différente de celle d'avant, tout les bons principes n'avaient plus vraiment leur place et Gayl l'avait bien saisi. Il était donc dans de sales draps. Tout simplement parce qu'un jour ou l'autre il savait pertinemment qu'il allait faire une connerie et se cassait en la laissant toute seule, mais juste pour un petit moment. Elle allait lui en vouloir et elle aurait raison. Sauf qu'il n'arrivait pas encore à se dire qu'il pouvait lui faire assez confiance pour la laisser venir avec lui qu'importe l'endroit ou il se rend... Bref un vrai casse tête. Autant réfléchir à quelque chose de plus sympathique comme le vin. Avec un peu de chance, ils allaient pouvoir se déboucher une bouteille tout en regarder le civet prendre forme. Enfin c'était surement pas la meilleure idée, non c'était mieux pour eux d'y aller doucement sur la dose, histoire qu'ils ne se mettent pas à courir après des éléphants roses ou à se sauter dessus comme deux sauvages.

    En tout cas, Gayl n'avait pas perdu sa bonne humeur. Celle ci était toujours présente, il avait quelques fois des moments de gros doutes, mais il le montrait rarement. Dans cette maison, loin de tout ce qui pouvait se passer à l'extérieure, il pouvait sans craintre redevenir celui qu'il avait été avant l'épidémie. Et cela commençait par titiller Sam. Il l'avait toujours fait et autant dire qu'avec Tyler, ils avaient comme habitude de s'amuser de ses réactions. Mais ça n'avait jamais été méchant et puis le plus drole c'est que Sam y jouait très bien. Descendre dans la cave, de quoi leur faire monter des sueurs froide. C'est jamais sympa une cave... Déjà c'est humide, il fait froid, on sait jamais ce qu'on va y trouver... Mais c'est vrai que logiquement on y trouve du vin et des vieux trucs qui ne servent à rien. Des objets qu'on a pas eu envie de jeter pour une raison ou pour une autre.

    « Tout ça parce que tu sais que tu tomberais en même temps que moi. » La pénombre avait commencé à s'installer, mais Gayl n'allait pas rester mué à cette petite attaque. Il avait sa fierté et puis c'était toujours de sa faute. « Tu parles, c'est parce que tu me serais tombée dessus. Alors dans ma grande bonté j'aurais tenté de te rattraper mais tu nous aurais entraîné dans ta chute et on aurait fini par terre. J'ai besoin de mes jambes évite de me les casser » ajouta t'il sur un ton bon enfant avant de poser le pied sur le sol de la cave. Pour le moment il n'entendait rien d'alarmant si ce n'est le silence habituel qu'on trouvait dans une cave et cette odeur désagréable de vieux trucs.  « Éclaire le fond, s'il y a quelque chose ce sera sans doute là-bas ... » Par habitude il se retourna pour la regarder. Sauf qu'il n'avait pas vraiment réfléchi à la pénombre et qu'il lui shoota dans la tête. Heureusement il y était allé doucement mais ça faisait pas quand même. « Merde pardon... » Il reprit rapidement ses esprits et éclaira le fond, rien à signaler. Il continua son inspection en éclairant autour d'eux. La cave était assez petite. Il n'y avait rien d'inquiétants. En gros il n'y avait pas de zombies. Gayl se retourna vers Sam pour prendre de ses nouvelles. « ça va je t'ai pas cassé le nez ? » dit il d'une voix amusée avant de pointer sa lampe à la recherche des fameuses bouteilles.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Mar 11 Juin - 21:51





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


Il ne devait très certainement pas y avoir beaucoup de survivants qui pouvaient se vanter d'avoir la possibilité de manges de tels repas. Depuis notre arrivée ici, il paraissait évident que nous profitions au maximum de notre accès à l'électricité. Car même si je savais bien que tout était voué, à un moment ou un autre, à disparaître, dans ce monde ruiné, je ne pouvais pas m'empêcher de garder une petite lueur d'espoir. Peut-être avions-nous enfin la chance de nous construire un semblant de vie ici ? Cet espoir ne me causerait sans doute qu'un peu plus de trouble si un problème venait à survenir, mais c'était malheureusement plus fort que moi. Je ne pouvais pas m'empêcher de nous imaginer là, dans quelques mois encore, profitant de tout ce que cette maison pouvait nous offrir. C'était un moment comme celui-ci, où nous avions l'incroyable chance d'avoir en notre possession une nourriture inestimable, qui avait de quoi requinquer le plus affaibli des hommes. Un lapin. Et bientôt, je l'espérais, un civet de lapin, comme j'avais déjà quelques fois eu l'occasion d'en manger, quand le monde tournait encore à peu près rond. J'en oublierais presque que Gaylwen m'avait fichue la peur de ma vie en quittant ainsi la maison ... et j'en oublierai presque, qu'à l'extérieur, toutes ces personnes, qui avaient un jour eu une vie, une famille, peut-être même des enfants, rôdaient, marchaient, sans aucun but précis. Presque. Parce que la douleur qui me vrillait la poitrine à chaque fois que j'osais, ne serait-ce qu'un instant, penser à Tyler, ou à ma mère, ne mentait pas. Et ne me laissait que peu de temps de répit.

Et puis, je ne pouvais qu'admettre que dépecer un lapin était loin d'être dans mes habitudes de l'époque. Et d'ailleurs, je n'appréciais pas du tout cela. C'est pourquoi, sitôt que les choses se compliquèrent considérablement - je ne pouvais quand même pas deviner ce que je devais retirer ou non du lapin, et ce qui était comestible ou non - je laissais à Gaylwen le soin de s'en occuper. Au moins, de cette façon, j'étais sûre de ne pas faire n'importe quoi. La cuisine, en revanche, je voulais bien m'en charger. Cela ne me demandait pas d'efforts surhumains, et ce n'était pas non plus aussi répugnant que de vider un pauvre lapin, qui s'était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Enfin, pour que j'ai l'occasion de commencer à préparer le fameux civet, dont j'espérais bien sûr me rappeler la recette, il fallait déjà trouver du vin. Parce que, avouons tout de même qu'un civet de lapin sans cet ingrédient indispensable n'en portait plus que le nom. On partit donc à sa recherche, bien décidés à trouver le dernier élément nécessaire à la préparation d'un bon et vrai civet. « Tu parles, c'est parce que tu me serais tombée dessus. Alors dans ma grande bonté j'aurais tenté de te rattraper mais tu nous aurais entraîné dans ta chute et on aurait fini par terre. J'ai besoin de mes jambes évite de me les casser », lança-t-il, légèrement taquin. Je rigolai pour seule réponse, estimant qu'il valait mieux, pour l'instant, que je me concentre sur les marches que je descendais. J'étais, comme il le disait si bien, parfaitement capable de tomber. C'était bien le genre de trucs qui m'arrivaient ...

Arrivée enfin en bas des escaliers, qui m'avaient bizarrement parus interminable, je jetai un coup d'oeil sur toute l'espace. On n'y voyait absolument rien, hormis le rayon de lumière que créait la lampe torche tenu par Gaylwen. Je lui proposai donc d'éclairer le fond de la pièce, parce que s'il devait y avoir du vin ici, ce ne serait pas autre part que dans le fond de la cave. Sauf que je n'avais absolument pas prévu que Gaylwen se retourne, ainsi, je me concentrai sur la pénombre, espérant, en vain, d'y voir quelque chose, et que, par conséquent, je me pris un coup de lampe torche dans le front. Je grognai légèrement de douleur, et plaquai ma main à l'endroit où j'avais été percutée. « Merde pardon... », s'excusa-t-il rapidement avant de se mettre à éclairer enfin le fond de la cave. Je grommelai, en ne répondant rien pour, plutôt, observer tout ce que l'on pouvait désormais apercevoir. Je ne vis rien, mais au moins, maintenant on était fixés : il n'y avait aucun zombie à craindre ici. « ça va je t'ai pas cassé le nez ? », me demanda soudainement Gaylwen, alors que je levai les yeux au ciel. « Je ne te cache pas que mon front en a pris un sacré coup. Espèce de maladroit ! », me moquai-je gentiment. Je commençai à trouver le temps long, et pour tout avouer, je n'aimais pas spécialement le fait d'être dans le nord comme cela, je récupérai donc brusquement la lampe torche des mains de Gaylwen - ça lui apprendra à me foutre des coups en douce! - et m'aventurai plus profondément dans l'espace clos, la lampe braquée devant moi. « Allez laisse moi faire ! », lançai-je, juste avant d'arriver au fond de la pièce. Un éclat brillant attira mon oeil, je m'en approchai donc, pour découvrir l'un de ces meubles conçus spécialement pour conserver les bouteilles sur une longue durée, en général en tout cas. J'en attrapai une et, toute souriante, même si, ça, Gaylwen ne pouvait pas vraiment le voir, je retournai à ses côtés, en prenant bien sûr le soin de l'éclairer au visage -petite vengeance. « Tadaaa ! », m'exclamai-je joyeusement en m'arrêtant devant lui.



©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Ven 14 Juin - 19:01


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    Gayl détestait les caves, il les avait toujours détesté et ça depuis l'enfance. C'était typiquement le genre d'endroit qui lui foutait la trouille. Déjà, il testait le manque de luminosité. Une cave s'était un bloc sans lumière naturelle. Et évidemment la lumière artificielle ne marchait pas. Fallait pas trop rêver non plus. Cela lui rappelait son passée de Dealer, il lui était arrivé de vendre dans des endroits ressemblants à des caves. Parfois il avait même dormi dans ce genre d'endroit et il n'avait plus aucune envie. Et puis de toute façon qui pouvait aimer les caves ? Franchement il n'y voyait aucun intérêt. C'était sombre, ça puait, bref ça servait à rien. Ses parents avaient eu une cave eux aussi. Et bien entendu vers 6 ans il y était resté enfermé plusieurs heures.. Sa nounou l'avait oublié... Super..
    Il était donc loin de faire le fier mais il n'avait franchement pas envie que la jolie brune le remarque. Non, depuis le début il la tirait par le haut, faisait face à des hordes de zombies affamés, alors il n'allait pas prendre peur dans une cave. Franchement il aurait mieux du se casser rater sa cible, cela aurait éviter de partir à la recherche d'une bouteille de vin.

    Son stress était donc assez palpable, même s'il tentait de le cacher. La seule chose qu'il espérait c'était qu'elle trouve vite cette putain de bouteille pour qui puisse remonter au plus vide. Il n'avait bien évidemment pas prévu de lui rentrer dedans et encore moins de lui foutre un coup avec sa lampe mais il n'avait pas vraiment eu assez de distance pour l'éviter. « Tu avais qu'a être moins proche » Après tout c'était aussi de sa faute.. enfin si on prenait ça d'un certain côté. Et Gayl avait cette fâcheuse tendance à se trouver des excuses. Surtout dans ce genre de situations. Bon maintenant qu'ils y étaient il allait bien devoir faire face. Sam semblait bien plus à l'aise que lui et il n'avait pas envie de passer pour une espèce de poule mouillée. Essayant de détendre l'atmosphère, en particulier pour lui, il continua sur sa lancée. « J'y peux rien si tu es si attirante que même la lampe te saute dessus » Oué il aurait sûrement pu trouver mieux mais c'était sortit tout seule comme la plupart des choses qu'il avait tendance à dire dans les moments qui lui donnaient envie de partir en courant. Il la laissa prendre la lampe...

    Ah bordel, le pire des cauchemars, le voilà tout seul, sans lampe dans une cave. Ni une ni deux il lui emboîta le pas. Hors de question qu'elle s'éloigne trop loin de lui, il se devait d'être là au cas ou. Juste histoire de la protéger... ou qu'elle le protège. « Vas y fait, je t'observe » lui glissa t'il à l'oreille tout en tentant d'observer son visage avec le peu de luminosité que leur offrait la lampe. Elle termina tout de même par trouver le précieux Saint Graal. « Ahhhhh » s'exclama t'il de plaisir en la voyant saisir sa bouteille. « Bon allez on remonte » Ni une ni deux il l'attrapa par le bras et la tira derrière lui. Malchance ou coup du destin, une bouteille du glisser et se fracassa sur le sol. Jusqu'à la il avait réussi eu à se retenir mais il ne pu s'empêcher de bondir droit devant lui tel une biche effrayé en laissant échapper un cri très « masculin » de trouille. « Putain je déteste les caves!!! » Le coup de stress passait il tira une nouvelle fois la main de la jolie brune et remonta les escaliers rapidement. Une fois Sam passé, il referma la porte derrière eux avant de poser son regard sur la jolie brune tout en tentant de reprendre contenance. « Dit rien .. » Nan il la voyait venir, il allait se faire chambrer, et il avait sûrement mérité XD
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Mer 19 Juin - 23:31





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


S'il y avait bien quelque chose à laquelle je ne m'attendais absolument pas, c'était bien que Gaylwen me mette un coup de lampe torche. Déjà, parce qu'il faisait totalement rien alors je n'y voyais rien du tout, mais aussi, et surtout, parce que Gaylwen n'était pas du genre à être aussi maladroit. En fait, il me donnait l'impression de toujours faire attention à tout, alors c'était plutôt étonnant que, pour le coup, ce ne soit pas le cas. Enfin, il ne pouvait pas non plus voir dans le noir, alors ce n'était pas franchement grave. « Tu avais qu'a être moins proche », dit-t-il alors que je levai les yeux au ciel sans rien dire. Baah, s'il préférait penser que c'était de ma faute, qu'il en soit ainsi ! ça ne changerait pas grand chose à ma vie, de toute façon. Et puis ... si cela pouvait préserver son orgueil de mâle, tant mieux. Aaah, ces hommes ! « J'y peux rien si tu es si attirante que même la lampe te saute dessus », lança-t-il ce qui, bien évidemment me fit rougir. Heureusement qu'il faisait trop noir pour qu'il le voit. Une véritable adolescente face à son premier coup de coeur. Qu'est-ce que je pouvais détester ce pouvoir qu'il avait sur moi, sans même qu'il en ait conscience. « Bah voyons ... ne cherche pas à te déculpabiliser, je t'en veux pas, va. », répondis-je d'une voix aussi sereine que possible. Je m'emparai donc de la lampe torche et m'aventurai plus profondément dans la cave, histoire de faire disparaître le malaise. Et puis bon, ce n'était pas que j'avais peur du noir mais ce n'était quand même pas très rassurant.

Et comme je m'y attendais, Gaylwen me suivit dans le fond de la cave, sur-protecteur qu'il l'était. Enfin, je ne dis rien à ce sujet, parce que, dans le fond, je comprenais qu'il le soit, et puis je n'étais pas mal dans mon genre aussi. Bien que je ne sois pas spécialement angoissée à l'idée de me retrouver dans un endroit aussi sombre, clos, et petit, cela ne m'empêcha pas d'être soulagée quand je trouvai une bouteille de vin. On allait pouvoir retourner sur la terre ferme, là où la lumière était bel et bien présente. Enfin ! Apparemment, Gaylwen aussi était content de cet état de fait, puisqu'il s'exclama carrément de joie. « Bon allez on remonte », lança-t-il avec un empressement non masqué qui me fit rire. Rire qui se bloqua dans ma gorge quand il me tira sans ménagement par le bras. Ok, il était vraiment très, très pressé de sortir de là. Je souris, amusée, et n'eus pas vraiment le temps de comprendre ce qu'il se passa ensuite. Une bouteille s'écrasa sur le sol dernière nous, ce qui fit sursauter, crier et accélérer Gayl qui exerça un plus forte pression sur ma main. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, et pour que je ne m'en rende réellement compte, on était à l'extérieur, en sécurité, et bien loin de l'obscurité de la cave.

Le temps que je remette tout en place dans ma tête, et un léger sourire flotta sur mes lèvres alors que je tentai de toutes mes forces de rire. « Dit rien .. », me prévint-il. Cela eut pourtant l'effet totalement inverse, parce que ce fut à partir de là que j'explosai littéralement de rire. Sa réaction avait franchement été hilarante. A tel point que je ris cinq bonnes minutes, les larmes au bord des yeux. Qui l'eût cru ? Le grand, le courageux, le fort Gaylwen avait peur ... Des caves ! Je finis par réussir à contenir mon accès d'hilarité, non sans mal, mais gardai néanmoins un sourire. Cette scène était franchement à se rappeler, ce dont je ne doutais pas un seul instant pour ma part. Je me souviendrai de cela pendant très, très longtemps ... et cela pourrait s'avérer être un allié indéniable dans le futur, j'en étais persuadée. « Désolée, mais franchement, c'était ... énorme ! », tentai-je de m'expliquer, la voix pourtant entre-coupé par quelques rires à droite et à gauche. Je n'étais pas prête d'oublier cela, bien au contraire ! « Ton petit "cri" était très ... mignon et très, très masculin. », le taquinai-je. Je pouvais enfin me venger ! Non seulement parce qu'il m'avait mis un coup, bien que totalement involontaire, et parce que ... Parce que je détestais le fait d'être totalement indépendante de lui, et difficilement capable de me contrôler en sa présence. Juste retour des choses ... Non ? « Bon au moins, je t'ai enfin trouvé un point faible ! », lançai-je pour éviter de trop le mettre mal à l'aise non plus. Chacun ses peurs après tout ...



©fiche créée par Morphine
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Sam 22 Juin - 21:28


    HILLOW, JE SUIS DE RETOUR


    Pourquoi l'avait il suivi ? Pourquoi était il passé devant ? Il le savait, c'était vraiment le genre d'endroit qu'il ne supportait pas. Une sorte de mauvais souvenir, c'était comme quand il poussait la porte d'une maison, il y avait toujours un moment de doute. Vu l'état actuel cela semblait tout a fait normal mais si Gayl marquait toujours un point d'arrêt c'était bien par peur. Le traumatisme était toujours là. Ouvrir la porte signifiait pour lui une découverte macabre. Et pas n'importe laquelle. Chaque fois qu'il ouvre une porte, il revoit ses parents et franchement ce n'est pas le genre de truc dont on veut parler. Sam se serait surement rendu compte de quelque chose si chacun ne mettait pas un temps d'arrêt pour ouvrir une porte. Eux, ils ne craignaient pas de trouver de la famille proche gisant dans une marre de sang, mais plutôt des rodeurs prèt à en découdre pour manger. A choisir, il préférait vraiment les rodeurs. C'était limite si cela ne le soulageait pas. Bref, il possédait ses propres fantomes comme tout le monde, mais chez Gayl ils tenaient tout de même une place importante. La cave c'était tout aussi désagréable, il détestait ce genre de truc. Pourtant il ne se voyait pas la laisser y aller toute seule, c'était hors de questions. C'était complètement idiot d'avoir peur des caves. Et il avait surtout eu peur qu'elle se doute de quelques choses. Depuis le début, il prenait son rôle à cœur, il était son protecteur ! Alors bien évidemment se savoir faible ça le genait. Il ne voulait pas qu'elle le voit comme ça. Non il n'avait peur de rien... Tu parles, il avait peur de pleins de choses oui... Après tout il était humain et franchement on possède tous nos propres peurs.

    Alors Gayl était loin de faire le fier. Il avait honte, il se sentait limite castré et avait la sainte impression d'avoir retrogradé dans l'estime de la jolie brune. Pourquoi ne s'était il pas contenté de faire un écart. Un simple petit écart ? Un écart rien de très surprenant, tout le monde en faisait et elle ne l'aurait surement pas noté. Mais vu comme il s'était mis a crié, il ne pouvait décidément pas passer inaperçu. Sur ce coup là, c'était totalement mort. Non, c'est bon, il s'était grillé et pas qu'un peu. Il connaisait assez bien Sam pour savoir que cela n'allait pas rester au fond de la cave. Il pouvait toujours essayer de l'en dissuader mais une petite voix dans sa tête se foutait littéralement de lui.  Rien que le fait de croire que cela serait possible prouvait qu'il était totalement fou.

    Alors quand il sortit de la cave, il prit une véritable bouffée d'oxygène... Ah qu'est qu'il se sentait mieux. La lumière, il n'y avait rien de mieux que la lumière. Mais son bonheur bien qu'immense soit il fut de courte durée. En effet, Sam ne mit pas longtemps à éclater de rire. Il aurait bien rigolé avec elle mais sa fierté venait d'en prendre un joli coup. Il se contenta de la regarder avec un certain dépi et d'une moue significative. Oué bon... c'était pas non plus la peine d'en faire un plat, tout le monde possédait un petit moment dégarement. Rha... ça allait le poursuivre à vie. Enfin si il vivait longtemps...

    « Enorme ? N'en rajoute pas » Grinça t'il des dents tout en la regardant rire à gorge déployé. Si elle continuait comme ça, elle allait alarmé tout les rodeurs du coin. Point positif à ce petit cri, la jolie brune n'avait pas autant ri depuis pas mal de temps. Il avait au moins réussi ce petit miracle, comme quoi il était foncièrement génial. « Tu me trouves mignon maintenant ? » Autant rebondir et trouver un autre sens à ses paroles, histoire de mieux se sentir. « Heureux pour toi » Oué il était quand même assez vexé. Il jeta un coup d'oeil sur la bouteille, après tout, elle avait son vin... « Bon je te laisse je vais faire un tour » Ouep histoire de pas se payer encore plus la honte... puis juste pour sa fierté prendre un peu l'air allait lui faire du bien.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM Dim 23 Juin - 15:22





Hillow, je suis de retour
Gaylwen & Sam


Je n'aurais sans doute jamais pu deviner de moi-même que Gaylwen pouvait à ce point avoir peur des caves. Depuis le début de l'invasion, et sans doute même bien avant aussi, je le voyais comme un dur à cuir qui ne flanchait devant rien et qui n'avait aucun point faible visible. Alors, bien sûr, c'était plus que surprenant pour moi de le voir réagir ainsi. Sa tension avait été palpable pendant toute la durée de notre excursion dans les fins fonds de cette petite pièce annexe à la maison. Mais pour moi, cela venait uniquement du fait que nous étions totalement enveloppés par l'obscurité et que, par conséquent, tout pouvait nous arriver. Bon après, il était vrai que nous avions pu voir grâce à la lampe torche qu'il n'y avait, ici, rien d'autre qu'un meuble avec des bouteilles, et un ou deux cartons. Rien d'autre. Je n'avais pas plus chercher à deviner si, oui ou non, Gaylwen était toujours nerveux dans cet endroit. Pour moi, cela coulait de source : Gaylwen devait être, tout au plus, inquiet que quelque chose, n'importe, ne se produise au-dessus de nous et que l'on se retrouve coincés ici avec pour seule compagnie du vin ... Beaucoup de vin. Et pourtant, je devais me rendre à l'évidence, il ne s'agissait pas uniquement de cela. Gaylwen n'était pas dans son état normal, ou tout du moins, il n'était pas comme j'avais l'habitude de le voir, et c'était totalement étonnant.

A la sortie de la cave, je ne pus pas m'empêcher de rigoler. Parce que le cri de Gaylwen avait tout de même été plus qu'amusant, et que cela faisait un bien fou de me rendre compte qu'il n'était finalement pas si intouchable que cela. Bien sûr qu'il avait le droit d'avoir ses propres faiblesses, mais clairement, c'était une réaction de sa part à laquelle je ne m'attendais pas du tout. Je n'aurais jamais pu, ne serait-ce que me douter que le jeune homme avait peur des caves. D'un côté, je le comprenais, ce n'était pas franchement rassurant d'être dans un espace clos et totalement plongé dans le noir, surtout par les temps qui couraient. Néanmoins, je ne me doutais pas une seule seconde qu'il pouvait en être de même pour Gaylwen le courageux. « Enorme ? N'en rajoute pas », lança le jeune homme qui semblait franchement agacé. Contrôler mon rire paraissait pourtant hors de ma portée à l'heure actuelle. Il fallait bien que je le taquine un peu, maintenant que j'avais trouvé un sujet sur lequel il n'était pas nécessairement à l'aise. Après, il me semblait aussi évident que ce n'était qu'une passade, et que la réalité du monde extérieur ne tarderait pas à me faire oublier ce qu'il venait tout juste de se passer. Mais pour l'instant, c'était encore tout frais dans ma mémoire, alors autant que j'en profite.

En tous les cas, Gaylwen, lui, ne semblait pas trouver la situation très drôle, ce que je pouvais aisément comprendre. Je me calmai donc peu à peu, cessant de me moquer ouvertement de sa réaction qui aura au moins eu le mérite de me permettre de connaître un peu plus le jeune homme. Parce que, dans le fond, qu'est-ce que je savais réellement de lui ? Pas grand chose. Il avait donc peur des caves et n'appréciait pas vraiment que l'on se moque de lui. Deux bonnes choses à savoir à l'avenir. « Tu me trouves mignon maintenant ? », tenta-t-il de changer de sujet, alors qu'un léger sourire persistait toujours sur mon visage. Sourire qui disparut quand je me rendis compte que je l'avais réellement vexé. « Bon je te laisse je vais faire un tour », dit-il avant que je n'ai pu m'excuser sur mon accès d'hilarité, ou même sur le fait que cela ne changeait rien pour moi. Il était toujours Gaylwen, mon sauveur, et ce n'était pas parce qu'il avait peur des caves que cela allait changer à mes yeux. « Ne pars pas trop loin ... », marmonnai-je, et ce fut tout ce que je pus dire avant qu'il ne sorte de la pièce. Je jetai un coup d'oeil à la bouteille de vin que je tenais toujours, soupirai et me décidai à aller préparer le civet de lapin. Peut-être que, de cette façon, je réussirai à me faire pardonner en un rien de temps ...



©fiche créée par Morphine


rp terminé bril
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Hillow, je suis de retour - SAM

Revenir en haut Aller en bas

Hillow, je suis de retour - SAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: VIEUX RPS-